samedi 21 octobre 2017

Merahtocratie républicaine

 




La famille Mérah démontre combien ses mœurs, us et coutumes sont foncièrement incompatibles avec la France.

Procès totalement surréaliste que celui d’Abdelkader Merah, frère aîné de Mohamed, tueur froid et déterminé de trois enfants et de quatre adultes, dont trois militaires.
Procès emblématique, aussi, d’un pays, le nôtre, la France qui, au nom des droits de l’homme et d’une impossible jurisprudence qui les a hypertrophiés, se retrouve ficelée au pilori de son impuissance planifiée.
La famille Merah n’a visiblement rien à faire chez nous, à l’instar d’autres familles qui se sont déversées en masse, dans un flot incontinent, depuis qu’a été décidé le regroupement familial par le duo Giscard-Chirac.
Débarqués tels des Martiens sur une planète… à conquérir.
On a rapidement vu le résultat sortir de terre.
Plus de 2.400 mosquées et salles de prière répertoriées aujourd’hui sur le territoire, quand ce dernier n’en comptait qu’une petite centaine il y a quarante ans.
Zoulikha Aziri, la mère des coupables – ces « chances-pour-la-France » qui font plutôt son malheur – que Libération ne peut s’empêcher de décrire avec une plume tremblante de commisération : « Foulard jaune sur petites lunettes carrées. De larges pommettes et l’air triste de celle à qui la vie a échappé. Une sacrée menteuse, aussi, prête à rendre gorge pour sauver “Kader”, ce fils pourtant si dur avec elle. […] Battue des années durant par Mohammed Merah père, déracinée de son pays natal, l’Algérie, remariée deux fois sans qu’on lui demande son avis, analphabète, elle fait corps avec la seule chose qui lui reste : un fils, Abdelkader, suspecté d’être le concepteur des crimes de son cadet » (Libération, 19 octobre).

Quand un urgentiste justifie l’agression des pompiers… parce que ce sont des militaires !

 


Le 21/10/2017


Voilà, en ce 19 octobre 2017, le raisonnement d’un médecin urgentiste de la CGT ! Édifiant…

Il aura fallu la tenue du congrès annuel des sapeurs-pompiers, la semaine passée, pour qu’on aborde la question : les soldats du feu sont de plus en plus empêchés de faire leur travail.
Appelés pour tomber dans des guet-apens, caillassés quand ils ne sont pas visés par des cocktails Molotov, victimes d’agressions physiques et d’insultes, ils n’en peuvent plus.
Alors que cette situation était, jusqu’à ces dernières années, l’apanage des « quartiers difficiles » des métropoles, force est de constater qu’elle se répand aujourd’hui sur tout le territoire français.
En 2015, année des dernières statistiques officielles, 1.939 pompiers ont déclaré avoir été victimes d’une agression en intervention.
C’est 21 % de plus qu’en 2014 et 80 % de plus qu’en 2009 !
Le président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) rappelle à l’AFP que des conventions ont été signées avec les forces de l’ordre pour intervenir conjointement dans les zones à risques, ils n’en sont pas pour autant rassurés.
Les tentatives de meurtre sur des policiers, en 2016, ont prouvé que la voyoucratie – qu’il s’agisse de l’extrême gauche « révolutionnaire » ou des dealers protégeant leurs trafics – n’hésite pas plus à casser du flic que du pompier.
Ce contexte rend donc particulièrement scandaleuse la réponse du dénommé Christophe Prudhomme, urgentiste CGT, invité sur le plateau de « L’Émission politique » de France 2 pour répondre à Marine Le Pen.
Quand la présidente du Front national avance cette vérité d’évidence :
– « Souvent, les fondamentalistes islamistes, et vous le savez, vivent dans des quartiers où on n’entre plus. La police n’y entre plus, les médecins n’y entrent plus, les pompiers n’y entrent plus, la République n’y entre plus ! Donc, c’est un échec… »
M. Prudhomme s’insurge et nous offre ce dialogue surréaliste :

vendredi 20 octobre 2017

INFO FRANCEINFO. Une ex-assistante parlementaire porte plainte contre le député LREM Christophe Arend pour harcèlement et agression sexuelle

 
Christophe Arend, alors candidat LREM aux législatives contre le candidat du FN Florian Philippot, le 18 juin 2017, à Petite-Rosselle (Moselle).

