dimanche 30 avril 2017

Voter pour, voter contre

         
C’est une passion française : voter contre.

J’étais gamin encore, en 1965, et nombre de gens ont voté contre Mongénéral.
 Passons sur ceux qui ont voté pour Lecanuet (dents blanches, sourire américain et financement de même origine) ou pour Tixier-Vignancour (pas grand monde, et pourtant les anciens de l’OAS et les nostalgiques du pétainisme étaient nombreux en France à l’époque).
Mais le débat s’était focalisé sur la politique de De Gaulle — pour ou contre.
 Premier coup d’éclat de Mitterrand, qui parvint à mettre le grand Charles en ballottage.
En 1981, contrairement à ce qu’a tenté par la suite de faire croire le PS, on a surtout voté contre Giscard — et Mitterrand n’a été élu que par l’appoint des chiraquiens, qui préparaient l’avenir.
 En 1995, il a bien fallu que la droite vote contre Balladur pour élire Chirac.
Sans parler de 2002, où nous avons voté contre Le Pen.
Le problème, c’est que Chirac s’est aisément persuadé que 82% des Français approuvaient sa politique.
Engueulade sérieuse hier avec un représentant du SNES.
 Macron, que ces imbéciles appellent à élire sous prétexte de vote anti-Marine (comme l’UNSA et le SGEN, qui furent les syndicats-godillots de Najat, et seront les syndicats-poubelles de Macron), se croira légitimement élu, lui disais-je, et appliquera la politique libérale, européenne version Schaüble et mondialiste version Goldman Sachs, qui leur pend au nez : des profs recrutés par les chefs d’établissement sur des critères obscurs, et notés par une coalition d’administratifs, de parents et d’élèves.
 C’est pour le coup qu’ils seront obligés de mettre de bonnes notes !
Les dernières rumeurs en provenance des états-majors font état de la nomination de Philippe Meirieu à l’Education.
C’est comme si on avait nommé Landru secrétaire d’Etat aux veuves de guerre…
Ou Benoist Apparu, qui a rédigé le livre de Juppé sur l’école.
Nous voilà bien !
Oui, je vais céder à la vieille passion française, et voter contre.
Ou plutôt, voter pour : pour l’Etat et pour la nation.
 Pour l’universalité de la langue française.
Au moins, que je ne puisse pas me reprocher, pendant les cinq ans d’une présidence Macron qui mettra la France dans le même état que la Grèce, d’y être pour quelque chose.

" L'anecdote " ou la morgue de ceux qui sont sûrs de gagner...

Le 30/04/2017





ou : Jacques Attali, Whirpool, " l'anecdote " qui dit tout par Natacha Polony:

" Une «anecdote». En prononçant ce mot, Jacques Attali n'avait pas conscience de sa portée symbolique.

 
«C'est en effet une anecdote dans un contexte plus large, c'est une anecdote, non pas au sens péjoratif du mot, mais cela s'inscrit dans un contexte de la mondialisation ou de la fermeture», a-t-il affirmé sur ce ton de prophète dont il a le secret pour faire taire le journaliste forcément ignorant.

«Je ne voudrais pas que cette campagne se réduise à des anecdotes. La priorité pour moi, dans les dix jours qui viennent, c'est de voir les candidats avoir la chance de confronter leurs programmes.»
Même en replaçant le mot dans son contexte, on perçoit la morgue de celui qui sait, et qui balaie d'un revers de la main les misérables objections.
Une anecdote, comme d'autres diraient un point de détail...
L'équipe d'Emmanuel Macron a eu beau renier l'encombrant gourou, le mot a fait mouche, venant coiffer cet épisode de la campagne, comme un retour du refoulé pour ceux qui, sûrs de gagner, s'épargnent les précautions langagières.
Une multinationale américaine, qui fait 20 milliards de chiffre d'affaires, augmente les dividendes de ses actionnaires de 10% et délocalise une usine en Pologne pour profiter de salariés sous-payés alors que les lave-linge qu'elle produit devront faire mille kilomètres pour revenir sur leur marché de destination, la France.
Alors que Whirlpool sacrifie pour cela 286 salariés, plus soixante emplois chez un sous-traitant qu'elle avait fait installer là et des centaines d'intérimaires, Attali, sur un ton d'évidence désinvolte, dit tout haut ce que pensent tout bas ceux qui considèrent la situation comme normale.

Externalisation de la gestion des radars, brouilleurs : 40 millions d’automobilistes contre-attaque

 Le 30/04/2017


Radar_embarque
 

30/04/2017 – 08h30 Rennes (Breizh-Info.com) –

 Les mesures de la Sécurité routière visent-elles vraiment à sauver des vies ?

 C’est la question que pose l’association 40 millions d’automobilistes, avec la publication d’une vidéo qui alerte sur deux mesures négociées actuellement par les pouvoirs publics : l’externalisation de la gestion des radars embarqués (expérimentée actuellement) ainsi que la mise en place de brouilleurs pour empêcher les automobilistes d’émettre et de recevoir des informations de sécurité routière sur leurs outils d’aide à la conduite communiquant.
«L’État s’apprête à faire passer deux projets scandaleux qui vont avoir un impact direct sur votre vie d’automobiliste.» écrivent les responsables de l’association d’automobilistes, qui publie une vidéo à ce sujet (voir ci-dessous) :

 


40 millions d’automobilistes lance de plus un appel afin que chaque citoyen écrive aux députés, via un courrier type dont voici le contenu ci-dessous :
 
Madame la Députée, Monsieur le Député,

Marion Maréchal-Le Pen répond aux peoples de la gauche caviar

Le 30/04/2017



Lahire
Posté le 30 avril 2017 à 17h41 | Lien permanent

Mais qui est donc vraiment François-Emmanuel Macron-Hollande? (L’Imprécateur)

Le 30/04/2017




Publié le 28 avril 2017 par L'Imprécateur

Macron est énarque

À l’ENA, il a côtoyé Boris Vallaud (mari de Najat Belkacem) qui fut plus tard directeur de cabinet au ministère de l’Économie et secrétaire général à l’Élysée (qu’il vient de quitter pour briguer la circonscription d’Henri Emmanuelli aux Législatives) et y facilita son ascension.

