dimanche 31 juillet 2016

Remarquable analyse d’un auteur algérien écrite en Janvier 2016

Le 31/07/2016
 
 

Auteur :
Karim Akouche est poète, romancier et dramaturge. Né en Kabylie, il vit au Québec.

Puisse ce texte, écrit en janvier 2016, ouvrir les yeux des aveugles qui nous gouvernent. Car l’avenir de la France, donc celui de nos enfants,  pourrait bien être celui que décrit Karim Akouche :


Après les horreurs du vendredi 13 , la France de demain ne sera plus comme avant.
Elle ne sera plus la France d’hier.
Elle sera semblable, à quelque chose près, à l’Algérie des années 90 :
Paris sera Alger. Toulouse, Blida ou Média. Lyon, Ain Defla. La Kabylie, la Bretagne.
Ce n’est pas difficile à prédire.
 C’est même une évidence pour celui qui, comme moi, a vécu la guerre civile algérienne, côtoyé la violence aveugle des fous de Dieu, marché sur des flaques de sang et des morceaux de chair.

Ça a débuté comme ça : en bruit de pantoufles avant que ne retentissent les kalachnikovs et les bombes.
On pensait que c’était un jeu.
Comme ces pétards que les enfants faisaient exploser lors de l’aïd et de l’anniversaire de la naissance du Prophète.
On riait des qamis et des barbes hirsutes des intégristes.
C’étaient nos « pères Noël ».
Ils n’apportaient pas de cadeaux, ne distribuaient pas de bonbons, mais ils aimaient nous raconter des histoires obscures sur l’enfer et le jugement dernier.
On trouvait leur façon de s’habiller exotique.
Car, à la fin des années 80, rares étaient ceux qui portaient ces accoutrements importés d’Afghanistan et d’Iran.
Puis ça a continué comme ça : par l’intimidation.
Avec des mots qui, certes, étaient trop violents pour mes oreilles d’enfant, mais c’était de simples mots.
Les islamistes harcelaient les femmes libres, les démocrates et les laïques.
 Ils traitaient les progressistes de dépravés, de suppôts des croisés.
Parfois, ils donnaient des coups de poing, de simples coups de poing.
Puis ça a progressé.
Ils utilisaient des objets, de simples objets : des galets, des cordes, des seringues d’acide, des couteaux, des haches…

Philippe de Villiers : « Je pense que la civilisation européenne est en train de mourir »

Ancien secrétaire d’Etat à la Culture de Jacques Chirac, ancien candidat aux élections présidentielles, directeur du Puy du Fou, auteur d’une vingtaine de livres, romans, biographies ou essais, Philippe de Villiers sort rarement de sa retraite vendéenne pour commenter l’actualité politique.

Il reçoit l’Observateur du Maroc et d’Afrique pour donner sa vision des récents événements internationaux.
Propos recueillis par Olivier Stevens
 
L’Observateur du Maroc et d’Afrique :
 Depuis quelques mois, l’Europe est secouée par de nombreux attentats. Comment réagissez-vous à ces évènements ?

Philippe de Villiers :
 L’Europe, la vraie, celle des nations, est submergée de l’extérieur et effondrée de l’intérieur. Submergée de l’extérieur, parce qu’on a transféré notre souveraineté à des institutions obscures.
 J’ai entendu François Hollande dire : « On va faire ceci, on va faire cela…»
 Mais il sait très bien qu’il ment, puisqu’il n’a plus de pouvoir.
Quand le pouvoir n’a plus le pouvoir, il ne peut plus rien faire pour nous.
On a transféré les souverainetés nationales.
On est un protectorat américain.
La France est submergée de l’extérieur, puisqu’elle fait face à une invasion migratoire.
 Les gens qui viennent chez nous sont envoyés par l’État islamique, qui – c’est la vérité – nous avait promis en février dernier de nous expédier ces gens.
 C’était annoncé.
On a devant nous des envahisseurs.
Il n’y a pas de chrétiens parmi ces gens-là.
Les chrétiens restent chez eux et combattent pour leurs familles, leurs terres et leurs valeurs.

Quels sont selon vous les responsables ?

Les BHL de service, des Attali et consorts qui expliquent que la France est une tache ignominieuse sur la carte des points précieux de la planète.

Slovaquie: Son 1er Ministre Socialiste ne veut pas accueillir de musulmans

Le 31/07/2016


Les chauffeurs épuisés par le caillassage répété de leurs bus à Nanterre

Ariane Riou
31 juillet 2016


  Nanterre, juillet 2016.  Les bus des lignes 304 et 159 sont souvent caillassés. Certains chauffeurs de bus sont excédés. (LP/A.R.)
La défaite des Bleus, en finale de l’Euro le 10 juillet dernier, n’est pas bien passée.
 
Ce soir-là, le bus 304 qui relie la place de la Boule à Nanterre à la station de métro des Courtilles, entre Asnières et Gennevilliers, a été caillassé à coups de pavés par un groupe de "jeunes" aux alentours de l’arrêt Noël-Pons, à l’entrée du Petit-Nanterre. Un événement brutal, et malheureusement pas si rare sur cette ligne qui traverse certains quartiers sensibles de la ville.
Depuis le début de l’année, huit atteintes aux personnes et aux biens ont été recensées par la RATP sur la ligne 304, contre quatre pendant la même période en 2015.

