samedi 26 août 2017

Strasbourg : la justice saisie contre une femme qui critique les musulmanes voilées sur Facebook


 
musulman

 
Cette femme a déjà été suspendue, peut-être même limogée.
Mais cela ne suffit pas aux musulmans du CCIF, il faut que la "justice française" la détruise jusqu'au bout.
C'est ainsi que les musulmans misent su la peur et l'éradication des kouffars récalcitrants via les sanctions pécuniaires, en utilisant pour cela la justice des kouffars.
Le terme même de "grand remplacement" doit être sanctionné alors que c'est une réalité dans nombre de villes françaises, comme à Roubaix.
Il faut absolument que la réalité soit perçue comme une divagation d'extrême droite afin que l'autochtone ait honte de se poser des questions.
Et tout ceci après des attentats musulmans ignobles dans toute l'Europe.
Aucune remise en question des musulmans, aucune autocritique, aucun scrupule.
Absolument rien.
Ce qui signifie que tout ce cirque hypocrite va continuer jusqu'au bout.
Evidemment le racisme musulman à l'encontre des non musulmans n'est jamais évoqué alors que les musulmans pieux nous maudissent 17 fois par jour et qu'ils l'expriment clairement dans certaines écoles ou par certains imams.
 
**********
 
Le parquet de Strasbourg va être saisi par le Collectif contre l'islamophobie en France, dans une affaire de photos de femmes voilées.
Elles ont été postées sur Facebook par une femme qui s'indignait de leur nombre sur la plage installée cet été à Strasbourg.
Le Collectif contre l'islamophobie en France annonce qu'il va saisir la justice à Strasbourg suite à l'affaire des photos de femmes voilées.
Ces sept photos ont été prises le 21 août aux Docks d'été à Strasbourg, avant d'être postées sur Facebook par leur auteur Julia Zborovska. Les visages des femmes n'étaient pas masqués.
 
bischheim
 
Sur le post on peut lire : "voilà une heure passée au Rivetoile plage à Strasbourg - capitale de l'Europe, la ville des droits de l'Homme... c'est claire ce n'est pas la ville des droits de la femme... Liberté, égalité entre hommes et femmes ? il y a plus de femmes voilées que de petites filles en petites robes et des petites jupes... moi perso ça me choque. PS : Et la peine de me parler de droit à l'image, avec leur camouflage, personne ne va les reconnaître !
Je suis tout sauf raciste, fasciste ou nationaliste" - Julia Zborovska, l'auteur du post Facebook, au micro de France Bleu Alsace
C'est au nom du féminisme que Julia Zborovska, 40 ans, affirme avoir publié ces photos sur son compte Facebook : "je suis surprise et un petit peu choquée par beaucoup de haine et de colère. Ce n'était pas le but de provoquer ce conflit. Mon message était plus féministe que raciste. Mon seul regret est de ne pas avoir caché les visages des femmes. Ce sont les tenues que je voulais prendre en photo. Je suis tout sauf raciste, fasciste ou nationaliste".
Ce post reprend la thèse de l'invasion musulmane" - Lila Charef du Collectif de lutte contre l'islamophobie en France
Sauf que son post a été largement diffusé et commenté sur des sites identitaires, racistes et xénophobes et a suscité l'indignation du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF).
 "Ce post reprend ni plus ni moins la thèse du grand remplacement développée par l'extrême droite, celle de l'invasion musulmane", explique Lila Charef, qui co-dirige le CCIF.
 "Sans compter que ce sont des clichés volés de femmes qui profitaient tranquillement de la plage de Strasbourg".
 
Le collectif a annoncé son intention de saisir le parquet de Strasbourg et va demander à l'employeur de la jeune-femme, une salle de fitness de Bischheim, où elle officie comme coach, de la sanctionner. Son post a également provoqué la colère de plusieurs clients de cette salle qui appelaient à la boycotter.

source

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.