Macron est franc-maçon

Ce qu’il ne manque jamais de faire savoir dans ses discours pour draguer les “Frères Trois-Points” en y glissant des phrases comme celle-ci « Après, que toutes celles et ceux qui se retrouvent “en leurs grades et qualités” dans ce projet (le sien) le rejoignent, c’est formidable… »
“En leurs grades et qualités” : expression que les francs-maçons emploient quand ils s’adressent à leurs Frères en loge. Ex. : « Je vous demande, Mes Frères, en vos grades et qualités, de procéder à telle cérémonie… »

Macron est “Young Leader”

Au club trilatéraliste French American Foundation, filiale du Nouvel Ordre Mondial (NOM) − comme François Hollande.

Macron est un ancien banquier

Administrateur chez Rothschild-Finance.

Macron est millionnaire

Nous le savons grâce au redressement fiscal que le fisc lui a infligé au sujet de sa maison du Touquet estimée à 1,4 million d’euros et par les salaires et primes que lui a versés Rothschild en deux ans : 2,8 millions d’euros, disparus de sa déclaration de patrimoine à la HATVP.

Où sont-ils ?
À Guernesey avec l’aide de Patrick Drahi ?
À Genève avec celle de Mathieu Pigasse de la banque Lazard ?
Aux États-Unis avec Rothschild ou placés à la Clinton Foundation ?
S’ils sont en France pourquoi le fisc n’en a-t-il pas connaissance ?

Macron est soutenu par des politiciens

Des dizaines de caciques de la politique, anciens ou actuels ministres, secrétaires d’État, députés, sénateurs, présidents de région ou de département, maires, etc. : François Patriat (PS), Bernard Kouchner (ancien ministre de gauche et de droite), Renaud Dutreil (UMP et créateur du RSI), Jean-Claude Boulard (PS), Jean-Pierre Sueur (PS), Corinne Lepage (qui a papillonné dans de nombreux partis), Nicole Brick (PS), Jean-Michel Baylet (radical de gauche, condamné pour favoritisme dans l’attribution de marchés publics, PDG du groupe de presse La Dépêche), Gérard Collomb (maire de Lyon, PS), Jean-Paul Huchon (PS, condamné pour prise illégale d’intérêt), Dominique Strauss-Kahn, Daniel Cohn-Bendit, Robert Hue (PCF), Fillon, Sarkozy, Le Maire…

Macron est soutenu par des financiers et des patrons du CAC 40

La ZAD de Roybon après le départ des gauchiasses se prétendant "défenseurs de la nature"

Le 30/04/2017
 
 


ZAD DE ROYBON traduisez “Zone Amas et Dépotoir”...

Des photos récentes de la ZAD de Roybon ont été prises en Février 2016 à l’occasion d'une promenade dans la nature de personnes respectueuses de l’environnement qui ont été choquées par cet affligeant dépotoir érigé par des personnes qui se proclament “Défenseur de la Nature” !
De qui se moque t'on ? ...


Ci dessous-une petite sélection des clichés pris...




 


















Nous, les défenseurs du projet Center-Parcs, nous aimerions mieux pour le bois des Avenières voir ça :


ça


 ça


  ou encore ça : 

 

Macron? C'est encore Bayrou qui en parle le mieux..

Le 30/04/2017



 
 
YouTube n'oublie rien, ça ne semble pas gêner tous ces pantins ridicules et stupides

C'est François Hollande qui a créé En Marche

Le 30/04/2017


IMG_20170430_091224
 
Il l'avoue dans "Un président ne devrait pas dire ça" :
 
Alors en marche vers la réélection de Emmanuel Hollande ?
 
Le Salon Beige
Posté le 30 avril 2017 à 09h16 | Lien permanent

Combine, honte, trahison : tout y passe




Le 30/04/2017

 
N’est-il pas risible d’entendre les Juppé et autres Accoyer parler de « trahison » ?
 
Le vendredi 28 avril 2017 restera un grand jour pour les patriotes.
En effet, à l’occasion de cet entre-deux-tours de l’élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, et Marine Le Pen, candidate finaliste du Front national, ont décidé de passer un accord de gouvernement et de s’allier en vue du second tour d’une élection qui, décidément, ne ressemblera à aucune autre.
Ils étaient nombreux, les patriotes, à espérer depuis longtemps une alliance de cette nature.
 Alliance seule à même de contre-battre le fameux pacte républicain qui n’avait, en réalité, d’autre objectif que d’empêcher le premier parti de France d’accéder aux responsabilités et de maintenir aux affaires une caste de profiteurs.
 La décision courageuse de Nicolas Dupont-Aignan rebat donc aujourd’hui les cartes.
Elle ouvre les yeux à de nombreux électeurs, qui pourront désormais, sur la base d’un programme solide porté par deux personnalités politiques crédibles, enfin faire entendre leur voix.
Suite à cette alliance historique, à en juger par les réactions de la classe politique en place, la dynamique est manifestement en train de changer de camp.
 Et de voir celles et ceux, de droite, du centre ou de gauche qui, depuis de si nombreuses années, trompent les Français et ruinent la France se répandre en invectives et parfois même en insultes, démontrant ainsi leur profond désarroi.
Ainsi, n’est-il pas savoureux d’entendre le banquier Macron parler de « combine d’appareil », lui qui ne cesse, depuis un an, de casser le système en place à son seul profit, grâce au soutien de la haute finance internationale.
N’est-il pas risible d’entendre les Juppé et autres Accoyer parler de « trahison », alors qu’ils ont laissé leur propre candidat, François Fillon, au milieu de la tourmente, se gardant bien de lui venir en aide, précipitant ainsi leur parti dans le chaos.