Mais également sept sur le 159, qui relie la cité du Vieux-Pont, à Nanterre, à La Défense en passant par le quartier du Parc sud, où ont lieu la majorité des caillassages.
L’année dernière, la RATP en avait recensé cinq.
De quoi excéder certains chauffeurs qui travaillent sur ces lignes.

« Ça arrive surtout de nuit, les soirs où il y a des événements particuliers, observe l’un d’entre eux, qui préfère rester anonyme. Le plus souvent, il s’agit de caillassages. Mais il y a quelques mois, un chauffeur du 304 a également dû affronter des tirs de balles.
 

Le bus 304 a été caillassé le soir de la finale de l’Euro à Nanterre. (DR)


« Quand on conduit à ces moments-là, on y pense, reconnaît un autre. On essaie de faire abstraction pour faire notre travail, mais parfois c’est difficile. »

Tribune libre – Face à l’islamisme, une névrose collective, par Vincent Revel

Le 31/07/2016
 
 
Munch The Scream
 

vu sur (NOVOpress)

Nous savons tous que le problème de l’islamisme est fortement lié à notre politique migratoire irresponsable.
 
Pourtant, aucun des deux partis soi-disant républicains, le PS et LR, n’ose aborder la question en toute liberté.
Face aux actes de barbarie, l’aveuglement perdure et les tabous se renforcent.
 
L’assassinat du père Hamel dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray n’est que le prolongement logique de ce qui s’est passé les semaines et les mois précédents.
Il faut comprendre que les djihadistes, de plus en plus nombreux sur notre territoire, ne renonceront pas à nous faire plier les genoux à terre.
 Nos politiques parlent de guerre mais ils oublient de nommer correctement l’ennemi de ce fait la menace qui pèse de plus en plus sur nos épaules n’est pas prête de s’atténuer.
Nos dirigeants, nourris aux mamelles de la nouvelle religion des droits de l’hommisme, sont incapables d’avoir un discours clair aboutissant à des actes forts.
Faisant la promotion d’une société multiculturelle, favorisant un déracinement radical, notre élite néo-libérale se trouve incapable d’agir efficacement.
La pensée antiraciste leur interdit toutes paroles patriotes et actes courageux.
Née de la rencontre du libéralisme et du communisme, deux idéologies basées sur la mort des nations et des frontières, cette pensée antiraciste trouve auprès de l’Eglise actuelle un allié de poids.
 Empêtré dans son Amour de l’Autre, dans sa charité universaliste, le christianisme ne cesse désormais, comme les nouveaux censeurs laïcs, de culpabiliser les Européens d’être des enfants héritiers d’une longue et belle tradition.

Sa maison est squattée : le propriétaire dépassé et désespéré

Le 31/07/2016


Sac de couchage, tente et poubelles trônent dans l'entrée./PhotoDDMMG

Sac de couchage, tente et poubelles trônent dans l'entrée./PhotoDDMMG

Publié le 30/07/2016

Au 21, rue Henri Lavigne, il n'y a plus d'eau ni d'électricité depuis quelques semaines déjà.

En plein cœur de Toulouse, à deux pas du Cours Dillon, une grande bâtisse semble laissée à l'abandon.
Elle ne l'est pas vraiment.
Khalid, la cinquantaine passée s'y est installée depuis quelques jours.
Des traces d'occupation (mégots, sac et tente dans l'entrée, lit aménagé) trahissent sa présence.
Cela fait presque trois ans maintenant que familles et squatteurs plus ou moins organisés se succèdent à cette adresse, au grand dam de son propriétaire, M. Bardou.
Cette maison, il l'a héritée de sa mère en novembre 2013 et comptait bien la revendre.
Aujourd'hui, non seulement son logement est occupé depuis le décès de sa mère mais il est aussi dégradé : le papier peint est décollé, les meubles qu'il reste sont abîmés et les pièces d'eau, dont il émane des odeurs douteuses, en piteux état.

Véolia lui réclame plus de 26 000 €
M. Bardou n'est pas en colère mais il est atteint, «victime d'une situation qu'(il) n'a pas créé».
Comme si cela ne suffisait pas,
Véolia lui réclame 26 000 € de factures d'eau.
Une somme colossale qu'il ne peut régler puisqu'il «a versé jusqu'au dernier centime des droits de succession».

Les Traoré forcément respectables, la gendarmerie coupable forcément !

Le 31/07/2015

4972758_6_6531_si-l-on-en-croit-les-elements-communiques_251e6422645e22cfbadb9a8ceea6516b


Les tragédies massives occultent des scandales plus quotidiens, Nice a fait négliger Beaumont-sur-Oise.

Pourtant il y aurait beaucoup à dire à la suite de la mort le 19 juillet d'Adama Traoré, 24 ans, à la suite d'une interpellation dans la cité de Boyenval.
Beaucoup à dire mais, en même temps, depuis cette date on retrouve un processus terriblement répétitif qui, en substance, oppose des "saints" quoi qu'ils aient accompli à des "salauds" aussi légitime qu'a été leur action.
En l'occurrence la famille Traoré médiatiquement promue et soutenue contre des policiers et des gendarmes évidemment de mauvaise foi !
Adama Traoré aurait été victime d'une "bavure" puisque selon son frère Bagui, il est entré "vivant dans le camion et qu'il en est sorti mort" quand il a été transféré à la brigade de Persan.
Depuis le 19 juillet, quatre nuits de violences et de dégradations et un dispositif de taille pour en empêcher une cinquième (Le Parisien).

