mardi 28 février 2017

Les promesses n'engagent que ceux qui y croient

Le 28/02/2017



 
 
Dans la catégorie des menteurs patentés, nous avions là, déjà, un beau spécimen de foire .

Manifestation sauvage de lycéens à Paris suite à l'affaire Théo, des incidents à déplorer (VIDEOS)

Manifestation sauvage de lycéens à Paris suite à l'affaire Théo, des incidents à déplorer (VIDEOS)

© Capture d'écran Twitter @greglooping
 
Des lycéens manifestent à Paris le 28 février contre les violences policières
 
   28 févr. 2017   
Après avoir bloqué plusieurs lycées à Paris, une centaine d'élèves se sont retrouvés pour «réclamer justice pour Théo».

Des incidents ont eu lieu le cortège : des marchandises d'un magasin Franprix ont été pillées et des voitures endommagées.
Une centaine de lycéens se sont regroupés près du ministère de l'Intérieur à Paris le 28 février pour manifester contre les violences policières, après l'interpellation brutale de Théo Luhaka début février à Aulnay-sous-Bois.



Un important dispositif policier a rapidement été déployé pour contenir les manifestants.




9 photos qui illustrent les bienfaits de l’immigration


immigration-chance-pour-la-france

Partagez cet amalgame sur les reseaux sociaux !
 
 
Les Français sont chaque jour plus nombreux à être reconnaissants de l’enrichissement culturel qui leur est grâcieusement dispensé par la diversité.
 
Malheureusement, il reste une poignée de réactionnaires qui font le choix nauséabond de « vivre Français » alors que le « vivre ensemble » leur tend les bras. Il est temps de leur faire changer d’avis en les confrontant à l’évidence : comparons la France avant et après l’immigration de masse.
 
1 – Le fascisme enfin vaincu
 
immigration-chance
 
Lire la suite

La baudruche huée et insultée au salon de l'agriculture

Le 28/02/2017
 

 
 
Bizarre, Pujadas le petit lèche cul de Fange 2 a oublié d'en parler !

TVL, journal du mardi 28 févr. 2017: Politique / François Hollande enfile le tablier

 



Ajoutée le 28 févr. 2017
 
01:28 Cap sur L'Elysée
14:48 Politique / François Hollande enfile le tablier
18:32 Économie / SNCF : des bénéfices trompeurs
21:30 Société / Tourisme : les asiatiques désertent Paris
23:40 Europe / Suède : émeutes sous silence à Stockholm
26:03 L'actualité en bref
29:59 La France de Campagnol

Adama Traoré: Un frère en garde à vue, soupçonné d'avoir tiré sur des gendarmes

Le 28/02/2017
 
 
Un homme porte un t-shirt demandant justice pour Adama Traoré, mort en juillet lors de son interpellation par la police.

Un homme porte un t-shirt demandant justice pour Adama Traoré, mort en juillet lors de son interpellation par la police. — CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

SOCIETE
 
 
Bagui Traoré a été placé en garde à vue « pour des faits de tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique », a indiqué le parquet…
Un frère d’Adama Traoré a été placé en garde à vue mardi dans le cadre d’une enquête sur des tirs contre les forces de l’ordre en juillet à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise), lors des violences ayant suivi la mort du jeune homme, a indiqué le parquet de Pontoise.
 
« Tentative d’assassinat »
 
Plusieurs membres de la famille Traoré devaient aussi être entendus comme témoins mardi dans le cadre de cette procédure, a précisé le parquet.
Selon un membre du comité de soutien, une soeur d’Adama, Assa Traoré, devenue porte-parole de la famille, était entendue dans la matinée par des gendarmes.
Actuellement incarcéré, Bagui Traoré a été extrait de la maison d’arrêt du Val-d’Oise et placé en garde à vue « pour des faits de tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique », a indiqué le parquet.
Cinq autres personnes étaient également en garde à vue dans cette affaire.
Quatre autres, interpellées ces derniers mois, sont en détention provisoire, selon le parquet.

Morlaix. Un policier hors service violemment agressé par sept racailles

Le 28/02/2017
 
 
Un policier a été violemment agressé la nuit du 19 février.
 
Un policier a été violemment agressé la nuit du 19 février. | DR
Publié le
 
Il n’était pas en service quand l’agression a été commise. Le policier s’est vu prescrire 90 jours d’incapacité totale de travail (ITT).
 
Sept personnes sont suspectées et ont été placées en garde à vue.
L’une d’elles a été incarcérée.
Les faits se sont déroulés dans la nuit du 19 février, à Morlaix (Finistère).
À 2 h 30, un policier, qui n’est pas en service, rejoint sa moto après une soirée passée au centre-ville, place Allende.
Un groupe, composé de sept personnes, le reconnaît.
 C’est alors qu’il se fait copieusement insulter.
 Le policier décide d’aller leur demander des explications.

Transporté inanimé

Je soutiens nos forces de l'ordre

Le 28/02/2017
 
 

Un gendarme blessé à Nantes : qui s’en soucie ? (vidéo)

 


Le 28/02/2017
 
 
Un gendarme est blessé. Un parmi onze membres des forces de l’ordre ce week-end à Nantes, en marge de la venue de Marine Le Pen, présidente d’un parti autorisé en France, députée européenne, candidate à l’élection présidentielle.