Bas les masques : vers un second tour révélateur

 


Le 30/04/2017

Écrivain et journaliste québécois
 
Emmanuel Macron, c’est le candidat du chaos
 
Les astres s’alignent pour une joute électorale qui permettra, contre toute attente, de faire la lumière sur les véritables enjeux qui pèsent sur le destin de la France.
Fini les équivoques et effets de manche : les élections présidentielles débouchent sur un véritable plébiscite qui confronte les patriotes aux laquais du mondialisme.
Ce deuxième tour opposant Marine Le Pen à Emmanuel Macron, candidat adoubé par la bande à Soros, représente du pain bénit, en définitive.
 En effet, la sociologie électorale pointe du doigt en direction d’une lutte sans merci entre les classes populaires et les nantis de la nouvelle économie mondialisée.
 L’élite pseudo-catholique ayant fait sa profession de foi en direction de Davos, le fringant Macron peut compter sur une portion appréciable du vote républicain pour se rapprocher du tiers des électeurs potentiels.
 Ne reste plus que le report des intentions de vote du figurant Hamon et quelques pourcentages picorés du côté des Insoumis pour que le candidat de la Banque assure ses arrières.
Marine Le Pen, pour sa part, peut compter sur l’immense majorité des travailleurs, des jeunes, des petits patrons, d’une portion importante de la fonction publique et du nombre grandissant des laissés-pour-compte de la nouvelle économie pour s’assurer d’une base comparable à celle de l’ami des robber barons de la finance.
 Autant dire que la joute s’annonce serrée.
Comme d’habitude, les branleurs – c’est-à-dire les intellocrates et la caste des bobos – suivront le mot d’ordre du Merluchon : s’en remettre à leur bonne conscience (leur intérêt de classe bien compris) avant de faire leur devoir républicain.

Les Caméramen de BFMTV aux ordres de Macron à Sarcelles

 Le 30/04/2017


 
 
Par fandetv le 29/04/2017

23h04

Les Caméramen de BFMTV aux ordres de Macron lors de sa visite de Sarcelles.

samedi 29 avril 2017

La double imposture

Le 29/04/2017


Résultats de recherche d'images pour « macron le pen »
 
C’était couru d’avance. A l’issue d’un premier tour truqué, nous voilà sommés de faire barrage au “fascisme”.

La boucle est bouclée.
On vole sa victoire au peuple, on lui fait les poches, et maintenant on le traite d’ordure parce qu’il refuse de voter pour un maquereau.
   En contrôlant la presse, les milliardaires ont préempté le cerveau des électeurs.
 Le citoyen est conduit par la main, comme un enfant, vers l’urne où il déposera son bulletin “Macron”.
On lui dit qu’il faut le faire pour sauver la République, et il le croit.
Aucun risque, l’élection du gigolo est assurée.
Mais cela ne suffit pas.
Il faut encore s’acharner sur ceux qui résistent au décervelage.
C'est d'autant plus urgent que le mouflet est à la peine dès qu’on entre dans le vif du sujet.
 L'affaire Whirlpool, de ce point de vue, est une véritable leçon de choses.
 Voilà une entreprise qui va fermer parce que ses actionnaires ont décidé de la délocaliser dans un pays, la Pologne, où la main d’oeuvre est plus docile.
C’est la “libre circulation des capitaux”, comme disent les traités européens.
Les travailleurs sont mis en concurrence les uns avec les autres, et le capital se déplace là où les perspectives de profit sont les plus alléchantes.
Porte-parole officiel de l’oligarchie, Jacques Attali a utilisé une belle formule.
Cette affaire, a-t-il dit, est “anecdotique”.
 Le pire, c’est que ce margoulin a raison.
 Ce drame qui frappe 700 familles, hélas, c’est l’écume des jours, c’est la rubrique des chiens écrasés du capitalisme.

«Un banquier d’affaires fusionne des boîtes en virant des centaines de personnes. C’est pour ça que Whirlpool l’émeut peu»

Le 29/04/2017



avril 29, 2017

Mikael Sala (Secrétaire Départemental du Front National du Val d’Oise) : «Macron considère les gens comme des Kleenex»

«Les Français auront à choisir entre Marine Le Pen et un banquier d’affaires. Le métier des banquiers d’affaires – j’ai eu affaire à eux – c’est très simple, vous trouvez des boîtes, ce qui a valu à Macron de faire sa fortune comme il l’a fait avec Pfizer et Nestlé, vous les fusionnez, vous prenez un paquet de ronds au passage, et vous virez des centaines de personnes. C’est pour ça que Whirlpool ne l’émeut que très peu, parce que c’est son métier de trouver des optimisations à faire et de virer les gens. Il considère les gens comme des kleenex.
Les Insoumis, ceux qui ont porté leurs votes sur Jean-Luc Mélenchon, cette conception des êtres humains comme des variables d’ajustement ou comme des kleenex, je crois qu’ils en sont très éloignés, et, naturellement, une partie importante d’entre eux se rapprochera de nous.»

 

Les banquiers d'affaire rigolent beaucoup des rémunérations déclarées d'Emmanuel Macron

Le 29/04/2017


 
Julien Rochedy aimerait que les journalistes enquêtent sérieusement sur le sujet

Philippe Carhon
Posté le 29 avril 2017 à 12h58 | Lien permanent

Macron en couverture d’un magazine homosexuel

Le 29/04/2017     
 
 
 

par 29 avril 2017
 
Une revue pour homosexuels, Garçon Magazine, s’offre un coup de pub en publiant en couverture un montage-photo d’Emmanuel Macron, avec le vrai visage de l’homme politique et le corps torse nu d’un mannequin qui, selon les rédacteurs du journal, « présentait les traits physiques du candidat ».
 
Cette publication relance les rumeurs concernant une relation homosexuelle entre Emmanuel Macron et le PDG de Radio France, Mathieu Gallet.
Rumeurs que le candidat à l’élection  présidentielle avait déjà cru devoir démentir : « Vous entendrez des choses, que je suis duplice, que j’ai une vie cachée (…)Si dans les dîners en ville on vous dit que j’ai une double vie avec Matthieu Gallet, c’est mon hologramme qui m’a échappé, ça ne peut pas être moi ! »
Christophe Soret, rédacteur en chef de Garçon, revendique un acte militant : « Depuis le début de la campagne, l’homme politique s’évertue à montrer une démarche progressiste sur laquelle nous pouvons peut-être fonder une partie de nos attentes en matière d’évolution des droits LGBT ».
 
Une citation attribuée à Macron apparaît aussi en couverture : « La communauté LGBT trouvera toujours en moi un défenseur« 

Mélenchon ne vote pas Macron ? L’insoumis fait (mais bien sûr) le lit des nazis !

 


Le 29/04/2017


En résistant, il se grandira. En pliant, il s’abaissera.
 