Les forces de l'ordre traitées de "assassins, fils de putes et bandes de bâtards".
"Tensions après la mort d'un jeune interpellé" titre Le Monde qui consacre, comme il se doit, un très long article où est mis sur le même plan le comportement des fauteurs de trouble et celui des gendarmes et policiers.
TF1 n'est pas en reste qui lors de son journal de 20 heures, le 22 juillet, redonne une importance démesurée à cette triste affaire, au sujet de laquelle on demeure dans l'équivoque au bénéfice bien sûr de la famille Traoré.
Quelques rappeurs sont de service pour soutenir la cause de celle-ci et Omar Sy continue à exploiter sa popularité pour systématiquement, sans rien savoir, aller du bon côté démagogique, du mauvais pour la discrétion et la prudence.
 Avec un tweet convenu et brassant large (20 minutes).
Les appels à manifester sur les réseaux sociaux et l'ébullition ignorante des professionnels du désordre.

Valls: « L’islam a trouvé sa place en France contrairement à ce que prétend le populisme de droite et d’extrême droite »

Article publié le 31.07.2016
 
 
ConCr1fWgAAHNu-


Manuel Valls estime que "l'islam a trouvé sa place dans la République" mais que, "face à la montée du djihadisme", il y a "urgence" à "bâtir un véritable pacte" avec la deuxième religion de France, via "la Fondation pour l'islam de France", dans une tribune publiée dans "Le Journal du Dimanche".
 
 
 
france

Le drapeau du jihad en temps de guerre, dans les rues de la France. Oui bien sûr, tout va bien Valls.

"L'islam a trouvé sa place dans la République (...) contrairement aux attaques répétées des populismes, à droite et à l'extrême droite", qui ont mis cette religion au "coeur de leur rhétorique du bouc émissaire", déclare le Premier ministre.
 
Source Via

C’est le véritable islam qui assassine : les preuves

Le 31/07/2016
 
 
Musulmansvousnousmentez
 

Publié le 30 juillet 2016 - par Hubert Lemaire
 
Oui, c’est ça le véritable islam
 
Petite synthèse des horreurs de l’islam commises depuis quelques années.
Mais surtout, comme disent les journaux et la télé : pas d’amalgame… ce n’est pas çà l’islam… pas en mon nom… comme ils disent !
Pourtant si, c’est exactement çà l’islam, le véritable et dangereux islam criminel, mortifère.
C’est çà la vérité.
C’est çà le problème que nos gouvernants ne veulent surtout pas affronter !
Depuis la destruction des tours jumelles à New York le 11 Septembre 2001, l’islam, al-Qaïda, Daech, et ses multiples clones sataniques, ont frappé, à ce jour, plus de 28 300 fois à travers le monde, au nom de l’islam de prétendue paix (!), comme le confirme le remarquable site The Religion of Peace, qui tient le compte des actes terroristes, la date, le pays, la ville, le nombre de morts, de blessés graves, le descriptif résumé de l’attentat, commis par des terroristes musulmans depuis cette date symbolique : cinq actions sanglantes par jour, tuant une moyenne de 2 à 5 personnes et en blessant quatre fois plus.
Selon le même site de Religion of Peace : uniquement pendant le mois de novembre 2014, des terroristes islamiques ont cinq mille assassinats à leur actif !
 
Dans les quinze dernières années, aucune société, aucune civilisation, aucun système de pensée n’a produit autant de criminels et de terroristes agissant au nom d’une idéologie politique totalitaire qui se prétend religion… et même religion de paix… l’islam !
 
Pendant cette même période, aucun attentat n’a été fomenté par un bouddhiste, un chrétien ou un juif au nom de sa religion.
Comme toujours et partout, ce sont les djihadistes de l’islam qui assassinent au nom d’Allah et du beau modèle Mahomet, le bel exemple de l’islam.
Alors où est le problème ?

Tout va bien, on a une appli !




Le 31/07/2016



Ridicule petite appli, qui envoie des messages deux heures après à des gens qui viennent de perdre leur famille.

Voici la réponse de l’État : une appli.
 Oui, une appli : SAIP, le « Système d’Alerte et d’Information des Populations » pour lutter contre l’ennemi qui égorge, écrase, tire sur la foule, fonce sur des familles.
L’État se la joue start-up, Silicon Valley, réseaux sociaux et 2.0. Valls se prend pour Bill Gates, Cazeneuve pour Steve Jobs.

 80 millions d’euros pour une appli smartphone de lutte antiterroriste.

C’est la guerre Pokémon : clic droit je me sauve, clic gauche je me cache.
Zut, on m’a vu, je vais mal finir dans une des mille vidéos YouTube publiées chaque mois par l’État islamique.
Pas grave, je vais faire le buzz.
Voici la priorité du sommet de l’État : la communication.
Il est admis, en haut lieu, qu’on ne peut pas éviter d’attentats.
Qu’il faudra vivre avec, pour vivre ensemble.
Nos décideurs sont résignés, déjà soumis : c’est la rançon de leur maintien au pouvoir.
 Pour cela, maîtriser sa communication.
Savoir quoi dire aux gens.
Restez chez vous. Sortez.
 Votez.
 Rentrez chez vous.
Ridicule petite appli, qui envoie des messages deux heures après à des gens qui viennent de perdre leur famille.

Pour trouver du travail, Thierry Lepaon squeeze Pôle emploi





Le 31/07/2016


La gabegie continue. La « République exemplaire » apparaît de plus en plus comme la « République des copains ».