 Ce gendarme a été plus grièvement blessé que les autres et devra s’arrêter de travailler pendant sept jours.
 Les images qui sont relayées sur Internet troublent : où est l’état de droit, l’état d’urgence, quand des milices amies du pouvoir en place se livrent à la violence dans une quasi-impunité ?
Il faudrait presque être soulagé que le bilan ne soit que de onze blessés.
Un gendarme est blessé.
 Les mouvances zadistes et antifas ont une curieuse conception de la démocratie.
Elles traiteront flics et pandores de fascistes, saccageront tout sur leur passage et tenteront d’empêcher par la force la prise de parole de ceux qui ne pensent pas comme eux.
Quitte à taper sur ceux que l’État interpose entre eux.
Un gendarme est blessé.
 Qui, pour s’en émouvoir ?
 Une phrase mécaniquement débitée au 20 heure avant de passer à la suite.
 Ce sont les risques du métier.
 Et c’est vrai, ce sont les risques auxquels les gendarmes s’exposent pour tenter d’assurer la sécurité des citoyens.
Leur donnons-nous toute la considération qu’ils méritent pour ce travail ingrat et dangereux ?
Un gendarme est blessé.

Dans la France en « état d’urgence », les zadistes règnent en maîtres !

 


Le 28/02/2017

 
Nous sommes en guerre, c’est vrai, mais une guerre civile larvée comme l’a dénoncée François Fillon.
 
« Nous sommes en guerre », répétait Manuel Valls du temps où il claquait ses talonnettes de Premier ministre.
 À tel point que le gouvernement du Président normal et ses Assemblées ont reconduit déjà à trois reprises « l’état d’urgence ».
Mais en lieu et place de la sécurité qu’il est censé nous garantir, c’est l’état de déconfiture qui règne partout sur le territoire.
Pourtant, nous sommes en guerre, c’est vrai, mais une guerre civile larvée, comme l’a dénoncé François Fillon.
Une guerre qui ne doit rien, cette fois, aux islamistes et autres barbus adeptes de l’égorgement et des femmes lapidées ; non, une guerre menée par les terroristes d’extrême gauche que laisse prospérer et faire la loi un gouvernement totalement dépassé par ses minables magouilles politiciennes.
Démonstration ce week-end à Nantes, où une manifestation contre le Front national – à quel titre ? – a été autorisée alors qu’on savait pertinemment qu’elle dégénérerait, cela quand on interdit partout sur le territoire des rassemblement qui ne sont, eux, que festifs.
 Pire encore : on a non seulement laissé perpétrer une fois de plus le saccage du centre-ville, mais laissé se mettre en place, le lendemain, barrages routiers et guet-apens pour les Français qui se rendaient au meeting de Marine Le Pen.
Tout cela, comme il se doit, au nom de la démocratie et du bien vivre ensemble !
Evénement rapporté par BFM TV et le journal Presse Océan, un bus a été pris pour cible sur la RN 137, à proximité de Notre-Dame-des-Landes.

Ça ne s'invente pas

Le 28/02/2017

Ridicules ! La précieuse petite classe politico-médiatique ridicule

 Le 28/02/2017
Résultats de recherche d'images pour « j.m ribes spéciale attentat charlie »
 
Gauchiasse illuminé du bocal

par 27 février 2017
 
Dans un monde en plein désarroi où le doute s’installe, dans une France au bord de l’implosion, manifestement, il y a, partout, des peuples qui veulent reprendre leurs destins en main.

Et la parole.
Ils s’invitent dans les débats, et où ils peuvent, ils s’expriment.
 Pas pour rien dire !
 Mais la petite classe politico-médiatique fait semblant de ne rien entendre.
Alanguie, confortablement installée dans sa bulle dorée, elle continue à nous débiter ses élucubrations libertaires et ses directives, avec les mêmes gesticulations et postures grotesques, comme si de rien n’était.
Il est vrai qu’il n’est pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
 
Car nos élites ne sont pas idiotes.
Formatées, conditionnées, déconnectées, oui !
Dégénérées, peut-être, mais pas stupides !
 Elles sentent bien les aspirations des peuples à vouloir décider d’eux-mêmes.
Mais elles refusent la réalité : le déni est toujours plus commode, et plus confortable.
Et tellement plus facile.
Surtout quand on a pris l’habitude de croire détenir une vérité à la mode, mise sur le marché par les apprentis sorciers d’un nouvel art de vivre avec ce slogan couperet : « il est interdit d’interdire« .
Ce genre d’argument débridé peut faire aller très loin : dans le sexe, la drogue, le nomadisme ou le libéralisme.

lundi 27 février 2017

Quasi-guerre civile ? Oui, Monsieur, parfaitement !

Le 2//02/2017


 

lundi 27 février 2017

Cette vidéo date d'avril 2016 et a été filmée dans les rues de Nantes. Qu'y voit-on ?

 Comme d'habitude - le simple fait d'employer ce terme " comme d'habitude " est révélateur - de la racaille en train de s'attaquer et de piller des commerces.
Ce jour-là, il n'y avait pas de meeting de Marine Le Pen...
J'ai choisi cette vidéo comme j'aurai pu en choisir une tournée à Bobigny, à Rennes, à Paris, à Sarcelles, à Argenteuil, à Drancy ou bien une autre encore prise hier à Nantes, encore Nantes, fief de gauche, nid d'antifas.