À l’occasion de cet entre-deux-tours de l’élection présidentielle – celle, probablement, de tous les regrets -, c’est à Jean-Luc Mélenchon de constater, en la subissant, la perversité du système politico-médiatique français qui, jusque-là, réservait ses procès en sorcellerie et ses anathèmes au seul Front national.
Ainsi a-t-il sans doute apprécié à sa juste mesure la dernière sortie de Bertrand Delanoë, l’ancien maire de Paris et désormais soutien inconditionnel du banquier Macron, comparant l’attitude actuelle du leader de la France insoumise à celle de l’extrême gauche allemande des années 30, laquelle, selon l’édile socialiste, avait favorisé l’élection d’Hitler au suffrage universel en ne prenant pas officiellement position contre lui.
Mélenchon implicitement comparé à un suppôt du nazisme, voilà de quoi remettre de l’ordre et apaiser le climat, déjà plus que tendu, qui règne au sein de la gauche française !
Évidemment, pour celles et ceux, patriotes, qui sont habituellement considérés comme porteurs de tous les maux de la terre, et stigmatisés à longueur de temps, l’utilisation de ce procédé indigne pour pousser dans ses retranchements et forcer la main d’un responsable politique qui a osé s’attaquer au Parti socialiste jusqu’à le réduire à sa plus simple expression n’a rien d’étonnant.
 Mélenchon, grâce à une campagne électorale que les grands communicants s’accordent à dire qu’elle a été excellente, mais aussi sur la base d’un programme résolument à gauche, a su parler à de nombreux socialistes.
C’est donc tout naturellement qu’il s’impose aujourd’hui, au grand dam de la rue de Solférino, comme seul susceptible de pouvoir rassembler une famille politique orpheline de ses valeurs, dont les ténors, au prix de leurs renoncements, n’ont pas hésité un instant, au nom de leurs seuls intérêts personnels et pour d’hypothétiques mandats ou fonctions à venir, à rejoindre le candidat de la haute finance mondialisée.

Manifs lycéennes : « ni patrie, ni patron »… et pas de famille non plus ?

 

Photo Twitter @ClementLanot
 
Le 29/04/2017


On notera que ce sont les privilégiés qui descendent dans les rues (en 68, on y croisait essentiellement les fils d’avocats et de notaires…).
 
À Lyon sur la place des Terreaux, à Paris devant le lycée Voltaire, dans le cœur de Nantes et de Rennes, à Toulouse, Clermont ou Dijon ; quelques dizaines ici, 200 là, un petit millier dans Paris : les jeunes boutonneux et autres encapuchonnés sont descendus jeudi dans la rue.
Ils attendent le muguet de mai à la porte des lycées où ils ont traîné quelques poubelles en espérant s’offrir une petite montée d’adrénaline.
Cavalcades dans les rues enfumées de gaz lacrymogènes, Abribus© et agences bancaires saccagés, c’est l’ordinaire de cette petite portion de la jeunesse française qui manie des mots dont bien souvent elle ne comprend même pas le sens.
Pour information, on compte en France 5.986.800 élèves dans le second degré (collèges et lycées), ce qui réduit considérablement la portée de ces manifestations…
 Alors, pourquoi en parler, me direz-vous ?
 Eh bien, parce que les slogans en disent long sur le lavage de cerveau qu’a subi cette génération.
Quelques-uns, nourris peut-être des souvenirs transmis par la saga familiale, ont intégré la nostalgie du joli mois de mai : « C’est le moment de lancer les pavés », « Le soulèvement, c’est maintenant ». Et puis, c’est humain : à l’âge des poussées hormonales, on rêve toujours d’en découdre avec les vieux cons.
Plus intéressant, sur leurs pancartes de fortune, ces jeunes qui se revendiquent insoumis et antifascistes ont surtout écrit : « Ni Le Pen, ni Macron – Ni patrie, ni patron. »

Découvrez l'enquête d'Eric Pesquies qui accable nos dirigeants

Le 29/04/2017



 
Ajoutée le 4 avr. 2017
 
Découvrez l'enquête qui accable nos dirigeants d'Eric Pesquies​ : DÉMOCRATIE : LE MIROIR AUX ALOUETTE
Au prix de seulement 6€ au lieu de 15€ pour toute commande en ligne dans les 24 heures !
A commander sur https://goo.gl/7Pl1xD
http://democratie-citoyenne.fr/

vendredi 28 avril 2017

Stop ou encore? C'est vous qui votez

Le 28/04/2017

Macron - Histoire d'une Haute Trahison - Les preuves accablantes

Le 28/04/2017
 



 
Artémisia Collège

Ajoutée le 12 avr. 2017

Ce que nous vous présentons est une véritable bombe !

 En premier, c’est un document qui remonte au début de 2012.
L’ensemble démontre qu’il y a bien un complot de la Haute Finance depuis au moins cette date, pour imposer Macron.
Ils veulent à présent tout le pouvoir politique, en plus du pouvoir économique, pour finaliser l’avènement du Nouvel Ordre Mondial.
Macron est là pour achever le (droit du) travail, sous les ordres de la Haute Finance, pour une Haute Trahison de la France et des Français...

Macron ciblé par la CIA ?

Nicolas Dupont-Aignan soutient Marine Le Pen

Le 28/04/2017


C-hNMY5XcAAjc8X

 
Sur France 2, il déclare avoir signé avec Marine Le Pen un accord de gouvernement.
"La France est à la croisée des chemins. Je pense que Macron est un Hollande puissance 10". «Je ne veux pas donner la France à la Bourse de Paris, c'est à dire à Monsieur Macron»
"Marine Le Pen n'est pas d'extrême-droite, elle est gaulliste et je pense que des Républicains vont nous rejoindre." "Ceux qui ont échoué depuis 30 ans ont rallié Emmanuel Macron"
"Je ferai campagne avec Marine Le Pen. Il faut mettre fin à cette fracture absurde entre patriotes et républicains." "J'ai signé un accord de gouvernement avec Marine Le Pen, l'enjeu c'est de sauver la France".



Michel Janva
Posté le 28 avril 2017 à 20h15 | Lien permanent

Marie-France Garaud, l’ex-conseillère gaulliste de l’Elysée choisit Marine Le Pen

Le 28/04/2017

                       
 

Par Emmanuel Galiero
Mis à jour le 28/04/2017 à 13:54
Publié le 27/04/2017 à 19:49

INFO LE FIGARO - Gaulliste historique, juriste de formation, ex-députée européenne non inscrite, Marie-France Garaud se qualifie de «solide citoyenne de la France».