Un ancien leader de la CGT nommé par Matignon à la tête de la future Agence de la langue française : quoi de plus normal ?
Ces recasages sont devenus une sorte de tradition.
En 2013, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, fut nommé en Conseil des ministres inspecteur général des affaires sociales (IGAS) et chargé de superviser le plan national de lutte contre la pauvreté.
À l’époque, Jean-Claude Mailly déclare que « cela ne donne pas une image d’indépendance syndicale ».
Trois ans plus tard, un secrétaire confédéral de FO est également nommé à l’IGAS.
Avec Thierry Lepaon, la CGT est à son tour servie.
Pas de jaloux dans les trois grandes confédérations, la CFDT apparaissant cependant comme le chouchou des gouvernements.
Ces recasages ne s’expliquent pas seulement par la volonté de récompenser certaines personnalités pour leurs bons et loyaux services.
On peut admettre qu’au cours de leurs mandats, elles aient acquis quelque expérience qui puisse être utile dans d’autres fonctions.
Ce qui est moins compréhensible, c’est que ce soit l’État qui joue l’entremetteur : comme si elles étaient incapables, avec leurs relations et leur carnet d’adresses, de se trouver par elles-mêmes un nouveau job.

Calais: un camion incendié par les migrants sur la rocade portuaire

Le 31/07/2016
Les Calaisiens en Colère

 
Le 30/07/2016
 
Cette nuit encore a été une nuit très très agitée.
 
Il y a eu une émeute dans la jungle et aux abords, les grilles blanches donnant sur la rocade portuaire ont encore été cassées.
Les clandestins ont pris d'assaut la rocade en y mettant un barrage en feu avec des troncs , des grosses pierres et ils ont caillaissé tout ce qui bouge.
Il y a eu énormément de barrages en tout genre .
Ils étaient violents.
Ce camion en photo a était incendié par les migrants, fort heureusement le chauffeur n'a rien.
Une vidéo résumant tout ça sera mise en ligne bientôt et d'autres soirs





 
 
 

samedi 30 juillet 2016

Daesh : une deuxième génération de terroristes en gestation



© Capture d'écran du site Heavy.com
 
Selon un rapport alarmant publié par l’agence Europol, Daesh entraîne dès leur plus jeune âge les enfants des combattants étrangers vivant sur le territoire de son califat, afin de les préparer à peut-être un jour frapper le continent européen.
 
                                   
«Dans sa propagande, Daesh a souvent montré qu’elle entraînait des mineurs afin qu’ils deviennent la prochaine génération de combattants terroristes étrangers, ce qui pourrait constituer une future menace pour la sécurité des Etats membres», avertit l’agence de police européenne dans son rapport annuel sur le terrorisme dans l’Union européenne.



Deux garçons français tuent des Syriens dans une vidéo choquante de Daesh            
 
Europol ajoute ensuite : «Certains, revenant sur leurs pas, perpétueront la menace terroriste dans l’Union européenne via des conseils, du financement, du recrutement et des activités de radicalisation.
 Ils pourraient également servir de modèles à d’éventuels futurs djihadistes violents.»

Une vingtaine de véhicules de la mairie de La Courneuve incendiés dans un climat tendu (IMAGES)


©Capture d'écran Twitter Actu17

Dans un climat particulièrement tendu à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, des voitures de service et des minibus municipaux ont été incendiés durant la nuit du 29 au 30 juillet.
 
La piste criminelle a été confirmée par la préfecture.

Quelque vingt véhicules, voitures de service et minibus appartenant à la mairie de La Courneuve ont été incendiés par plusieurs suspects, cagoulés au moment des faits, a indiqué la préfecture.
 
 
Du carburant et des éléments de dispositifs incendiaires ont été retrouvés à proximité des véhicules sinistrés, qui étaient stationnés près de l’hôtel de ville.
 

 
Selon une source municipale, qui s’est confiée au journal Le Parisien, «il est difficile de ne pas faire le lien» avec un autre incident survenu le 29 juillet dans l’après-midi.
Un chien, qui aurait attaqué des policiers, avait été tué par ces derniers au cours d’une intervention dans la cité des 4 000, suscitant la colère de nombreux jeunes.
 

Condamnation d’une élue PS : scoop de l’Agglorieuse et de Lengadoc Info

Le 30/07/2016

 

Béatrice Négrier, élue PS. Photo Lengadoc Info.
 

L’élue PS au conseil régional, Béatrice Négrier, par ailleurs maire de Plaissan dans l’Hérault a été condamnée fin mai à 4’000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Montpellier pour « détournement de fonds ».

Un jugement devenu définitif.
L’information était passée inaperçue, jusqu’à ce que l’hebdomadaire l’Agglorieuse sous la plume de Tristan Cuche et le site d’actualité Lengadoc Info ne la révèle, mercredi.
Un beau scoop, repris ce vendredi par Midi Libre…sans citer ni l’Agglorieuse, ni Lengadoc Info.
C’est une habitude récurrente chez le confrère !