Christophe Arend, alors candidat LREM aux législatives contre le candidat du FN Florian Philippot, le 18 juin 2017, à Petite-Rosselle (Moselle). (MAXPPP)

Margaux DuguetFrance Télévisions
Mis à jour le
publié le

La jeune femme raconte à franceinfo les semaines de calvaire qu'elle assure avoir vécues aux côtés du député LREM de Moselle Christophe Arend.
 

"On aurait pu faire de belles choses, vivre une belle aventure, et tout s'est très mal terminé."
Dans le café du centre Pompidou à Metz (Moselle), Marie*, 29 ans, a souhaité briser le silence.
D'une voix assurée et parfois entrecoupée de quelques sanglots.
Après avoir travaillé comme directrice de campagne puis assistante parlementaire du député La République en marche de Moselle Christophe Arend, la jeune femme a porté plainte, vendredi 20 octobre, contre ce dernier pour "harcèlement sexuel" et "agression sexuelle".
Contacté à plusieurs reprises, avant publication de cet article, Christophe Arend a finalement déclaré, après sa mise en ligne, qu'il avait "porté plainte pour dénonciation calomnieuse" et assuré : "Je n'ai aucune chose à me reprocher."
Tout commence en avril, lorsque cette cheffe d'entreprise se décide à rejoindre En marche, "un nouveau parti", qui "n'est pas dans les anciennes structures" et dont "l'aspect start-up" lui plaît.
Elle fait alors la connaissance de Christophe Arend, 42 ans, dentiste et animateur du comité de Forbach.
Mais, ce n'est qu'au moment où la campagne des législatives débute que Marie le côtoie beaucoup plus.
"Il s'est vite rendu compte que j'avais plein de compétences, j'ai fait un master en sciences politiques et philosophie politique au Canada. Il s'est dit qu'il pouvait me donner de plus en plus de responsabilités jusqu'au moment où il m'a demandé d'être sa directrice de campagne", relate-t-elle. Le cauchemar aurait alors commencé.

"On se sent humiliée, on se sent devenir une chose"

Marie fait d'abord face à "un homme hyperfusionnel", perdu sans son équipe.
"J'ai géré les plannings, les équipes, il fallait être polyvalente, j'avais plein de casquettes en même temps."
Très vite, certains gestes lui auraient mis la puce à l'oreille.
"C'est quelqu'un qui a tout de suite été très tactile, par exemple à vouloir me serrer dans les bras ou à me masser les épaules. J'ai eu tout de suite l'impression qu'il était intéressé dans le sens sexuel et émotionnel", précise-t-elle
"Les réflexions sur le physique" débutent aussi très vite.
Tous les matins, j'avais droit à des commentaires : 'T'as des jolis p'tis seins, j'aime les p'tis seins'.
Marie, ex-assistante parlementaire
à franceinfo
Lorsqu'elle monte les escaliers, elle assure aussi entendre ce genre de phrases : "Ah bah, j’ai une belle vue, t’as des belles fesses, ouais, il te va bien ce pantalon !"

TVL, journal du vendredi 20 oct. 2017: Marine Le Pen : un retour en demi-teinte

 



Ajoutée le 20 oct. 2017
 
00:54 - Politique / Marine Le Pen : un retour en demi-teinte
05:44 - Société / Weinstein : la légion du déshonneur
08:11 - Europe / La Pologne divisée en deux
11:27 - International / La Géorgie entre mondialistes et souverainistes
17:03 - L’actualité en bref
23:34 - La France de Campagnol

Les indépendantistes catalans se pressent aux guichets pour retirer leur argent des banques (IMAGES)


Les indépendantistes catalans se pressent aux guichets pour retirer leur argent des banques (IMAGES)
 
© Twitter @OscarJimenez
Des catalans retirant leur argent à l'appel d'associations indépendantistes
 
20 oct. 2017

Les deux principales associations indépendantistes de Catalogne ont appelé les Catalans à retirer leurs argent des banques pour protester contre le départ des entreprises de la région et la détention provisoire de deux leaders séparatistes.
                                   
Sur les réseaux sociaux, les deux plus importantes associations indépendantistes catalanes l’Assemblée nationale catalane (ANC) et Omnium cultural ont publié plusieurs appels aux séparatistes afin qu'ils aillent retirer leurs économies des banques le matin du 20 octobre.


S'il est encore trop tôt pour évaluer l'impact et l'ampleur de ce bank run, de nombreuses photos ont été publiées sur Twitter par les participants à l'opération.



