jeudi 20 avril 2017

20 % de demandeurs d’asile en plus : le détournement de procédure érigé en système !

 
Résultats de recherche d'images pour « konk asile »


Le 20/04/2017


Ce flux migratoire est injustifié, puisque essentiellement économique.

Dans un récent article du Figaro, on pouvait lire qu’en 2016, « entre les dossiers de l’Ofpra [Office français de protection des réfugiés et des apatrides, NDA] et ceux des préfectures, près de 100.000 migrants se sont pressés aux guichets ».
Ce qui fait une augmentation de 20 % des demandeurs d’asile.
Et ce chiffre n’est pas près de baisser si les électeurs jettent leur dévolu sur quelque candidat amoureux de l’accueil de la diversité !
Ces migrants ne sont pourtant pas massivement arrivés en Europe par la France, alors que la procédure de Dublin est claire, qui prévoit que « le pays responsable de votre demande est : soit celui par lequel vous êtes entré et dans lequel vous avez été contrôlé, soit celui qui vous a accordé un visa ou un titre de séjour » (source : Service-Public.fr).
Ainsi, ceux qui sont passés par la Grèce ou l’Italie devraient y être transférés.
Seulement voilà : « Le taux de renvoi vers l’Italie ou la Grèce, principales portes d’entrée pour ces migrants, ne dépasse pas 10 %. En clair : neuf étrangers relevant du statut Dublin sur dix restent dans l’Hexagone », rapporte Le Figaro.

Preuve que l’Europe, ça ne marche pas et qu’il faut recouvrer notre souveraineté au plus vite.

Cette situation, dont on connaît maintenant l’exorbitant coût pour notre pays, tant financier que sociétal, n’empêche pas le patron de l’OFPRA, Pascal Brice, de se féliciter de ce « record historique », ajoutant que le taux de protection de notre pays est « désormais comparable à ceux des principaux pays d’accueil dans l’UE ».
 C’est un peu comme se réjouir s’il y avait autant d’incendies en France qu’en Californie !
De son côté, « Paris se rassure en comparant la situation française avec celle de l’Allemagne ».
Vu comme ça, tout va bien, en effet !
Sauf que ce flux migratoire est injustifié, puisque essentiellement économique.

Les aides accordées à ces réfugiés ont été évidemment sous-évaluées : « Le nombre d’employés de l’Ofpra est passé de 475 à 800 ces dernières années. Les places en Centres d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) ont quasiment doublé sous le quinquennat Hollande. Mais l’État continue de sous-évaluer le montant total des aides allouées aux demandeurs : en 2016, plus de 300 millions ont été engloutis. […] Deux milliards, c’était la facture dressée par la Cour des comptes pour 65.000 demandeurs en 2015. »
 Pendant ce temps, nos SDF made in France peuvent continuer à mourir au grand air !
C’est que ça coûte, l’entretien de ces déshérités qui, me suis-je laissé dire, trouvent quelquefois inqualifiable la nourriture qu’on leur sert !
Que voulez-vous, messieurs-dames, on ne trouve plus de bon personnel chez nous !
C’est surtout que notre générosité pour ceux qui « détournent une procédure qui fait l’honneur de la France » (dixit Éric Ciotti), à savoir le droit d’asile, connaît en ce moment une période de sécheresse.

 Aussi, chers migrants, allez donc voir ailleurs, des fois que l’herbe y serait plus verte !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.