jeudi 10 août 2017

Le problème du chômage chez les immigrés

 


Le 10/08/2017


Sur le front de l’emploi, les différences entre immigrés et « autochtones » sont peu significatives… sauf pour ceux qui sont nés en Afrique.
 
Dans l’Allier, un dispositif permet de donner des cours de français et une formation (dans le bâtiment) aux migrants nouvellement arrivés dans le département.
Cette excellente initiative était absolument nécessaire, car un étranger ne sachant pas s’exprimer dans notre langue et sans diplôme est sûr de ne jamais trouver du travail et, donc, de ne jamais s’intégrer. Et les premières années sont décisives.
Celui qui rate le coche au départ court le risque d’être marginalisé par la suite.
Selon l’INSEE, sur le front de l’emploi, les différences entre immigrés et « autochtones » sont peu significatives, sauf pour ceux qui sont nés en Afrique.
23 % des 800.000 actifs originaires de ce continent (soit 180.000 personnes) sont chômeurs et 40.000 n’auraient même jamais travaillé (contre 8 % des autres habitants qui sont sans emploi).
Si on estime à 20.000 € le coût pour la collectivité d’une personne sans travail (avec le RSA, l’assurance maladie, etc.), si on y ajoute les allocations familiales, et en tenant compte du fait que 13 % des immigrés sont des réfugiés politiques, la France dépenserait près de quatre milliards par an pour des migrants économiques nés en Afrique et sans emploi (donc pour des personnes qui n’étaient pas persécutées chez elles et qui ont décidé, sans notre accord, de venir vivre chez nous).

On peut, bien entendu, estimer cette dépense raisonnable et la voir comme un impôt solidarité envers la misère mondiale dont le montant serait acceptable.
Mais on peut également faire un autre type de calcul, car l’immigration s’accélère depuis dix ans et les chiffres (peu inquiétants) que j’ai mis en avant dans le paragraphe précédent sont le reflet du passé et sans doute pas de la situation actuelle.
90.000 clandestins par an finissent par être régularisés (grâce à la généreuse circulaire Valls, qui accorde un titre de séjour après cinq ans de présence sur le sol français).
Parmi eux, au vu des chiffres précédents, l’équivalent de 20.000 seront jusqu’à leur mort à la charge de la nation (en comptant ceux qui ne travaillent jamais et connaissent des périodes de chômage plus ou moins longues).
Un migrant âgé en moyenne de trente ans qui ne trouvera jamais d’emploi coûtera au total à la nation un million d’euros (= 50 x 20.000 €).
Donc, en ne refoulant pas les clandestins économiques, nous augmentons chaque année la dette de la France de vingt milliards !
En outre, si on renvoyait chez eux tous les immigrants économiques sans emploi, tout en leur versant jusqu’à leur mort 10 % de ce qu’ils coûteraient en France (donc 2.000 € par an), ils vivraient tout à fait correctement dans leur pays (le salaire moyen annuel au Mali est de 660 € !) et nous ferions de substantielles économies sans faillir à notre devoir de solidarité.
La sortie sèche d’argent serait la même pour nous, car nombre d’immigrés envoient de l’argent à leur famille.
Et on s’épargnerait beaucoup des problèmes sociaux qui rongent le pays.
Mais, évidemment, cette solution est parfaitement utopique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.