 À dix jours de l'élection présidentielle, l'ex-conseillère de Georges Pompidou, estime que Marine Le Pen est la seule à pouvoir rendre à la France sa souveraineté.
Elle explique pourquoi au Figaro.
 
LE FIGARO. - Quel est l'enjeu de cette présidentielle?

Marie-France GARAUD. - La souveraineté française. C'est-à-dire, notre liberté.

Comment jugez-vous les programmes des deux candidats?

J'ai le sentiment que Monsieur Emmanuel Macron n'a ni amour-propre, ni lucidité.
 Il étale ses faiblesses avec un extraordinaire masochisme.
 Il a un petit côté chien battu.
 Il ne respecte pas la France et il est même en train de détruire le support de son existence politique.

Mais ne propose-t-il pas un projet?

Il n'a pas de programme économique.
Il ne peut pas en avoir parce que nous ne sommes plus qu'un territoire à l'intérieur de l'Union européenne.
 Il faut sortir de là le plus rapidement possible, quel qu'en soit le coût, car mieux vaut la liberté que l'esclavage.

Est-il réellement possible de sortir de l'UE?

TVL, journal du vendredi 28 avr. 2017: Macron, la civilisation en marche arrière

 



Ajoutée le 28 avr. 2017
 
01:50 - Cap sur l'Elysée
12:08 - Sécurité / La police à l’agonie
15:59 - Santé/ Le paquet neutre inutile
18:09 - Économie / Travail au noir : la traque
20:56 - International / Venezuela : le nouveau Cuba ?
24:20 L’actualité en bref
29:46 La France de Campagnol

France. Pierre Lellouche : « Immigration, nous sommes au devant d’un problème monstrueux » (Vidéo)

Le 28/04/2017


Pierre Lellouche
   


 Pierre Lellouche: Le Sahel à lui tout seul va monter à 200 millions de personnes.

Quand on connait le Sahel, ce sont les pays les plus pauvres du monde: Le Mali, Burkina, le Tchad, le Niger... avec des taux de croissance démographique de l'ordre de 6 à 7 enfants par femme dans des familles polygames.
C'est la prochaine vague d'immigration après le Maghreb."
 
- Le présentateur: La situation n'est pas maitrisée en France aujourd'hui?
 
- Pierre Lellouche: Elle n'est absolument pas maitrisée.
Vous savez je vous écoute tous les matins.
Donc j'entends toutes les fadaises bien-pensantes, y compris les vôtres.
Comme je suis homme absolument libre et qu'en plus je connais mes dossiers, je vais vous dire les chiffres: La France reçoit chaque année 200'000 entrées légales.
Il y a à peu près 40'000 étudiants.
L'essentiel de cette immigration est familiale.
 
- Le présentateur: "Et il y a environ 80'000 à 100'000 sorties par an, d'où ce solde de 200'000.
 
- Pierre Lellouche: Sauf que ce ne sont pas les mêmes qui sortent.
 Les 100'000 qui sortent sont en général des gens éduqués et qui vont ailleurs.
(...)


 
source  vidéo  fdesouche
 

La menace Le Pen, c'était une rigolade

Le 28/04/2017

 
 
Roland Dumas, ex-ministre socialiste
 
"La menace Le Pen, c'était une rigolade! On a fait voter tous les socialistes comme des couillons pour Chirac" 

Lionel Jospin - L'anti-fascisme n'était que du théatre

Le 28/04/2017





  DhzTw
Ajoutée le 25 avr. 2012
 
Lionel Jospin vide son sac.

Merci Jospin pour ces aveux !
C'est là que nombre de gauchistes découvrent qu'ils ont été bêtement et simplement manipulés pendant 25 ans.

Une parodie d’élections

Le 28/04/2017
 
 


Publié par Sidney Touati le 28 avril 2017


Les élections n’ont de sens que si à travers elles, le peuple peut librement s’exprimer. Est-ce le cas aujourd’hui en France ?

Si l’on examine les conditions dans lesquelles la campagne électorale s’est déroulée, la réponse est non.
Le choix libre des électeurs a été biaisé par l’intervention brutale du judiciaire dans le politique, ce qui a eu pour conséquence immédiate de diaboliser l’un des principaux candidats en rendant inaudible sa parole, et de focaliser le projecteur des médias sur le plan moral.
Cette intrusion de l’institution judiciaire dans le processus électoral devrait normalement entrainer la nullité des élections.
 De même qu’un jugement serait nul s’il résultait de l’intervention forcée du politique.
Ceci étant dit, lors de cette parodie d’élection démocratique, deux candidats ont été désignés par le suffrage universel pour s’affronter au second tour.
Il s’agit d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen.
Comme le veut la Constitution, tous les autres candidats doivent s’effacer.
La plupart des adversaires de Macron du premier tour nous disent : il faut voter Macron car il faut faire barrage au Front National.
Cet appel pose problème à de nombreux électeurs.
Examinons les causes du malaise engendré par cette consigne de vote.

1°) Voter, c’est donner mandat
 
Quelle sorte de mandat la partie des électeurs qui votent anti-FN, donnerait-elle à Macron ?
Un mandat négatif sans contenu particulier, sans confiance.
Ainsi, Macron serait un être d’hybride : un élu qui ne l’est pas vraiment ; qui ne recevrait pas un vrai mandat du peuple.
Macron deviendrait une sorte Mac-Mahon. Une potiche ; un leurre ou un tenant lieu d’un manque. Il serait porté à la tête de l’Etat par défaut.

Aulnay-sous-Bois : de nouveaux soupçons d'escroquerie sur les proches de Théo

Le 28/04/2017
 
 

Mickael Luhaka frère de Théo, ici sur le plateau de Cdans l'Air, est soupçonné d'escroquerie
Capture d'écran France 5

Jean-Michel Décugis|28 avril 2017
 
Les proches de Théo, "grièvement blessé par des policiers", sont à nouveau soupçonnés de fraudes aux contrats aidés.
 
La justice soupçonne l'existence d'un véritable système familial d'escroquerie aux aides d'Etat.
 Déjà au cœur d'une enquête financière, la famille de Théo, ce jeune homme d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) victime d'un viol présumé lors d'une interpellation en février dernier, est une nouvelle fois dans le collimateur de l'inspection du travail.