La Marine y était hier et on a pu voir ces désormais sempiternelles scènes de bordel urbain.
 Deux à trois mille personnes qui viennent manifester contre sa venue.
Des jeunes et des moins jeunes, des syndicalistes, la gauche, l’extrême-gauche défilent pour dire non au Front, pour réclamer l'interdiction de son meeting.
Ces prétendus amoureux de la démocratie qui voudraient pouvoir décider qui a le droit ou pas de battre l'estrade.
 Eux, ils peuvent, pour les autres, c'est une autre histoire.
 Alors ils ont dit non à Marine et certains, antifas et racaille, en ont profité pour se joindre (avec la complicité évidente des organisateurs) au cortège des manifestants et, comme d'habitude, c'est parti en vrille: bus attaqués, vitrines brisées, commerces saccagés et pillés, mobiliers urbains détruits, policiers blessés et quelques trop rares interpellations.

TVL, journal du lundi 27 févr. 2017 : Politique / Hollande, ce Mickey !

Le 27/02/2017


 

Ajoutée le 27 févr. 2017
 
01:46 Cap sur l'Elysée
17:42 Politique / Hollande, ce Mickey !
20:17 Société / Césars, Oscars même combats
23:30 Union Européenne / Les gabegies du Parlement européen
25:36 International / Trump, ennemi de la bienpensance
28:20 L’actualité en bref
33:51 La France de Campagnol

Quand les licenciements font rire les dégénérés de la télé poubelle.

Le 27/02/2017


 
Yves Bataille a partagé la publication de Yves Leroy.

Ils rient de la misère du peuple

 Cette caste de parasites, les histrions du show biz, l' écume du PAF, doit être balayée ! Traitée comme elle le mérite. Justice Populiste
...
 

Nantes. « J’ai honte de ma hiérarchie ». Un policier témoigne des violences de l’extrême gauche

Le 27/02/2017

monuments_morts_nantes_violences

27/02/2017 – 08H05 Nantes (Breizh-info.com) –

Breizh-info a longuement évoqué les violences qui se sont déroulées durant la manifestation « contre le Front national » samedi 25 février.

 Des violences qui se sont poursuivies le dimanche 26 février aux alentours du Zénith où Marine Le Pen tenait un meeting.
 Un car de supporteurs du Front national a en effet été attaqué, des incendies volontaires ont été allumés sur la route…
Beaucoup de témoins, de commerçants, de citoyens ayant vu les images se sont interrogés : pourquoi n’y a t-il pas eu d’interpellations massives ?
 Pourquoi la police a-t-elle semblé, comme à l’accoutumée lors des manifestations à Nantes et à Rennes notamment, aussi passive, se contentant uniquement de lancer du gaz lacrymogène ?

« Rien n’est fait pour les empêcher de nuire »

La réponse, c’est un policier présent sur les lieux, samedi et dimanche (et en service) qui nous l’apporte.
Ce dernier nous confie que c’est sans doute la dernière fois qu’il témoigne sous anonymat, « pour protéger ma famille et mon emploi mais il va bientôt être temps que mes collègues et moi nous réveillions un peu ».
 
Ce dernier veut faire bref : « Il n y a pas grand chose à dire.
J’ai honte de ma hiérarchie.
Honte de ce gouvernement, honte de la Préfecture et de toutes ces personnes planquées derrière des bureaux et leur idéologie malsaine ».
 
La raison de cette honte ? « Cela fait des mois, des années, que les mêmes manifestations se déroulent à Nantes.
 Les noyaux durs des zadistes sont identifiés nominativement.
 Les noyaux durs des groupes d’extrême gauche sont identifiés.
Les cités, il est vrai, sont tellement nombreuses, que le noyau dur l’est un peu moins .
Mais le fait est que rien n’est fait, en plein état d’urgence, pour les empêcher de nuire.
On pourrait faire des arrestations préventives si la justice le permettait, profitant des nouveaux pouvoirs légaux apportés par l’état d’urgence.
On pourrait aussi, pour la plupart des manifestations qui ne sont pas déclarées, arrêter tout le monde dès le début, placer en garde à vue toute la troupe, et faire en sorte que les personnes armées, ou les meneurs, écopent de peines de prison ferme.
 La loi le prévoit.
 Il suffit de l’appliquer ».

« EXPLOSIF ! Les Pays-Bas enquêtent sur la possibilité d’abandonner l’euro » L’édito de Charles SANNAT

Le 27/02/2017
 
 


Charles Sannat
27 février 2017

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Dans les médias français ? Silence radio. Tout va bien. Le nuage radioactif s’est arrêté à la frontière.

Vous avez, comme à chaque fois, les sources tout en bas de cet article, tout à la fin, pour les incrédules qui pensent encore que la presse et les médias les « informent » pour leur « plus grand bien ».
Vous avez même trois sources étrangères différentes.
C’est un véritable coup de tonnerre symbolique parce qu’à ce stade, évidemment, rien n’est fait, mais c’est tout de même explosif.

 Pour la première fois de l’histoire qui sera vraisemblablement assez courte de l’euro, un pays du tout premier cercle et à la rigueur relativement exemplaire et ayant toujours eu une « monnaie forte », les Pays-Bas, se pose le plus sérieusement du monde la question de savoir s’ils vont ou pas rester dans l’euro.

Officiellement donc, ils enquêtent désormais sur la possibilité d’abandonner l’euro !!
Rien que cela mes amis.
Les autorités néerlandaises ont approuvé le lancement d’une étude sur s’il était possible et raisonnable pour les Pays-Bas, l’un des pays phares de l’UE, de quitter la zone euro.

La crise de la Deutsche Bank révèle les dysfonctionnements de la zone euro
Les milieux politiques des Pays-Bas ont demandé une étude sur la question de savoir si le pays devait rester membre de la zone euro ou non.
Ils ont également l’intention de lancer un « débat approfondi » à ce sujet juste après les élections législatives qui auront lieu le mois prochain.
Une motion présentée par le principal parti d’opposition, les démocrates-chrétiens, a été adoptée à l’unanimité jeudi, autorisant le lancement de l’enquête, qui sera supervisée par le conseiller juridique du gouvernement, le Conseil d’État.