Des indépendantistes ont ainsi exhibé les billets qu'ils avaient retirés.



Certains ont retiré 155 euros, en référence à l'article 155 de la constitution espagnol qui sera utilisé le 21 septembre par Madrid afin de démarrer le processus de suspension de l'autonomie de la Catalogne.




Cette initiative a lieu alors que plusieurs centaines d'entreprises ont déjà déménagé leur siège social de Catalogne dans la crainte d'une possible déclaration d'indépendance après la détention provisoire de deux leaders séparatistes, Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, accusés de sédition.

Lire aussi : Madrid s'apprête à suspendre l'autonomie catalane, Barcelone menace de proclamer l'indépendance

source

Une ex-salafiste porte plainte contre Tariq Ramadan pour “viol, agression sexuelle et harcèlement”

 
 
Henda Ayari. Photo © Capture d'écran France 5

Par Auteur
valeursactuelles.com/ Vendredi 20 octobre 2017
 
Dénonciation. Henda Ayari avait raconté son agression sexuelle dans un livre sans jamais citer le nom de l’islamologue controversé.
 
“C'est une décision très difficile, mais j'ai décidé moi aussi qu'il est temps de dénoncer mon agresseur, c'est Tariq Ramadan”, écrit ce vendredi Henda Ayari dans un message publié sur son compte Facebook, en pleine campagne #BalanceTonPorc, née sur les réseaux sociaux, où des milliers de femmes racontent leurs expériences de harcèlement sexuel, dans le sillage de l’affaire Weinstein.
Cette ancienne salafiste, répudiée par son mari rigoriste et violent, avait enlevé en 2015, dix jours après les attentats de Paris, son voile islamique qu’elle portait depuis l’âge de 21 ans, pour devenir enfin “une femme musulmane libre”.
Elle a raconté son histoire dans un livre, “J’ai choisi d’être libre”, sorti en 2016 et largement repris par la presse.
 
Sur le même sujet
Agressée à la sortie d'un congrès de l'UOIF

“J'ai décidé de déposer plainte contre Tariq Ramadan pour ce qu'il m'a fait subir !”, annonce également Henda Ayari, dans un autre message, posté sur le réseau social.
 “Je n'ai peut-être pas les mêmes moyens financiers que lui pour me payer des avocats et experts pour me défendre mais j'irai jusqu'au bout de ce combat quoi qu'il m'en coute !
 
Sur le même sujet
 

Pour Jeanne Françoise Hutin, il faut accueillir davantage de migrants en Europe

 
jeanne_francoise_hutin
 
20/10/2017 – 08H00 Rostrenen (Breizh-info.com) – 
 
Jeanne Françoise Hutin, femme de François Régis Hutin, patron d’Ouest France, premier quotidien français, a déclaré lors d’une conférence à Rostrenen que l’Europe devait se préparer à accueillir davantage de migrants.
 
Cet appel à la submersion migratoire, tout de même bien inconscient venant de la femme d’un des hommes les plus influents de France, a été fait à l’occasion de l’Université du temps libre de Centre-Ouest-Bretagne (Carhaix-Rostrenen-Gourin) qui se déroulait au Ciné Breiz de Rostrenen, et qui avait pour thème « Où va l’Europe ? ».
Après avoir évoqué différents problèmes en Europe, la  présidente de la maison de l’Europe évoque la question de l’immigration et des migrants« C’est un vrai problème, derrière lequel il y a une éthique : tout homme a le droit d’être reconnu et accueilli. Il faut les accueillir et leur donner un avenir. Il faut nous préparer à en accueillir davantage. »
 
Mais aussi : « On a l’afflux de nos frères malheureux du Moyen-Orient, d’Afrique… Qui arrivent sur nos côtes. Il faut qu’ensemble on invente un système pour que la vie soit possible pour eux. »
 
Figure du vieux centre-droit breton (elle a été candidate de l’UDF), âgé de 79 ans, Jeanne-Françoise Hutin bénéficie, notamment grâce à la position de son mari, de toutes les entrées dans les cercles politiques, économiques et associatifs en Bretagne.
Cela lui permet notamment d’être médiatisée lorsqu’il s’agit de défendre coûte que coûte les migrants, y compris jusqu’à l’aveuglement : « Nous, Européens, nous nous pensons les défenseurs des Droits de l’Homme et nous laissons à notre porte des enfants, des familles, des vieillards, des peuples entiers sans leur apporter la moindre aide (…) C’est impossible de continuer comme ça ! » expliquait-t-elle en septembre 2015, avant que des millions d’individus – principalement des jeunes hommes – n’arrivent sur notre territoire.