Le 10 avril, l'administration a effectué un signalement (article 40) auprès du parquet de Paris concernant une association domiciliée dans le XVIIIe arrondissement de la capitale dans laquelle apparaît en sous-main Michaël Luhaka, 33 ans, un des frères de Théo.

Essence de la réussite, qui est «spécialisée dans le secteur des organisations religieuses» a recruté seize emplois d'avenir en Ile-de-France depuis février, pour lesquels les aides d'Etat aux contrats ont été suspendus dès signalement.
Le parquet de Paris a immédiatement transmis le rapport de l'inspection du travail au parquet de Bobigny où une enquête préliminaire est ouverte depuis juin 2016 pour suspicion d'abus de confiance et escroquerie.

Cinq associations ou sociétés créées depuis 2011
 
C'est le troisième signalement effectué par l'inspection du travail à la justice, la cinquième procédure en cours.

TF1- Macron: L'idiot du village en plein délire

Le 28/04/2017



 
 
Macron accuse le FN d'avoir organisé l'attentat du Petit Clamart
 
Seul Hic, celui ci a eu lieu en 1962 et la création du FN date de 1972
 
On peut douter avec raison de l'utilité de l'ENA et de ceux qui en sortent.

Il s’agit d’un choix de civilisation. Nul ne pourra dire qu’il ne savait pas

 


Le 28/04/2017

 
Tout est sur la table, rien n’est caché, le choix est d’une absolue clarté.
 
Le 7 mai prochain, les Français auront à se prononcer de façon simple sur l’avenir de leur pays, en répondant à la question suivante : souhaitez-vous que la France historique perdure, ou préférez-vous qu’elle se transforme en une région multiculturelle soumise à une Europe centralisée, possédant tous les pouvoirs ?
Car telle est la question fondamentale.
Emmanuel Macron ne s’en cache pas : il souhaite une ouverture complète des frontières, sans la moindre restriction, la chance qu’offre l’immigration se traduisant par la création de communautés multiples, autonomes, n’ayant aucun passé historique et n’ayant pas utilité à communiquer entre elles.
Son objectif est de transformer la France chrétienne en une sorte de patchwork multiconfessionnel, coupé de toutes racines nationales, et transformant la personnalité française en une collection d’individus anonymes censés s’accepter les uns les autres.
De cela résulte une politique résolument européiste, s’appuyant sur une économie totalement libérale et ouverte, dans un cadre moral et culturel axé sur la seule recherche de la jouissance individuelle effrénée, le dieu Argent devenant l’alpha et l’oméga de la vie sociale.
 Il s’agit donc de créer un magma de « citoyens du monde » indifférenciés, une France déculturée remplaçant définitivement la France bimillénaire détestée.

Les manifestants contre la loi El Khomri-Macron ne peuvent que voter Marine

 


Le 28/04/2017


  Les vrais ouvriers ont compris depuis longtemps que leur principal ennemi, ce n’était pas « La Bête Immonde », mais les mondialistes.

L’inspecteur du travail en retraite Gérard Filoche, par ailleurs membre du Bureau national du Parti socialiste, est considéré, à gauche, comme le meilleur défenseur des droits des salariés.
Dans cet entretien de dix minutes qu’il faut écouter jusqu’au bout, il présente la loi El Khomri-Valls-Macron comme le plus grave recul, pour le monde du travail, depuis 1945.
 Il explique, par ailleurs, citant nombre d’exemples particulièrement inquiétants, qu’elle incarne l’esprit du XIXe siècle, et absolument pas celui du XXIe siècle.



Pendant le premier semestre de 2016, à l’appel des principales organisations syndicales, des millions de salariés et de retraités descendirent dans les rues de centaines de villes de France.
Devant la montée de la protestation, une frange du Parti socialiste (les frondeurs) menacèrent de ne pas voter la loi, qu’on appelait El Khomri, alors qu’elle fut inspirée, sous les ordres de l’Union européenne, par Valls et surtout Macron.
 Le Premier ministre dut passer en force et utiliser le 49-3.

Un an après ces événements, nous sommes au deuxième tour de l’élection présidentielle.
Il reste en course l’auteur de cette loi « du XIXe siècle » et une candidate qui a promis de l’abroger.

Si nous étions dans un monde normal, on pourrait penser que les organisateurs de toutes ces manifestations appelleraient à éliminer celui qui veut la durcir encore, et à voter pour celle qui veut la supprimer.
Sauf que c’est le contraire !

jeudi 27 avril 2017

Tout sur Macron en 8 minutes

Le 27/04/2017
 
 
 
 
Si vous voulez voter Macron, prenez quand même le temps de regarder cette vidéo

Prochaine étape : le triomphe de la Haute Finance sur le populisme

Les dés en sont jetés et Mignon-Macron triomphe sur toute la ligne.
 
La première place du podium lui revient, accompagnée d’une foule de désistements.
 Tous les féaux lécheurs de bottes du grand capital se précipitent pour lui apporter aide et soutien : la droite affairiste comme la gauche caviar, en attendant le millionnaire en euros qui a joué au stalinien de banlieue.
Certes, on a connu de rares exemples de victoires populistes en dépit d’un soutien massif de la Finance internationale.
Raoul Perón ou Getulio Vargas ont réussi à battre, en Argentine et au Brésil, le candidat soutenu par les négociants et les banquiers de New York et de Washington, mais c’était une autre époque, remontant à plus d’un demi-siècle.
Alors, dans un monde où la télévision n’existait pas ou presque, l’on écoutait les arguments des uns et des autres au lieu de beugler « au fascisme » dès qu’un populiste propose une autre voie que celle du consumérisme, sans âme et à crédit, ou la voie de la basse démagogie des marxistes, qui furent, il est bon de le rappeler, les pires criminels de l’histoire humaine.
Selon divers humoristes, sous Georges Pompidou, RF ne signifiait plus : République française, mais Rothschild Frères.
Avec le tout Mignon, c’est l’ensemble du gratin de la finance globalo-mondialiste qui va se goinfrer.
Son candidat aura, durant un lustre au moins, le pouvoir de redistribuer l’argent des contribuables et d’aider puissamment celles et ceux qui furent ses sponsors et ses grands électeurs à multiplier leurs bénéfices.
Quel retour sur investissement !
Comme la seule logique de ces vampires est une consommation effrénée, l’on va importer encore plus de consommateurs exotiques.
Si les impôts et taxes ne suffisent pas à induire l’hyperconsommation de tous, travailleurs authentiques et parasites non moins authentiques, il suffira de poursuivre la méthode des quarante dernières années : gouverner à coups de déficits budgétaires annuels.