L’enquête examinera s’il est possible pour les Néerlandais de quitter la zone euro, et si cela est possible comment, a déclaré le député Pieter Omtzigt membre de l’Appel chrétien-démocrate (CDA).

Un foyer polygame se plaint du manque d'espace et réclame un logement plus grand.

Le 27/02/2017

"Macron est idéologiquement quelque chose d'assez vide. Les gens vont se faire avoir !"

Le 27/02/2017


 
 

2017 : la laisse ou la liberté

 


Le 27/02/2017


Sans programme, sans structure mentale ou civilisationnelle, Macron est surtout le plus illégitime qui soit ! D’où sort-il ?

On nous propose Emmanuel Macron.
Jamais on ne vit candidat plus artificiel que celui-ci.
Depuis sa démission, chacun cherche en vain son programme et ses idées.
Depuis quelques semaines, chacun peut juger de ses rêves intimes à partir de ses propres déclarations : une France qui ne s’incarne pas dans une culture (discours à Lyon, le 5 février), une France coupable de crime contre l’humanité par la colonisation (déclaration le 14 février, à Alger). On devrait lui conseiller d’écouter le peuple algérien et tous les peuples africains.
Beaucoup disent, ô combien ! c’était mieux du temps des Français.
 Et s’il ne peut écouter un peuple étranger pas plus qu’il n’écoutera le peuple illettré des Françaises (déclaration, alors qu’il était ministre, faite à Europe 1 le 17 septembre 2014) ni le peuple alcoolique du nord de la France (14 janvier dernier, lors d’un déplacement)…
Eh bien !
Que celui dont Mélenchon dit qu’il traite les gens comme des domestiques écoute des autorités autochtones tel Kofi Yamgnane.
 Ce dernier disait, en mai 2010 sur LCP, que les Togolais mesuraient combien c’était mieux du temps des Blancs.

Les médias aux ordres de Macron nous abuseront-ils encore longtemps ?

 


Le 27/02/2017



Ce peuple a montré à de multiples occasions combien il n’aime pas qu’on le trompe en lui bourrant le crâne.
 

BFM TV n’est vraiment plus la télé à regarder.
L’influence, que ses propriétaires ont sur les rédactions de celle qui se veut être la première en audience, est remarquable !
Marianne a relevé que, depuis les quatre derniers mois, Macron, le chouchou de Drahi et de ses potes millionnaires, a eu droit à 426 minutes de direct alors que l’ensemble de ses concurrents a eu droit à 440 minutes : 182 pour Fillon, 135 pour Mélenchon, 63 pour Marine et 60 minutes pour Hamon – à savoir, pour les deux derniers, la seule diffusion d’un de leurs meetings…
Et sur le même plateau de BFM TV, samedi soir, j’entends deux journalistes du Point et de L’Express, soutenus sans doute par le lecteur de prompteur de la station, affirmer que tout cela est un complot que de penser que Macron est favorisé.
 Le FN, soulignent nos trois confrères, a la culture du complot, c’est bien connu.
Complots médiatique et judiciaire qui sont, pourtant, incontestables.
Ne serait-il pas plus correct, chers confrères, d’avouer que vous êtes financés tous les trois par l’argent de la haute finance, celui de Patrick Drahi et François Pinault, tous deux soutiens du jeune Manu ?

dimanche 26 février 2017

La ville de Lille demande l'évacuation d'un camp de Roms après plusieurs agressions

Le 26/02/2017


La camp Rom de la Poterne à Lille. / © France 3 Nord Pas-de-Calais

La camp Rom de la Poterne à Lille. / © France 3 Nord Pas-de-Calais

Par YF                       

La ville de Lille a fait savoir ce samedi qu'elle avait demandé l'évacuation du camp Rom de la Poterne après une série d'agressions commises par des adolescents et des enfants le long de la Deûle.
                  
"Après les récentes agressions à la Citadelle, la Ville de Lille, en accord avec Saint-André, demande l'évacuation du camp Rom de la Poterne. Elle exprime tout son soutien aux victimes de ces agressions et fait tout ce qui est en son pouvoir pour que cela ne se reproduise plus", a indiqué ce samedi la ville de Lille sur les réseaux sociaux.
"La Ville demande systématiquement l'évacuation des terrains lorsque les conditions d'hygiène, d'insalubrité ou de sécurité nuisent aux riverains ou aux occupants eux-mêmes", rappelle-t-elle sur son site internet.
 



 
Cette décision fait suite à plusieurs agressions survenues ces derniers jours le long de la Deûle, à proximité de deux camps Roms situés à proximité du pont de la ligne TGV : celui de la Poterne à Lille et celui de la rue de Constantine à Saint-André.
Le 12 février dernier, une joggeuse a été victime d'une tentative de vol et d'une agression sexuelle de la part d'un groupe de six ou sept adolescents roms près de la passerelle qui enjambe la D749. La jeune femme de 22 ans, prénommée Lucie, a témoigné dans une vidéo postée sur une page de soutien.