« La Catalogne bientôt mise sous tutelle devrait déclarer son indépendance pure et simple » L’édito de Charles SANNAT


« La Catalogne bientôt mise sous tutelle devrait déclarer son indépendance pure et simple » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Montée des tensions en Espagne et donc en Europe, montée des inquiétudes.
 
Comme je vous l’ai toujours dit, l’euro est bien plus fragile que le dollar, parce que le dollar est la monnaie d’un pays qui a déjà fait son unité, alors que l’euro est la monnaie d’une Europe bien en peine pour passer à l’étape supérieure de sa construction à savoir…
l’Europe unie et fédérale, ne formant plus qu’un État.
Nous voyons bien cet état de fait avec le problème catalan particulièrement prégnant aujourd’hui.
Madrid a convoqué un conseil spécial des ministres qui devrait déclarer samedi (les marchés seront fermés) la mise sous tutelle de la Catalogne en application de l’article n°155 de la constitution espagnole qui permet au gouvernement central de suspendre tout ou partie de l’autonomie d’une région si celle-ci viole ses obligations légales, ce qui est manifestement le cas d’une région déclarant son indépendance.
La Vanguardia, qui est un grand quotidien ibérique, écrivait d’ailleurs toute son inquiétude pour une région ayant une langue et une culture propre, fière de son autonomie ; pour le quotidien, une telle mesure pourrait déclencher un « affrontement civil ».
À ce jeu-là, comme à chaque fois, ce sont les plus motivés qui l’emportent, et les modérés sont rarement entendus, alors qu’évidemment, ils sont très nombreux à ne pas vouloir, à défaut d’une véritable guerre civile, des affrontements violents au sein même de la nation espagnole.
 
Se réveiller lundi prochain, le 23 octobre, avec un nouveau pays en Europe !

Voilà ce qu’il risque de se passer, et la boîte de Pandore sera ouverte.

Omar Sy, Knock chatouilleux, ne supporte pas qu’on le gratouille

 



 
Jean Rochefort s’en est allé comme il avait vécu, dans l’esprit et l’élégance. Omar Sy est arrivé, dans l’insulte et dans l’outrance.

Promotion de son dernier film oblige, il est revenu des États-Unis pour nous vendre l’ânerie du moment : Knock, sinistre pochade de la cinéaste Lorraine Lévy qui doit faire se retourner le pauvre Jules Romains dans sa tombe.
Notre époque n’a que ce qu’elle produit, si ce n’est ce qu’elle mérite, à savoir des artistes incultes qui, privés d’imagination, réinterprètent à leur sauce des classiques dont l’intelligence et la saveur leur ont totalement échappé.
Oma Sy est devenu Knock sans connaître ni Knock ni Jules Romains, et sans doute pas, non plus, Louis Jouvet qui en fut le génial interprète.
On lui pardonnerait s’il était resté à sa place d’acteur au lieu de devenir un minable donneur de leçons de vie doublé d’un pleutre…
En effet, remis vertement à sa place par Éric Zemmour qu’il avait grossièrement insulté sur Europe 1, le traitant de « criminel », Omar Sy s’en est vite retourné pleurnicher dans le giron d’Hollywood, abandonnant en rase campagne la promo de son navet.
Il a eu peur, peur de se frotter aux mots qui ont un sens, à la culture politique, peur de la dialectique, la vraie, au-delà du bla-bla convenu.
Comme on le craignait (en vérité, on s’en fout totalement), ce Knock est un navet.
Une grosse daube.
Pire : une insulte à l’œuvre de Jules Romains, cette peinture de mœurs tout en subtilité.
Lorraine Lévy n’est pas la première à commettre ce genre de crime.
On a déjà vu cela.
Deux exemples me viennent à l’esprit.
Boudu, pour commencer.
Tourné par Jean Renoir en 1932, Boudu sauvé des eaux est l’histoire d’un clochard anar et cynique qui sème la révolution dans la famille qui l’a sauvé de la noyade.
En 2004, Gérard Jugnot en fait un saint homme dans la carcasse de Depardieu, parce que dans son monde de Bisounours, on ne saurait être à la fois pauvre et méchant.