Voici l’article de Lengadoc Info du 27 juillet :

« C’est une condamnation qui n’a pas fait beaucoup de bruit dans la région et pourtant l’affaire est loin d’être anecdotique.
Le 24 mai dernier, le maire de Plaissan (Hérault), Béatrice Negrier (PS), était appelé à la barre du tribunal correctionnel de Montpellier pour une affaire de détournement de fonds.
 La somme escroquée s’élève à 340 000 €.
Une somme considérable que Béatrice Negrier a détourné au dépens du Mouvement Républicain et Citoyen, le parti fondé par Jean-Pierre Chevènement et dont Béatrice Négrier était membre, mais également d’une association pour enfants qu’elle présidait.
>Devant les juges, le maire de Plaissan, qui est également vice-présidente de la région Occitanie en charge de l’emploi, de la formation professionnelle et de l’apprentissage, a reconnu qu’elle avait « eu une année noire ».
Les 340 000 € détournés ont, en effet, servi à renflouer son compte bancaire personnel.

Ce pouvoir est devenu l’ennemi principal des Français

Publié le 29 juillet 2016 - par Gérard Pince

 
CazeneuveHOllandeValls

 
Avec les tragiques événements, les mots « d’incompréhension », de « sidération » et de « cohésion nationale » ont pris place dans le vocabulaire du pouvoir et des médias.

 Il s’agit de nouveaux thèmes de propagande inspirés par la bêtise ou la fourberie de ceux qui pataugent dans les chemins boueux de la collaboration avec l’ennemi.
Les journalistes interrogent des personnes qui ne comprennent pas ce qui leur arrive.
Comment est-ce possible ?
Des sites comme Riposte laïque, des livres et des conférences les ont pourtant mis en garde depuis au moins vingt ans.
Nous avons dénoncé l’immigration massive d’ethnies ne partageant ni nos mœurs, ni notre conception d’un monde civilisé.
 Le réveil tumultueux de l’islam a été analysé sous ses multiples formes.
Nous avons souligné que cette folie meurtrière frapperait la France et l’Europe en s’appuyant sur le cheval de Troie des migrants.
Les faits ont confirmé toutes nos prédictions et ceux qui expriment leur incompréhension sont donc des imbéciles, des gauchistes ou des collaborateurs honteux !

France: Des lardons dans la boîte à lettres de la mosquée. 6 mois de prison avec sursis. Le procureur voulait de la prison ferme!!!

 
Le 30/07/2016

lardons crus #1


Christian Hofer: pour lesobservateurs.ch
 
Situation où le procureur évoque de la prison ferme pour des lardons.
 
Vous noterez que tous les détails physiques et vestimentaires du Français sont transcrits, sa profession, son prénom (réel), sa ville de domicile... mais on appelle à "l'unité nationale" de peur d'une guerre de religion: quelle unité y a-t-il lorsqu'un tel risque existe?
 
Bien évidemment, le Président du Tribunal se fait le relai de la propagande du gouvernement en interdisant d'évoquer le caractère religieux de... l'état islamique.

Un monde de mensonge où il est interdit de remettre en question les mantras socialistes... comme en URSS.
 Il est bien clair que le juridique est inféodé au pouvoir: il n'y a aucune neutralité à attendre de la justice française.
 
Enfin, on n'évitera pas l'inversion de l'avocate de la défense qui présente les mensonges étatiques comme étant de la "sagesse".
Selon ce gouvernement, la raison serait d'accepter un dogme qui présente le non musulman comme un être inférieur, dont la religion peut être souillée, ses représentants décapités en pleine célébration: un blasphème qu'aucun musulman au monde ne tolérerait si la situation était inversée!

 On rappelle que pour de simples caricatures, les manifestations violentes se sont multipliées dans le monde musulman, appelant aux meurtres des dessinateurs.
 
Combien de temps la France peut-elle tenir face au déni ?
 
******
 
Mardi, au soir de l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, cet homme de 38 ans a déposé des lardons dans la boîte aux lettres de la mosquée de Tomblaine.

Une équipe de foot marocaine exclue d’un tournoi pour harcèlement sexuel

Le 30/07/2016
 
 
©DR

 
©DR                           
Par SA
L’équipe junior marocaine de football n’a pas manqué l’occasion de contrarier les Suédois.

 A l’occasion de la Gothia Cup, l’une des plus grandes compétitions de football pour les juniors âgés de 11 à 19 ans, les joueurs marocains se sont faits exclure de l’événement pour harcèlement sexuel.

D’après le site d’information suédois The Local, un homme âgé de 36 ans et plusieurs jeunes joueurs auraient touché et harcelé des mineures de 16 ans, lors de la première journée de la Gothia Cup.
Selon les déclarations de la mère d’une des victimes, les jeunes filles avaient décidé de quitter la cérémonie, quand soudain elles ont été accostées par un groupe d’adolescents et un adulte.
Ils leur ont demandé de prendre des photos avec elles et ils ne voulaient plus les lâcher.
 S’en sont suivis des attouchements déplacés, les joueurs allant jusqu’à leur toucher les parties intimes et les obliger à les embrasser.
La source suédoise n’a pas précisé la nationalité des agresseurs potentiels et s’est limitée à les décrire comme «originaires d’Afrique du Nord».

 Cependant, le site d’information marocain Aljarida24 a affirmé qu’il s’agissait de citoyens marocains en se basant sur le rapport de police suédois et sur les images des caméras de surveillance.

H. L.

source

Aux portes de l’Europe, il y a Vlad, 6 ans, qui ne sera jamais Aylan. Il a été tué par un obus ukrainien made in USA

  Le 30/07/2016
Floris de Bonneville
 
4f2b4-komin

 
Le 13 juillet je voulais vous parler des petits morts du Donbass, vous savez cette république auto-proclamée après avoir fait sécession de l’Ukraine qui ne voulait plus qu’on y parle russe.