Nantes : car dégradé et feu de route en amont du meeting de Marine Le Pen (PHOTOS)

Le 26/02/2017 
 
 
Nantes : car dégradé et feu de route en amont du meeting de Marine Le Pen (PHOTOS)

Capture d'écran Twitter, @FranceNews24
 
Un feu déclenché sur la route reliant Rennes et Nantes, avant le meeting de Marine Le Pen du 26 février
 
Peu avant que la présidente du Front national ne livre un discours présidentiel au Zénith de Nantes, des incidents qui seraient imputables à des militants anti-FN ont éclaté : un feu, notamment, a été déclenché sur une route près de la ville.
                                   
Au lendemain de violents incidents ayant éclaté dans le cadre d'une manifestation contre la venue de Marine Le Pen à Nantes, le dimanche 26 février a déjà été marqué par des incidents qui seraient liés à des activistes anti-Front national (FN).
 Plusieurs cars transportant des militants et élus frontistes ont ainsi été dégradés par des manifestants sur la route nationale N137 reliant Rennes à Nantes, peu de temps avant le début du meeting de la candidate à l'élection présidentielle, a rapporté l'AFP.
 Ils entendaient organiser une opération escargot pour «nasser le Zénith», où se tient l'événement politique.


«Trois bus, deux venant de Rennes et un de Vitré ont été attaqués.
Il y avait un barrage, la voie était bloquée, et ils ont brûlé des pneus.
 On ne pouvait plus avancer [...] Moi j’appelle cela des sauvages», a déclaré à l'AFP Emeric Salmon, conseiller régional FN de Bretagne.
«A 20 km avant d'arriver à Nantes, il y avait des jeunes qui étaient sur le côté, encagoulés. Ils ont stoppé la circulation et se sont attaqués à moi et à mon collègue avec des bâtons et des barres de fer», a également confié la conductrice d'un des autocars, Alda Pereira.
«Ils nous ont balancé de la peinture comme vous pouvez le voir, et ils ont dégradé le car, arraché les balais d'essuie-glace», a-t-elle ajouté.
Une vidéo impressionnante de manifestants menaçant un car de militants FN a été publiée sur Twitter.

Pour Laurent Ruquier, Trump est un gros con blanc que la CIA peut buter !

Le 26/02/2017
 
 
Laurent Ruquier    

26/02/2017 – FRANCE ( NOVOpress ) :
 
C’était hier soir à On n’est pas couché sur France 2. Laurent Ruquier s’y est livré à une diatribe contre Donald Trump, « le seul Donald dont on aimerait qu’il soit abattu pour cause de grippe aviaire ».
 
 Et l’animateur qui vit – très grassement – de la redevance audiovisuelle de suggérer que la CIA pourrait lui organiser une « petite balade en décapotable à Dallas » pour qu’il y finisse ses jours comme John-Fitzerrald Kennedy, qui y fut assassiné en 1963 !
« Dire de but en blanc que Trump est con serait réducteur, a poursuivi Ruquier. C’est pas faux mais c’est réducteur. Il est aussi incompétent, raciste, misogyne, vulgaire et menteur, là au moins, c’est déjà plus complet. »
Et de conclure ainsi :
 
« Les Américains, hélas pour eux, sont donc en train de se rendre compte que le danger pour les Etats-Unis, ce n’était pas les musulmans, les Mexicains ou les Noirs, mais le gros Blanc qui a été élu à la tête du pays. »
 

François Hollande ne vit pas en France

Le 26/02/2017




Petit montage suite à la réponse de François Hollande à Donald Trump :


Michel Janva
Posté le 26 février 2017 à 12h30 | Lien permanent

Les quatre piliers de la détresse… d’une nation

 


Le 26/02/2017
 
 
Pour plagier Confucius, quels sont les piliers de la détresse de notre pays, ceux qui vont le conduire à l’implosion avant disparition ? Ils sont quatre :
 
L’école, les minorités visibles, les célébrités et les médias.
Voilà le terreau sur lequel se cultive la haine du patriotisme et de la nation.
C’est là que se regroupent les activistes de la gauche mondialisée et boboïsée.
Nous en avons tous les jours des exemples aussi bien en France, avant la présidentielle, qu’aux USA depuis l’élection de Donald Trump.

L’école :
Deux lycées parisiens encore bloqués vendredi matin par quelques dizaines de jeunes et plusieurs établissements perturbés dans les Hauts-de-Seine.
Ceci au lendemain d’autres blocages et d’une manifestation tendue entendant protester contre les violences policières.
Aux USA, dommages importants à l’université de Californie à Berkeley lors d’une manifestation étudiante contre la présence, sur le campus, de l’éditorialiste ultra-conservateur Milo Yiannopoulos.
Pour la minorité agissante soutenue par quelques professeurs, ce type de conférences n’a pas lieu d’être.

Les minorités visibles :
Que ce soit à Bobigny ou dans d’autres villes de banlieues, de véritables émeutes, suite à l’arrestation musclée de Théo, se succèdent depuis 15 jours.
Les « jeunes » n’hésitent pas à s’attaquer aux commissariats et aux autres bâtiments publics à coups de cocktails Molotov.
Aux États-Unis, les « chicanos » clandestins manifestent chaque jour pendant que les Afro-Américains des « Black Lives Matter » instrumentalisent les meurtres d’adolescents noirs tués par des policiers en s’en prenant aux forces de l’ordre.

Les célébrités :

Le programme de Macron, ou la novation éculée

 


Le 26/02/2017
 
 
Sans surprise, on retrouve les annonces à l’emporte-pièce du bonimenteur politique de base, où dansent les milliards sans vraiment savoir d’où ils viennent..
 