La fin de la France blanche et chrétienne, vraiment ?

 


Le 20/10/2017
Gregory Vanden Bruel

Le camp qui aujourd’hui soutient Danièle Obono poursuit une œuvre de déconstruction de ce qui a nourri l’identité française depuis des siècles.

En des temps où la France chérissait sa grandeur, le général de Gaulle déclarait, dans un de ces aphorismes qui finissent par lasser quand ils tournent en boucle pour finir dans la bouche de Nadine Morano, que la France était « de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne ».

Le constat relevait, à l’époque, de l’évidence.
On ne criait pas encore « Nique la France » à la cantonade.
On ne se couvrait pas non plus le chef sur les bancs de l’Assemblée nationale.
On exprimait sa compassion pour les victimes françaises tombées au combat.

Danièle Obono, la nouvelle star de La France insoumise, a quant à elle signé une pétition en faveur d’une chanson crachant sur la France, est apparue couverte d’un foulard dans l’Hémicycle parlementaire et semble avoir beaucoup de mal à exprimer quelque compassion pour les victimes de l’attentat de Charlie Hebdo.
La femme qui incarne l’antipatriotisme est forcément attaquée par les amoureux du drapeau tricolore, mais trouve un grand nombre de défenseurs dans les cénacles intellectuels et politiques.
Parmi ceux-ci, Hamidou Anne s’est fendu d’une tribune dans Le Monde pour expliquer, doctement, que « la France blanche, chrétienne, au risque de terroriser certains petits esprits, est finie », car, poursuit l’auteur, « l’avenir du monde est le métissage » tel que prédit par Léopold Sédar Senghor.

Bloc-notes : la gauche "morale" devient écœurante

 


                   
Une odeur d’égoût.

La gauche américaine, qui concurrence la gauche française dans un douteux magistère moral, laisse échapper une pestilence jusqu’alors contenue par l’omerta du milieu.
Harvey Weinstein, phare du show-biz et financier du parti démocrate, est accusé de viols, agressions et harcèlement sexuels.
Des actrices disent enfin ce que Hollywood, en guerre contre Donald Trump, voulait cacher de ses propres turpitudes.
Hillary Clinton, amie de Weinstein, a promis de redistribuer à des œuvres l’argent reçu du prédateur. Elle a néanmoins lancé, visant Trump : "Nous avons quand même quelqu’un qui a admis être un agresseur sexuel dans le bureau ovale".
Si un président s’est laissé aller à des cochonneries dans la Maison Blanche, c’est Bill Clinton, son époux.
Mais la gauche "vertueuse" s’autorise tout.
Le pornographe Larry Flint offre même, cette semaine, dix millions de dollars à qui dénoncera le président pour le destituer.
En France, un autre écœurement prend à la gorge avec le dévoilement des coulisses de l’affaire Mohamed Merah.

La Ferté-sous-Jouarre : quatre gendarmes insultés et blessés

 
dordogne-ivres-ils-s-attaquent-a-la-gendarmerie

Illustration. Quatre gendarmes ont été blessés lors d’une mission de routine. Deux suspects ont été arrêtés. LP/Olivier Boitet

17 octobre 2017
 
Ils menaient au départ une mission de routine.

Une patrouille de gendarmes qui venaient remettre une convocation à un habitant du square Montmirail à La Ferté-sous-Jouarre a été prise à partie par des jeunes majeurs.
Ils ont commencé par lancer aux militaires qu’ils n’étaient pas chez eux et qu’ils n’avaient rien à faire là.

Les jeunes ont empêché les gendarmes de sortir de leur voiture tout en les insultant, les menaçant de mort et leur crachant dessus.
Les forces de l’ordre se sont extraites de leur voiture et ont alors reçu une pluie de coups.
Quatre militaires ont été blessés.
De nombreuses patrouilles de gendarmerie se sont rendues sur place pour prêter main-forte à leurs collègues.

Sur les six fauteurs de troubles repérés, deux ont été arrêtés et placés en garde à vue.
Ils ont 18 et 19 ans.
L’enquête se poursuit pour retrouver les autres.

source

jeudi 19 octobre 2017

Avec les compliments du guide (vidéo)

 


 
Il ne s’agit pas d’une « affaire » comme les autres. Parce qu’au-delà de l’argent, il y a, cette fois-ci, une guerre. 