Et puis, il y a eu ces petits morts sur la Promenade des Anglais, assassinés par une lecture rigoureuse d’un Coran qui refuse de se moderniser.
Et puis, tous les jours, en Syrie, des petites filles et des petits garçons sont tués par des obus lancés par les « rebelles modérés » soutenus et armés notamment par la France ou par ceux qui leur répliquent.

Alors, j’ai hésité à envoyer ce papier à NDF.fr.
Pourtant, cela se passe tous les jours en Europe, avec la bénédiction de l’OTAN, avec notre bénédiction, n’est-ce-pas M. Ayrault, successeur d’un Fabius qui vient de trouver une retraite dorée alors qu’il a sur la conscience les cadavres de Syrie, d’Ukraine et j’en passe.

Mais, là, ce ne sont pas les fous de l’État Islamique qui sont responsables de la mort de ces enfants européens.
Ce sont nous, les européens manipulés par Washington, qui déclenchons les mortelles armes lourdes qui tous les jours détruisent le Donbass, maison après maison.
 
“Vlad ne sera jamais Aylan. Vlad n’était ni musulman, ni migrant.”
 
Un petit corps sans vie, face au ciel, un ballon à proximité de ses petites mains désormais inutiles. C’est celui de Vlad, 6 ans, qui jouait dans le jardin de sa petite maison de Gorlovka.
 Sa photo ne fera jamais toutes les Unes du monde.
Elle est politiquement incorrecte.
Vlad n’était qu’un petit enfant ukrainien de l’ouest, né et mort au Donbass à l’âge de 6 ans.
 Il est mort comme son voisin, âgé de 7 ans, tous les deux victimes d’un bombardement ukrainien.
Vlad ne sera jamais Aylan.

Le religieux dans les quartiers est omniprésent



Le 30/07/2016


Nous le savons maintenant, ce gouvernement ne fera rien pour lutter contre le terrorisme sur notre territoire.

Dans nos quartiers, « les enfants de 13-14 ans qui arrivent sont des bombes à retardement ».
 « Le religieux a pris toute la place dans les quartiers de France. »
Il est omniprésent.
 « C’est lui qui emmène en vacances, c’est lui qui fait les CV… Et les élus font appel au religieux dès qu’il y a un problème. »
Ces propos, que certains voudraient croire tout droit sortis de la bouche de quelques semeurs de peur, appartenant forcément à l’extrême droite afin d’attiser la haine, sont, en réalité, ceux tenus par Nadia Remadna, présidente de l’association La Brigade des mères, qui lutte, à Sevran, contre la radicalisation.
Face à ce constat lucide et argumenté, Valls osera-t-il accuser cette mère de famille, aujourd’hui menacée, de tomber dans le populisme ?
 Osera-t-il dire encore que tout a été fait pour lutter contre ce mal qui gangrène nos quartiers et notre pays ?
 Osera-t-il, demain, lorsque les victimes de sa politique irresponsable se compteront, fatalement, par milliers, se regarder dans une glace ?
Pendant que des mères de famille, telle madame Remadna, se font, à leurs risques et périls, lanceuses d’alerte selon une expression maintenant à la mode, et qu’elles risquent chaque jour de tomber sous les coups d’islamistes illuminés, nos gouvernants continuent inlassablement de discourir sur ce qu’il est impossible de faire dans une démocratie.
Préférant les victimes à la fermeté et à l’action, ils s’enlisent dans des discours défaitistes et lénifiants qui font le lit des attentats de demain.

Ouvrir les yeux… enfin !

 

Le 30/07/2016


Appliquons déjà les lois existantes sans mollir, sans faiblir, sans tortiller du derrière.

Comme l’affirme, avec lucidité, le Premier ministre : « À chaque attentat, nous n’allons pas inventer une nouvelle loi. » Et, dans la foulée, il ajoute : « Il faut expulser les prêcheurs de la haine et fermer les mosquées radicales. »
On commence quand ?

Monsieur Cazeneuve a fermé trois mosquées (Lyon, Gennevilliers et Lagny-sur-Marne) à la suite du Bataclan.
Il pérore : « De telles mesures de fermeture de mosquées n’avaient jamais été prises auparavant par aucun gouvernement. »
 C’est inutile de tacler ainsi l’opposition et stupide de claquer des bretelles de cette manière ; trois mosquées sur 2.500, quelle performance !
Il y aurait donc 2.497 mosquées sages et modérées.
En trois ans, de 2012 à 2015, 40 imams ont été expulsés, soit un par mois : il est certain que les autres, tous les autres, à l’image de l’imam de Brest, prêchent la tolérance et l’amour du prochain, n’est-ce pas ?

 Que fait-on des écoles coraniques situées clairement dans la mouvance des Frères musulmans, cette organisation radicale considérée comme terroriste par plusieurs pays, notamment la Russie, l’Égypte, les Émirats arabes unis ou l’Arabie saoudite ?

 Elles poussent comme des champignons et ce n’est pas la dernière lubie du ministre de l’Éducation nationale – il faut désormais une autorisation pour ouvrir ces écoles – qui va changer quoi que ce soit. Quelle langue y parle-t-on ?
Nadia Remadna est la présidente de La Brigade des mères, une association qui lutte contre la radicalisation.
 Écoutons-la : « Dans les quartiers, le religieux est partout. C’est le religieux qui emmène en vacances, c’est le religieux qui fait le CV… Et les élus font appel aux religieux dès qu’il y a un problème. » « Quand on alerte, on nous dit que le salafisme n’est pas un délit. » « Tout le monde sait que, sous couvert d’associations – par exemple des cours d’arabe -, ce sont en fait des cours coraniques. »
 Et, sans doute le constat le plus grave : « Les enfants de 13-14 ans qui arrivent, ce sont des bombes à retardement, parce qu’ils n’ont rien à côté. »

vendredi 29 juillet 2016

Sanary. Faits divers: Quand un panneau en remplace un autre

Le 29/07/2016
 
 
Le panneau est situé à la sortie de Sanary en direction d'Ollioules, en face Intermarché.