Ça y est, Macron annonce enfin les premières mesures de son programme.
Après des semaines d’attente fébrile, les Français vont savoir ce que signifie être moderne, novateur, hors des clivages partisans, bref, incarner l’homme politique du 2 1e siècle.
 Mais voilà, petit inconvénient : l’annonce vient surtout confirmer les craintes de ceux qui doutaient des super-pouvoirs de Macron Président.
Sans surprise, on retrouve pour commencer les annonces à l’emporte-pièce du bonimenteur politique de base, où dansent les milliards sans vraiment savoir d’où ils viennent ni où ils partent.
 On réorganise l’assurance maladie pour quinze milliards et on lance un programme de cinquante milliards d’investissements publics.
Où ? Comment ? Pourquoi ? Avec quel objectif ?
 Pour ça, que les électeurs votent d’abord, on leur répondra après.
Et si on s’aperçoit, finalement, que, via de très vertueux « investissements publics », cinquante milliards d’impôts sont passés directement dans les caisses de grandes entreprises, il ne faudra pas voir ça comme de la magouille mais comme un progrès.
Qu’y a-t-il, ensuite, de si novateur à vouloir supprimer des postes d’emploi public ?
Voilà des décennies que la droite s’y attelle, avec les résultats que l’on connaît dans certains corps de métier.
 Progressiste, également, que de donner plus d’autonomie aux collectivités territoriales ?
Gaston Defferre, qui a lancé la décentralisation, a déjà appliqué ce programme en… 1982.

samedi 25 février 2017

Nantes: Les policiers municipaux doivent éviter un secteur du quartier Bottière

Le 25/02/2017

  
Les agents doivent éviter la rue de la Rivetterie, à Nantes
 
Photo archives PO-NATHALIE BOURREAU
 
24.02.2017

Les agents doivent éviter la rue de la Rivetterie, à Nantes
 
La consigne est tombée hier matin : les policiers municipaux nantais ne doivent plus aller patrouiller dans une partie du quartier de la Bottière, à Nantes, "jusqu'à nouvel ordre".
Troublante coïncidence, glisse le syndicat FO, qui dénonçait justement la veille devant la presse locale l’insuffisance des moyens de protection alloués aux agents, sur le terrain.
Au début du mois, la Ville avait lancé un plan d’îlotage.

Il avait été demandé aux agents de se rendre, par équipe de deux, à pied ou à vélo dans les quartiers dits « populaires ».
Objectif ?

 « Se montrer à l’écoute des habitants et des commerçants ».
Les coups de feu tirés lundi soir rue de la Rivetterie à la Bottière ont incité la Ville à prendre des mesures.

 Elle a indiqué jeudi soir avoir pris cette décision "pour ne pas exposer les agents alors que des risques sont connus". 

source

Bombes incendiaires, mortier et lacrymogène : la manifestation anti-FN de Nantes dégénère (IMAGES)

Bombes incendiaires, mortier et lacrymogène : la manifestation anti-FN de Nantes dégénère (IMAGES)© Jean-Sebastien Evrard Source: AFP
 
La manifestation anti-FN a rapidement dégénéré à Nantes    
A la veille d'un meeting de Marine Le Pen à Nantes, des centaines de manifestants se sont rassemblés à Nantes, à l'appel de partis, de syndicats et de collectifs de gauche afin de manifester leur hostilité aux idées du Front national.
Entre 2 200, selon la police et 3 000 manifestants, selon les syndicats, se sont rassemblés le 25 février dans le centre de Nantes, afin de défiler contre le Front national, à l'appel d'associations de gauche et d'extrême gauche.
Vers 16h, le rassemblement a commencé à dégénérer en affrontement entre manifestants et forces de l'ordre.
Un cocktail molotov et des pavés ont été envoyés sur la police, qui a également essuyé de nombreux tirs de mortiers et de bombes incendiaires.
 La police a répliqué en envoyant des grenades lacrymogène.

Après une période d’accalmie, des manifestants cagoulés ont recommencé à lancer des dizaines de projectiles sur les policiers, près du château de Nantes.
Ceux-ci ont riposté par des jets de grenades désencerclantes, dont un éclat a touché le reporter de RT France au bras.

Vers 17h, la police a sommé les manifestants, qui avaient incendié des buissons, de se disperser, avant d'envoyer de nouvelles grenades lacrymogène.

Des petits groupes de manifestants ont continué à défiler dans les rues, pourchassés par les policiers.
Voyant la tournure prise par les événements et alors que plusieurs vitrines ont été brisées, des commerçants se sont hâtés de fermer leurs volets.

Plusieurs rues de la ville ont été dévastées par le passage du cortège et les affrontements.

Sur place, des policiers en tenue anti-émeutes avaient été déployés, ainsi qu'un hélicoptère et un canon à eau.

Au moins une personne a été arrêtée.
Des slogans aussi divers que «Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartier pour les fachos», «Justice pour Théo», ou encore «Tout le monde déteste la police», ont été scandés.

Nantes : Les gauchistes anti-FN saccagent tout sur leur passage

Le 25/02/2017


Nantes : Les gauchistes anti-FN saccagent tout sur leur passage

 
Les journalistes de BFMacron sont en train de devenir les rois des Fake news
 
Au moins une personne a été arrêtée.
Des slogans aussi divers que «Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartier pour les fachos», «Justice pour Théo», ou encore «Tout le monde déteste la police», ont été scandés.
Le 26 février, la candidate à l’élection présidentielle Marine Le Pen tient un discours au Zénith de Nantes.
 Ses opposants ont à nouveau prévu des actions.
RT
 

 
 

 
 
La présidente du Front National tient un meeting dimanche au Zénith de Nantes. 
Fortement encadrés par la police, les protestataires brandissaient des pancartes proclamant « Le fascisme ne passera pas ».
 