Fruit de six années d’enquête, Avec les compliments du Guide retrace pour la première fois, grâce à des témoignages et des documents inédits, l’histoire secrète de compromissions à visages multiples avec la Libye de Kadhafi, une dictature.
De la corruption aux mensonges sur l’intervention militaire de 2011, des morts suspectes qui tétanisent les témoins aux dessous d’une enquête parsemée d’embûches pour les juges et les policiers, Fabrice Arfi et Karl Laske révèlent les coulisses d’un naufrage français sans précédent.

Quand la France fait voler en éclats toutes ses valeurs sur l’autel de l’argent sale et de la raison d’État…
 

Antifas : est-ce qu’il faudra des morts ?, par Caroline Parmentier

 
Chard Antifas                         
       
Face à la résurgence violente de l’extrême gauche, Emmanuel Macron pouvait difficilement faire moins que de promettre lors de son discours aux forces de l’ordre de « punir sévèrement » les groupuscules activistes.
 
 
Mais quand ?
Ces promesses de fermeté ont déjà été faites au plus fort de la colère des policiers.
Et jamais tenues.

Alors que le chef de l’Etat a rappelé que ces actions avaient tout à voir avec le crime et rien à voir avec la politique (comme l’islamisme avec l’islam en somme) et que leurs auteurs seraient « systématiquement recherchés, identifiés, et condamnés », les exactions continuent.
Dans la plus grande indulgence et complaisance médiatique.
Ou carrément avec le soutien intellectuel des idéologues comme dans Le Monde ou Médiapart.
Malgré les 363 policiers et gendarmes blessés lors des émeutes contre la loi Travail en 2016, les soutiens aux antifas ont pu défiler en toute quiétude il y a quelques jours en scandant des appels au meurtre :
« Première, deuxième, troisième voiture brûlée, on aime tous les grillades de poulet ». 
« Les images de fonctionnaires en flammes ou de leurs véhicules incendiés ne peuvent être oubliées », a déclaré le président aux policiers, avouant que les agressions contre les policiers et gendarmes « se poursuivent ».
Comme ce fut encore le cas avec l’attaque des casernes de gendarmerie le 21 septembre dernier à Grenoble et Limoges revendiquée sur le site d’extrême gauche indymedia, régulièrement utilisé par ces organisations.

Date de procès fixée trop tard, des braqueurs présumés sont libérés

   

Date de procès fixée trop tard, des braqueurs présumés sont libérés 

La cour d'assises du Vaucluse, surchargée de dossiers, n'a pu fixer une date que trente mois après l'appel des braqueurs présumés...
capture d'écran google street view
Publié le 19/10/2017 à 17h07 par SudOuest.fr avec AFP.
 

Deux hommes condamnés à de lourdes peines pour une série de braquages violents ont été remis en liberté mercredi. La cour d’assises du Vaucluse a trop tardé à fixer leur procès en appel.
 
L’histoire est rocambolesque.
Deux braqueurs présumés, considérés comme violent, ont été libérés ce mercredi en raison de la lenteur de la justice à fixer une date pour leur procès en appel.
Jugeant que "le délai d’audiencement de la procédure est déraisonnable", la cour d’appel d’Aix-en-Provence a ordonné la remise en liberté de Célik Zamoun, 26 ans, et de Nassim Chenouf, 31 ans, condamnés le 3 juillet 2015 par la cour d’assises du Gard, le premier à 22 ans de réclusion criminelle, le second à 15 années.
Tous les deux avaient fait appel de leur condamnation.
 
Armés de Kalachnikov
 
Les deux hommes, aux casiers judiciaires chargés, sont soupçonnés de faire partie d’une "équipe à tiroirs" qui, en 2011, avait braqué une quinzaine d’Intermarché dans le Gard, la Drôme, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône, des vols commis sous la menace de Kalachnikov et accompagnés de violences.
 
La cour d’assises du Vaucluse, désignée le 13 janvier 2016 pour les juger en appel, vient de fixer l’audience du 5 au 20 février 2018, soit trente mois après leur appel.

ISF: Macron piégé par le ghetto des beaux quartiers


 
19 octobre 2017
 
La polémique sur l’ISF et sa suppression prend un bien vilain tour pour le gouvernement, dont la ligne de défense est difficile à percevoir.
 