 Le 28. juillet 2016 à 23h33 

Le panneau est situé à la sortie de Sanary en direction d'Ollioules, en face Intermarché.
 
Après la poubelle pour les islamistes, fichés S, salafistes et détenus radicalisés… voici une nouvelle image.
Celle des mains d’un croyant avec un chapelet, et une citation percutante : « Soyons rassurés ! Les assassins du prêtre de 84 ans avaient un bracelet électronique ! »
Le ton voudrait dénoncer le système judiciaire français.
Le panneau d’affichage est visible depuis aujourd’hui 20 heures.
 Comme le précédent il se situe à la sortie de Sanary en direction d’Ollioules en face Intermarché.
Le patron de l’entreprise locale d’affichage MACI, Michel-Ange Flori, en est à l’origine.
« Voilà la suite des événements et on est loin d’arriver à la fin », indique le patron de l’entreprise MACI.
Ce dernier opère une comparaison osée : « Si François Hollande gère la baisse du terrorisme comme la baisse du chômage… »
 Si la phrase reste en suspend, on comprend bien l’idée soumise par Michel-Ange Flori.
 « Je n’ai pas besoin de publicité avec ces images, je fais seulement connaître mon opinion », termine-t-il.

Comme la dernière affiche, celle-ci devrait rester quelques jours.
Encore une fois elle ne manquera pas de faire parler d’elle.
 
Mathieu Mazza, le 28 juillet 2016

source

Allemagne : Un homme tente de décapiter un chirurgien aux cris de « Allah Akbar »

Le 29/07/2016




L’incident a eu lieu dans la ville de Troisdorf en Allemagne, lundi matin.

 En parlant avec FOCUS Online, le Dr Attila Tan, le chirurgien qui a été attaqué, a raconté son expérience horrible.
« Le patient est arrivé à 10h, en compagnie de sa petite amie, qui était voilée.
Il était visiblement énervé, un énervement qui a augmenté lorsque j’ai commencé à le traiter.

L’homme avait quitté l’hôpital à la mi-Juillet, ayant subi un traitement pour une jambe cassée, mais il est revenu ce lundi se plaignant de douleurs.
 Je lui ai alors expliqué les exercices à faire pour qu’il se sente mieux, mais il ne m’a pas écouté du tout puis est parti »

C’est alors que le patient, âgé de 19 ans, est retourné peu après à l’hôpital accompagné de son frère et de son père armé d’un long couteau, ils étaient prêts à en découdre.
Le chirurgien opérait sur un autre patient lorsque sa femme a appelé à l’aide à la réception de la clinique.

Les trois hommes avaient attaqué et insulté la femme du Dr Tan, l’un d’eux en jetant un buste en marbre sur elle.
Le père du patient à la jambe cassée s’est jeté sur le Dr Tan, avec un couteau, et a crié « Allahu akhbar » avant de menacer de décapiter le chirurgien.

La police est arrivé à temps et a embarqué le patient et sa copine.
 Le frère et le père ayant fuit précipitamment.

Express.de via fdesouche.com

TVL, journal du vendredi 29 juillet 2016: Terrorisme / La radicalisation entre la toile et les barreaux

 



Ajoutée le 29 juil. 2016
 
01:14 - Terrorisme / La radicalisation entre la toile et les barreaux
03:46 - Politique / PS : chronique de 4 ans d’impopularité
07:13 - Société / Nouveau business de l’humanitaire
10:14 - International / Hillary Clinton : le début
13:19 - L’actualité en bref

Fillon et Cazeneuve se marrent à Notre-Dame à l’hommage au père Hamel !

Le 29/07/2016
 
 
Cazeneuve se marre
 
 
29/07/2016 – FRANCE ( NOVOpress ) :

 François Fillon et Bernard Cazeneuve se sont bien marrés à Notre-Dame en attendant que débute la cérémonie d’hommage au père Hamel, égorgé par les terroristes islamistes dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray.

 Au vu de la photo diffusée sur Twitter, c’est ce que raconte l’ancien premier ministre qui fait rire le ministre de l’Intérieur.
Genre la blague du catéchiste qui demande à Toto combien il y a de sacrements et Toto qui répond : « Y’en a plus, le curé vient de recevoir les derniers » ?

A Closer, qui avait consacré un article à la propagation de cette image, le ministère de l’Intérieur a fait savoir que « cet échange a eu lieu avant le début et non pendant la cérémonie d’hommage », un conseiller de Bernard Cazeneuve croyant bon d’ajouter : « Pourquoi le ministre n’aurait pas le droit de parler avant la cérémonie ? »

Et pourquoi il n’aurait pas le droit de se bidonner quand il se croit à l’abri des caméras et des appareils photos ?

Quand une raclure de bidet menace Valls et Hollande

 

Terrorisme : les héros de Nice et les matamores de la politique




Le 29/07/2016


Certains ont fait la une des médias. D’autres ont préféré garder l’anonymat.

