mercredi 12 avril 2017

BHL vote Macron… parce qu’il faut bien en être !

 


Le 12/04/2017


La face du monde, assurément, va s’en trouver changée.
 
Bernard-Henri Lévy, l’ex-chef de guerre de Sarkozy qui nous a conduits dans le bourbier libyen après avoir fait le kéké en ex-Yougoslavie et en Ukraine, BHL, donc, annonce au monde qu’il va voter Macron… et la face du monde, assurément, va s’en trouver changée.
Séduit par ce jeune premier « mi-Kennedy, mi-Alcibiade », notre phare de la pensée contemporaine ira toutefois du bout des doigts, une main pour l’urne, l’autre pour se pincer le nez.
Ah ça, il le trouve beau, Macron !
Ambitieux, dangereusement étourdi par sa propre personne (un clone de lui-même, en somme), mais il votera quand même pour lui par défaut, « compte tenu de l’offre politique disponible », voyant là le « meilleur moyen d’écarter ceux qui, dans la hargne ou l’amertume, naufragent la République ou ajournent le moment du sursaut ».
BHL, qui a frayé avec tous, s’invitant chaque saison à la table des puissants, distribuant ses conseils de droite à gauche et de gauche à droite entre nuitées marocaines et sorties en yacht, n’a évidemment aucun reproche à se faire.
Aucune part dans la détestation du « peuple », cette part grouillante de l’humanité qui sent le pâté et pue des pieds, pour les « élites » dont il est l’incarnation jusqu’à la caricature.
Étalant sa science verbeuse dans un soudain élan bucolique, le grand échancré s’interroge : Macron « ira-t-il au bout de sa volonté affichée de franchir les Rubicon idéologiques ? Saura-t-il cueillir en un bouquet, comme il n’a cessé de le répéter, les roses et résédas de nos croyances ? […] Puisque, comme les abeilles de Montaigne, il prend partout thym et marjolaine, se contentera-t-il d’en faire son miel ou sera-ce le creuset d’une parole neuve ? »
Le plus extraordinaire, le plus comique, pourrait-on dire, est que Bernard-Henri Lévy s’exclut du ridicule dont il affuble les autres, et bien sûr s’exonère de toute responsabilité, lui, le donneur de leçons, l’ancien maoïste conseiller de Mitterrand et de Sarkozy en passant par Chirac et Jospin.
Le voilà qui contemple le champ de ruines du haut de son Olympe : que fera Macron, se demande-t-il, « de ce carrousel de paroles mortes, thrombosées par les vieux partis qui sont tous, aujourd’hui, de grands cadavres à la renverse » ?

Ni responsable ni coupable de cette déconfiture française à laquelle il a pourtant largement pris part, BHL poursuit : « Et ce quadrille des ralliements, ce supplice lent infligé aux grandes formations transforment-ils juste En Marche! en arche de Noé pour éléphants de gauche, dinosaures de droite et chevaux de retour de toutes tendances venant se sauver du déluge – ou est-ce le prélude d’une recomposition réelle ? »

Éléphant de gauche, il l’est ; dinosaure de droite, BHL l’est aussi : cheval de retour, plus encore !

 On peut y ajouter cadavre des utopies mortifères, charognard et suceur de misère, car la vie de Bernard-Henri Lévy n’aura, au fond, été occupée que par la mise en scène « caligulesque » de sa propre personne sur fond de révolutions.

Voilà à quoi lui aura servi sa fortune : à entretenir les fleurs vénéneuses de son incommensurable vanité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.