Trompé par une fréquentation trop grande des élites parisiennes, Macron avait manifestement surestimé la résistance des salariés du privé aux ordonnances, et sous-estimer la résistance des Français à la suppression de l’ISF.

Il ne l’avait pas bien vu venir, ce coup-là, Emmanuel Macron.
Autant le Président avait blindé sa méthode sur les ordonnances pour éviter la constitution d’un front syndical ou social uni, autant, sur l’ISF, l’absence de déminage préalable apparaît aujourd’hui comme une dramatique erreur de calcul.
Il faut dire qu’il n’est pas très aidé par Philippe, Darmanin et Le Maire, qui multiplient les erreurs de communication et le plombent peu à peu.
 
L’ornière mal assumée du Président des riches
 
Tout a commencé quand Mélenchon a publié un billet sur le « président des riches », à la mi-septembre.
Soudain, le ton de la rentrée était donné.
Par une maladresse liée à son incapacité à reconnaître ses défauts, Macron s’est mal défendu de cette accusation.
Au lieu de l’assumer et de la revendiquer clairement comme un mal nécessaire pour le pays, le président a cherché à allumer des contre-feux.
Ah! si Emmanuel Macron avait l’intelligence du coeur et la capacité à dire: oui, j’ai été élu avec l’appui des riches, et nous avons collectivement besoin d’eux.
Tout serait tellement plus simple.
Mais, au lieu de cet aveu, il n’a pas hésité à entamer la pire des batailles: sur un terrain choisi par l’ennemi, il a suscité des amendements parlementaires sur la taxation des yachts et autres inventions grotesques dont la presse s’est emparé pour expliquer (à juste titre) qu’ils étaient juste un maquillage.
Et voilà notre Président parti, avec ses malhabiles premiers de cordée, à la reconquête d’un terrain ingagnable.

TVL, journal du jeudi 19 oct. 2017: La police du quotidien: un air de déjà vu

 



Ajoutée le 19 oct. 2017
 
01:03 - Sécurité / La police du quotidien: un air de déjà vu
04:17 - Politique / Poitiers : la chasse aux sorcières identitaires
07:40 - Economie / Macron et la “Nouvelle France Agricole”
10:58 - International / Kurdistan : la nouvelle poudrière irakienne
15:55 - L’actualité en bref
20:51 - La France de Campagnol

Enfumage et manipulation, Collomb avoue

 
 
  par 19 octobre 2017
 
Gérard Collomb au sujet des « terroristes d’extrême droite » : « ce n’était franchement pas la bande la plus sérieuse qu’on ait arrêtée ces derniers temps »
 
Le ministre Gérard Collomb confie à France Inter à propos des personnes  » d’extrême droite  » arrêtées parce que soupçonnées de préparer des attentats :  » ce n’était franchement pas la bande la plus sérieuse qu’on ait arrêtée ces derniers temps « .
 


Mais cela permet à l’inénarrable Jean-Luc Mélenchon de demander la fermeture du local de l’Action Française à Marseille.

Et les violentes milices antifas, on en parle ?

Gérard Depardieu : "Je connais bien le Weinstein en question



Europe de la paix ? Non, Europe de la misère = Europe de la guerre

 

Europe de la paix ? Non, Europe de la misère = Europe de la guerre

par Charles Sannat | 19 Oct 2017 | 

La pauvreté de l’Europe vue par nos amis russes : “Plus de 23 % de la population de l’Union européenne étaient menacés de pauvreté en 2016, d’après les données publiées par l’office statistique européen”…

Remarquez, il s’agit-là effectivement des chiffres donnés par Eurostat.

Alors de vous à moi, l’Europe peut faire semblant de s’alarmer de la montée de la pauvreté, car tout ce que fait l’Europe ne peut avoir pour conséquence que l’augmentation de la pauvreté.

Rien n’est fait pour lutter contre la misère.
Les flopées de migrants que nous n’avons plus ni les moyens ni la volonté d’intégrer sont condamnées à une forme de misère qui sera la mère de tous les extrémismes dont tout le monde aura à pâtir.

Les dumping fiscal et social ne peuvent qu’aggraver les disparités au lieu de les régler progressivement.

Les accords de libre-échange et la mondialisation ne peuvent que pousser aux délocalisations et aux pertes d’emplois.

Ne soyons pas dupes.
Cette Europe n’est pas l’Europe de la paix, mais l’Europe de la misère.
Or la misère termine toujours en guerre.