Ils soutiennent le chômage, ils soutiennent Emmanuel Macron

Le 27/04/2017
 
 

jeudi 27 avril 2017

43 900 chômeurs de plus au mois de mars. Il s'agit de la plus forte hausse enregistrée depuis… septembre 2013 et la 3e flambée la plus importante du nombre d'inscrits en catégorie A depuis le début du mandat de François Hollande-Macron.

660 000 chômeurs de plus (Cat. A) en 59 mois de présidence Hollando-Macronaise.
 Depuis mai 2012, 1 179 400 chômeurs de plus pour les catégories A,B et C. 1 306 700 chômeurs de plus toutes catégories confondues pour l'ensemble du territoire.
43 mois de hausse pour seulement 16 mois de baisse.
850 000 personnes sont au chômage depuis plus de 3 ans.
Le nombre total de chômeurs de catégorie A s'établit à 3 790 000 sur l'ensemble du territoire !
Au total, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C est de 5 805 200 fin mars 2017 !
Toutes catégories confondues, la France (Dom-Tom inclus) compte 6 567 000 chômeurs inscrits à Pôle Emploi.
A quoi, il faut rajouter près de 1 000 000 de personnes qui, sans emploi, sont sorties des radars de Pôle Emploi...

Si à ces 7 657 000 personnes on ajoute époux, épouses et enfants, ce sont, à la grosse,10 000 000 de personnes qui sont directement touchées par le fléau du chômage !
 
 On se gardera bien d'ajouter à ce monstrueux chiffre l'entourage familial... 15% de la population côtoie quotidiennement le chômage.

Des chiffres qui donnent le tournis.
Bien, maintenant, souvenons-nous de ce que disaient Manuel Valls et Ségolène Royal, à propos du chômage fin 2011, à quelques semaines de l’élection de François Hollande:



Souvenons-nous que le principal conseiller économique, dès 2012, de François Hollande fut, sur recommandation de Jacques Attali et de Jean-Pierre Jouyet, son secrétaire général adjoint à la Présidence de la République, Emmanuel Macron.

TVL, journal du jeudi 27 avr. 2017: Macron perd le Nord

 



Ajoutée le 27 avr. 2017
 
01:40 Cap sur l’Elysée
11:19 Economie / Chômage : le grand mensonge révélé
13:55 Société / Nouvelle campagne sauvage pour Les Survivants !
16:17 Société / Cannabis : le Canada vers une légalisation
19:01 International / Syrie : Israël à l’origine d’une explosion ?
22:28 L’actualité en bref
27:06 La France de Campagnol

Un représentant syndical Whirlpool qui a voté FN à la présidentielle menacé d'exclusion par la CFDT : la polémique en quatre actes

Le 27/04/2017


Patrice Sinoquet, représentant syndical de la CFDT et secrétaire du CHSCT de l\'usine Whirlpool Amiens, mercredi 26 avril.

Patrice Sinoquet, représentant syndical de la CFDT et secrétaire du CHSCT de l'usine Whirlpool Amiens, mercredi 26 avril. (BENJAMIN ILLY / RADIO FRANCE)

franceinfoRadio France

publié le

 
Patrice Sinoquet, représentant syndical CFDT de Whirlpool, a déclaré sur franceinfo avoir voté pour Marine Le Pen au premier tour. Le syndicat a menacé de l'exclure, lui se dit prêt à démissionner.
 
Après la venue des deux candidats finalistes de la présidentielle à l'usine Whirlpool d'Amiens, mercredi 26 avril, Patrice Sinoquet, représentant syndical de la CFDT et secrétaire du CHSCT, n'a pas fait mystère jeudi sur franceinfo de son vote en faveur de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle.
 Et il l'assume même complètement. Retour sur la polémique.

1/Patrice Sinoquet assure qu'il n'est pas sûr de serrer la main d'Emmanuel Macron

Mercredi 26 avril, avant la visite d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen à Amiens, sur le site de Whirlpool, Patrice Sinoquet, représentant syndical de la CFDT et secrétaire du CHSCT, a laissé entendre que s'il accueillera volontiers Marine Le Pen, Emmanuel Macron ne sera pas particulièrement bienvenu.
"Macron, ce n'est pas ma tasse de thé, pointer les moustaches comme ça, entre les deux tours, je trouve ça un peu mesquin. S'il avait des voix à gratter, il fallait les gratter autrement. Pour moi c'est trop tard." 

 2/Le représentant syndical CFDT confirme sur franceinfo qu'il a voté pour le FN

Interviewé jeudi matin sur franceinfo par Fabienne Sintes, Patrice Sinoquet a confirmé qu'il a déjà voté Marine Le Pen et que "ses convictions ne sont pas ébranlées".

Les médias subventionnés vont-ils faire perdre Macron à force de le soutenir?

Le 27/04/2017


   Les médias subventionnés vont-ils faire perdre Macron à force de le soutenir?

Les médias subventionnés sont engagés, dans le cadre d’un flash totalitaire comme nous commençons à en connaître trop souvent en France, dans une course folle pour soutenir Emmanuel Macron, dont les faiblesses et les insuffisances crèvent désormais l’écran, contre Marine Le Pen.
 Les ficelles utilisées sont désormais si grosses qu’on peut se demander dans quelle mesure elles ne risquent pas de jouer un mauvais tour au candidat.
 