« Nous sommes là pour dire à Marine Le Pen qu’elle n’est pas bienvenue du tout dans l’Ouest et Nantes en particulier.
On est une terre de solidarité et de progrès social, d’histoire ouvrière, et on ne veut pas se faire voler par des gens qui mentent aux salariés », a déclaré Anthony Lemaire de la CGT 44.
 

Quelque 2200 personnes ont pris part à cette manifestation sous haute surveillance policière.
 Les autorités redoutaient des débordements. 
Des manifestants ont lancé des projectiles en direction des forces de l’ordre qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes.
Un gendarme a été blessé.
Le cente-ville a été barricadé afin de protéger les vitrines, les banques et les arrêts de bus d’éventuels débordements. 
La présence des forces de l’ordre est renforcée.
500 à 600 policiers et CRS sont mobilisés.
 

Vrais chiffres chômage Janvier 2017, 2300 chômeurs de plus, malgré 310400 radiations ce mois

Le 25/02/2017
 
 


par patdu49
samedi 25 février 2017

6 578 400 privés d'emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 4 500 000 environ d'invisibles qui n'entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

Total : + de 11 MILLIONS de chômeurs en France (fourchette basse), et autant de pauvres largement sous les seuils de pauvreté.

Si le chômage baissait de 10 000 par mois (à population active constante) avec des vrais emplois non précaires, on atteindrait alors le plein emploi .... dans 90 ans environ.

Ces chiffres effroyables démontrent qu'il est grand temps de partager le temps de travail, et d'instaurer un revenu de vie garanti, sans contrepartie, et décent, ça sera + utile que d'inventer des emplois qui ne servent strictement à rien, voire parfois qui sont nuisibles à la société et à la santé.
Exemple du ridicule d'aujourd'hui : un mec se retrouve en taule (cout journalier exorbitant ) car faute d'un revenu décent, il a fait un casse, réponse politique des sadiques esclavagistes : on va construire des prisons, on va embaucher des gardiens payés une misère, qui deviendront dépressifs et couteront à la sécu, le mec qui va sortir de taule, sera encore + en rogne et dans la merde à sa sortie.
Moi je préfère, que les 2 mecs, soient avec un revenu de vie décent, même à la pêche à contempler la nature, qui auraient pas envie de bosser, ça coute moins cher à la collectivité, et 2 mecs heureux, toujours mieux que 2 mecs qui gâchent leur vie.

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, moyenne mensuelle (basée sur 1 trimestre) de Janvier 2017 :

- Défauts d'Actualisation (bugs informatiques + oublis + des découragés non indemnisés) : 207 700, 38,5 % des sorties des listes. (- 3,1 % sur 1 an)
- Radiations Administratives (les punis) : 51 300, 9,5 % des sorties. (+ 17,4 % sur 1 an)
- Autres Cas (morts, suicidés, emprisonnés, expulsés etc) : 51 400 et 9,5 % des sorties. (- 3,2 % sur 1 an)

soit 310 400 radiés des listes (57,5 % des sorties) ce mois (moyenne mensuelle sur 1 trimestre) pour autres motifs que :

Birmingham à l'heure islamiste

Le 25/02/2017
 
 
Dans la deuxième ville d'Angleterre, le niqab porté par les femmes ne surprend plus personne.
 
Dans la deuxième ville d'Angleterre, le niqab porté par les femmes ne surprend plus personne. Crédits photo : Dave Ever

Par Rachida Samouri
Publié le 24/02/2017

REPORTAGE - Dans les quartiers populaires de la deuxième ville d'Angleterre, le mode de vie communautariste des islamistes tend à s'imposer et menace de faire éclater une société victime de son utopie multiculturaliste.
 
De nos envoyés spéciaux à Birmingham

En ce vendredi après-midi très hivernal à Birmingham, l'atmosphère est saturée de ce fameux fog, si épais et so British.
L'architecture ciselée de briques rouges caractéristiques de l'héritage industriel de cette ville du centre de l'Angleterre achève de dessiner l'image d'Épinal.
 Il n'est pas encore 14 heures mais, déjà, la lumière décline.
 La couleur écarlate des bus à impériale tranche avec la grisaille ambiante et transperce la brume, tout comme l'écho de la voix du muezzin depuis le minaret de l'imposante Birmingham Central Mosque.

 Si l'heure du thé demeure incontournable, celle de la prière l'est tout autant, rappelée à grand renfort de haut-parleurs.
 Surmonté d'un immense dôme, d'un minaret et de deux croissants islamiques, l'édifice religieux posé au milieu des tours de ce quartier populaire de High Gate est capable d'accueillir, les ...
 
Cet article est réservé aux abonnés. 94% reste à lire.

lefigaro.fr

«Grigny, ce n’est pas la France» : la ville du 91 porte plainte contre Eric Zemmour

Le 25/02/2017
 
 
 

Par le 24/02/2017 pour fdesouche 

« La Grande Borne à Grigny, ce n’est pas la France, c’est une contrée où l’on est plus en France, où il y a un régime étranger qui s’impose», avait déclaré le polémiste à la télévision.
 
Le maire (PC) de cette commune de l’Essonne attend des excuses.
 
« Je refuserai toujours que l’on porte atteinte aux habitants», ne cesse de répéter le maire PCF de Grigny, Philippe Rio.
Il y a quelques jours, l’élu a déposé plainte contre l’écrivain Eric Zemmour pour « diffamation publique et provocation à la discrimination, à la haine et à la violence envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à la religion et à un territoire déterminé».
 