Retour sur la lamentable affaire Whirlpool
 
Faisons d’abord un petit retour sur image.
Hier, Emmanuel annonce qu’il doit rencontrer l’intersyndicale de l’usine Whirlpool dans les locaux de la CCI d’Amiens.
On comprend bien pourquoi ce choix: cela fait trois mois que les ouvriers menacés de fermeture appellent Macron à l’aide, trois mois qu’il fait la sourde oreille, alors qu’il est lui-même amiénois. Dans tous les cas, il veut éviter la redoutable image d’un candidat chahuté, contraint de monter sur un camion, comme Hollande l’avait fait à Florange, pour promettre que l’usine ne fermerait jamais, et être rattrapé par le dossier durant son mandat.
On comprend bien les préoccupations du candidat et de ses communicants.
Reste que Macron fait le choix de la tour d’ivoire: au lieu de voir les ouvriers sur place, il rencontre une délégation dans un espace protégé.
 Que Marine Le Pen soit venue dans l’usine pendant ce temps-là ne change rien à l’affaire: Macron aurait de toute façon fait l’objet d’attaques pour son manque d’empathie vis-à-vis des ouvriers en lutte.
Parce que Marine Le Pen lui a tordu le bras, Emmanuel Macron s’est senti obligé de bouleverser son plan de communication et de se rendre sur place.
 Il y a été très mal accueilli, et s’est démené comme un beau diable pour limiter au maximum les dégâts.
Il n’en reste pas moins que de longues minutes de direct ont permis de montrer comment le candidat sorti premier au premier tour s’est retrouvé en difficulté dans un mouvement populaire qui bafouait son prestige.
 
Le roman pro-Macron raconté par les médias subventionnés
 
Immédiatement après ces images désastreuses, BFM a repris la situation en main en produisant des commentaires qui disaient exactement le contraire de la réalité qui venait de s’étaler aux yeux des Français.

Les trois fautes de François Fillon, par Michel Geoffroy

Le 27/04/2017
 
 
François Fillon    

François Fillon a été éliminé au premier tour de la présidentielle, alors même qu’il y a encore un an les « Républicains » pensaient gagner l’élection à l’issue de la catastrophique présidence Hollande.
 
Le candidat « de la droite et du centre » a en outre précipité, par son échec, sa famille politique dans le chaos. François Fillon a commis trois fautes capitales.
 
La naïveté
 
D’abord, il n’a pas pris au sérieux la machination médiatique et judiciaire qui se tramait contre lui.
 En tant que représentant de la France d’en haut, François Fillon ignorait manifestement l’engagement idéologique d’une certaine justice, comme les patriotes en font chaque jour la triste expérience.
Pire encore : il a trouvé le moyen de déclarer que s’il était mis en examen, il renoncerait à sa candidature, ce qui ne pouvait qu’inciter les manipulateurs à continuer de plus belle leur opération. 
Il s’est rendu aux convocations des juges, espérant naïvement que cela serait porté à son crédit.
Par son attitude soumise, il a donc encouragé l’intrusion du pouvoir judiciaire dans le processus électoral.
La contrition stupide
 
Ensuite, il n’a pas su se défendre.
La politique reste un combat et un rapport de forces et non pas une aimable discussion entre Bisounours.

Arras hier soir: ça fait peur

Le 27/04/2017


Le paltoquet a la voix de fausset passe à deux doigts du claquage de cordes vocales 
 
Celleszéceux pète un câble

« Journée de merde ! » L’édito de Charles SANNAT

Le 27/04/2017




Charles Sannat
27 avril 2017

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,
 
Hahahahahaha, hahahahahaha, hahahahahaha…

Je dois vous avouer que hier fut une sacrée journée.
 Peut-être la journée où tout a basculé pour le jeune Macron et ses commanditaires.
Bon, ce n’est pas bien de se moquer, pourtant, cette élection était imperdable pour Fillon et la droite. Elle devrait être tout aussi imperdable pour Macron.
Hélas, les tensions qui tiraillent notre pays sont considérables et notre jeune homme, bobo beau gosse au programme d’un vide intersidéral, ne propose aucune vision pour notre pays.
Pire, il se balladurise à très grande vitesse, une vitesse vertigineuse qui risque de le faire échouer à quelques centimètres de la ligne d’arrivée.
La France sera sans doute au mieux ingouvernable avec ce jeune homme inexpérimenté, mais encore cela pourrait passer ; le problème, le vrai, c’est que Macron, comme Balladur en son temps, n’aime pas les gens.
Il ne les aime pas du tout.
Or nous, les Français, nous avons envie d’être aimés, ou au moins de croire que ceux qui nous dirigent nous aiment.
Ils peuvent être nuls, pas terribles, incompétents même, mais le minimum syndical c’est qu’ils aiment les gens.
Macron n’aime pas les gens et cela se voit.
 Terriblement.
Le jeune prince de Lu est nu.

Le poids des mots, le choc des photos, et l’arrogance d’une caste insupportable !

Terrible journée donc pour Macron après la soirée « people » dans une France qui souffre à la Rotonde, que je ne lui reproche pas, mais bon sang, le tact et la finesse comme la sobriété sont d’usage.
Terribles images d’une Marine Le Pen accueillie sous les vivats, offrant les croissants aux ouvriers alors que Macron est enfermé à la CCI avec quelques « collabos » utiles du système triés sur le volet.

Macron saison 2 : le syndrome de l’enfant gâté

 
 
 
Le 27/04/2017
 
Emmanuel Macron a tout d’une marionnette aux ficelles bien tirées et, derrière le décor de carton-pâte, les magouilles continuent…
 
« Il est où, Emmanuel ? »
 Question inquiète et récurrente des nounous attentionnées et autres bonnes fées chargées de veiller sur le berceau de l’enfant roi en ce début de semaine.
 Évaporé, le petit fiancé de la France : depuis sa traversée de Paris en limousine, dimanche soir, et sa soirée VIP à La Rotonde, on avait perdu Emmanuel Macron.
Il faisait un gros dodo réparateur dans les bras maternants de son épouse Brigitte.
Pendant ce temps-là, Marine Le Pen courait les marchés dès l’aurore.
D’accord, les jeunes gens ont souvent une petite santé, mais bon, « l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt », dit notre culture populaire française.
Oui, d’accord, je vous entends : « Emmanuel nie qu’il y ait une culture française. » Mais quand même, il devrait faire attention, le gamin…
Bref, il y a du mou dans la saison 2 et ça commence à se dire… vertement même !
Thomas Guénolé, politologue, se lâche dans l’émission des « Experts », sur France Info : « Il accumule les erreurs lourdes. Dimanche soir, il a fait un discours pour jouir de sa victoire. »
Et d’enfoncer le clou : « Emmanuel Macron fait un dîner avec des happy few alors que l’extrême droite est au second tour. C’est une attitude d’enfant roi, et pas d’homme d’État. »
 Conclusion : « Emmanuel Macron doit arrêter les conneries, vite. »