En cause : les propos tenus par l’écrivain le 10 novembre dernier lors d’un débat qui l’opposait à Raphaël Glucksmann sur le plateau de BFMTV.
 Ce jour-là, l’écrivain controversé avait déclaré lors de l’émission de la journaliste Ruth Elkrief :
« On a parlé de la Grande Borne à Grigny tout à l’heure… Qu’est-ce que c’est ? Ce n’est pas la France, c’est une contrée où l’on est plus en France, où il y a un régime étranger qui s’impose, où la police française ne rentre plus, où la loi de la République ne s’applique plus, et où l’on est sous une loi qui mélange la loi des caïds et la loi islamique. C’est ça la réalité aujourd’hui ».
«Je me souviens très bien de la scène, reprend le maire. Je l’ai vécue en direct à la TV. C’est un mensonge, un véritable mensonge. J’attends des excuses pour laver l’honneur des habitants.»
 

COP21 : ce que la presse française ne vous dit pas

Le 25/02/2017
 
 




Il est de plus en plus évident que les États-Unis vont se retirer de l’accord de Paris, le fameux « succès du quinquennat ».
 
Il y a quelques jours, le président Trump essuyait un revers avec la démission forcée de son conseiller à la Défense nationale, le général Flynn, suite à des révélations de la NSA et de la CIA à la presse, qui en a fait ses gros titres.
Sur le dossier environnement, les choses sont différentes et l’administration démocrate du pays a du souci à se faire.
Le très redouté Scott Pruitt a été confirmé récemment par le Sénat à la tête de l’EPA (Environmental Protection Agency/Agence de protection de l’environnement).
 Évidemment, cette information n’a pas filtré dans les médias français, et pour cause : il se présente lui-même comme « un opposant à la politique activiste de l’EPA ».
 Cet organisme, noyauté par l’administration Obama, finançait entre autres les études sur le climat, pour peu qu’elles soient alarmistes.
Pourquoi la presse française aurait-elle dû s’intéresser à cette nouvelle ?
 Premièrement, si la communication autour de la science climatique devient enfin objective, cela aura des répercussions sur les politiques de transition énergétique propres à chaque pays.
Nos candidats à la présidentielle feraient bien d’en tenir compte.
Deuxièmement, il est de plus en plus évident que les États-Unis vont se retirer de l’accord de Paris, le fameux « succès du quinquennat ».
Myron Ebell, qui était à la tête de l’équipe de transition de l’EPA, l’a affirmé publiquement début février, lors d’un colloque organisé à Bruxelles.
Autre signe allant dans ce sens, le thème « changement climatique » a disparu du site officiel de la Maison-Blanche.

Mickael Luhaka serait le fils de Thomas Luhaka actuellement ministre de la République Démocratique du Congo

Le 25/02/2017


La famille de Théo au coeur d’une enquête financière : 678 000 euros de subventions
 




Africain.info : actualité Afrique
REVUE DE PRESSE   :   ACTUALITES D'AFRIQUE

 
 
Congo Ya Sika [24/02/2017]

Escroquerie : Mickael LUHAKA, fils d’un ministre congolais, impliqué en France      
 
Mickael Luhaka, fils de Thomas Luhaka actuel ministre de Infrastructures, Travaux publics et reconstruction de la République Démocratique du Congo, est au coeur d’une enquête financière pour abus de confiance et escroquerie en France.
Les interrogations portent sur une somme de 678 000 euros. (...)


Un lecteur nous a fait parvenir ce lien, l'article n'est pas transposable, mais je vous encourage vivement a le consulter, il nous apprend peut être le brusque intérêt du mollusque présidentiel a l'égard de Théo 

Le seul enjeu : la reconquête des « territoires perdus de la République » !

 


25/02/2017


Le prochain scrutin présidentiel ne se jouera pas sur la question de la résorption du chômage ou de la dette publique…

Contrairement aux affirmations répétées de l’oligarchie politico-médiatique, le prochain scrutin présidentiel ne se jouera pas sur la question de la résorption du chômage ou de la dette publique, quelle que soit par ailleurs l’importance de ces sujets, mais sur la restauration de la souveraineté de l’État sur les zones dites de non-droit qui échappent à son autorité.
Malgré la situation insurrectionnelle de certains quartiers, la plupart des candidats ne proposent pas de remède drastique à ce fléau, à l’exception notable de Marine Le Pen qui entend « rétablir l’ordre républicain et l’État de droit pour tous » et « mettre en place un plan de désarmement des banlieues concernées et de reprise en main par l’État des zones de non-droit », en ciblant « les 5.000 chefs de bandes délinquantes et criminelles identifiées par le ministère de l’Intérieur ».
Moins précis, Nicolas Dupont-Aignan s’engage néanmoins à « mener une politique de reconquête des zones de non-droit » par le renforcement des « BAC en appui des brigades de roulement » et la création de « patrouilles mobiles de sécurisation », ainsi qu’à « lutter contre les trafics, notamment de drogue ».
Si le rétablissement de l’ordre sur le terrain apparaît indispensable à court terme, le retour durable à la paix civile nécessitera une volonté farouche de reconquête des esprits et des cœurs envers la population musulmane, qui occupe majoritairement les territoires considérés.
À cet égard, rappelons que le rejet de la civilisation européenne, en particulier par les plus jeunes, ne résulte pas seulement de politiques d’assimilation infructueuses menées par nos dirigeants successifs, mais provient d’une décision délibérée des autorités du monde musulman.