La municipalité de Nice a rendu hommage à trois personnes, qui ont fait preuve d’un courage remarquable lors de la tragédie du 14 juillet.
Elles ont reçu la médaille de la ville.
Une pétition réclame même qu’on leur décerne la Légion d’honneur.
Au-delà de ces marques honorifiques, leur comportement est d’autant plus exemplaire qu’il est le fait d’hommes ordinaires.
Il y a cet employé de l’aéroport que l’on a vu sur les chaînes de télévision : avec son scooter, après avoir fait descendre sa femme, il se lance à la poursuite du camion, le percute, monte sur le marchepied, frappe le terroriste par la fenêtre ouverte, reçoit un coup de crosse, lâche prise.
On croit qu’il est passé sous l’engin.
Il s’en tire avec quelques blessures.
Il y a aussi ce cycliste qui jette son vélo et commence à courir après le camion.
Il essaie d’ouvrir la portière côté conducteur, est mis en joue, tombe.
 Et ce troisième homme qui, réalisant le drame, court après le 19 tonnes, plaque au sol un passant pour lui éviter des balles perdues.
Tous trois, chacun à sa façon, ont retardé quelques secondes l’avancée du camion, ils ont sans doute permis à la police de neutraliser le tueur avant qu’il ne fasse encore plus de victimes.

Cachez ces terroristes car ils sont des enfants de la République

 


Le 29/07/2016
Gabriel Robin

Tous les ingrédients sont là pour une guerre d’Algérie inversée. Il n’est pas trop tard pour l’empêcher.

Le mardi 26 juillet 2016, Bernard-Henri Lévy, oracle suprême de la Cinquième République, demandait en urgence « un grand accord entre les médias » afin que « ni le nom, ni la photo, ni l’itinéraire et la vie des assassins djihadistes » ne soient publiquement révélés.
Aussitôt ordonné, aussitôt exécuté.
Bien entendu, cette mesure n’aura pas pour conséquence de décourager des vocations et créera autour de ces monstres une aura de mystère peut-être plus dangereuse encore.
Les Français comprennent déjà que les terroristes ressemblent à leurs voisins…

Les profils des derniers terroristes agissent comme un puissant révélateur des maux qui affligent la France.
Contre le terrorisme, les pouvoirs publics n’agissent qu’en aval.
C’est une bonne chose d’accorder plus de moyens aux forces de l’ordre pour qu’elles puissent agir rapidement en cas de prise d’otage ou d’attaque terroriste, comme l’a prouvé l’assaut réussi de la BRI à Saint-Étienne-du-Rouvray.
Pour autant, il serait criminel de s’en contenter.
En effet, le problème posé par le terrorisme islamiste doit avant tout être réglé en amont.

Tant Mohamed Bouhlel, délinquant tunisien multirécidiviste, qu’Adel Kermiche et Abdemalek Petitjean sont les fruits d’une politique désastreuse.
 C’est parce que l’immigration des quarante dernières années a produit cette jeunesse que Mohamed Bouhlel n’aurait pas dû se trouver en France.
 Pourtant, la classe politico-médiatique semble ne pas retenir de leçons de ses erreurs.

jeudi 28 juillet 2016

Tant d’amour et de paix, ça laisse muet…

Publié le 28 juillet 2016

Jean-Paul Brighelli
anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.


daech islam saint etienne rouvray

Miliciens de l'Etat islamique, Falloujah, Irak. Sipa. Numéro de reportage : AP21800159_000007.

Mon antiprofession de foi
Je ne parlerai pas des martyrs de Charlie.
Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.

Je ne disserterai pas sur les massacres du Bataclan et d’ailleurs.
 Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.

Je n’évoquerai pas les tueries de Boko Haram, de l’AQMI, d’Al-Qaïda, d’Al-Nosra et d’une foule d’autres groupes d’assassins organisés, en Syrie et ailleurs, au nom du Prophète, sur lui la paix et la lumière.
 Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.

Je ne dirai rien des près de 300 morts tués dans un attentat à Bagdad le 3 juillet, ni des 15 autres tués dans la même ville le 25, ni…
Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.

Et j’ai eu tort de parler ici-même des infidèles tués au musée du Bardo l’année dernière.
Car j’ai pris le risque de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.

Je ne rappellerai pas, pas même pour mémoire, les centaines de viols perpétrés à Cologne, entre autres, au dernier jour de l’An — bonne année !
 Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.

Je ne gloserai pas sur les attentats commis en Arabie saoudite, au Yemen, en Syrie, en Irak, en Turquie.
Car je risquerais de parler de l’islam, et l’islam est une religion de paix et d’amour.

Adel Kermiche : « Tu vas dans une église, tu fais un carnage, bim »

Le 28/07/2016
 
 
Kermiche Prêtre
 
 
28/07/2016 – FRANCE ( NOVOpress ) :

« Tu prends un couteau, tu vas dans une église, tu fais un carnage, bim. Tu tranches deux ou trois têtes et c’est bon c’est fini »
 
 Tel est le message que Adel Kermiche a partagé, via l’application Telegram, avec 200 personnes – oui, deux cents ! – le mardi 19 juillet, soit une semaine avant qu’il ne passe à l’acte à Saint-Etienne-du-Rouvray.
 
Cette révélation émane de L’Express, qui « s’est procuré plusieurs fichiers audio enregistrés » par le jeune djihadiste.
Car « pendant des semaines, il a tout raconté dans des enregistrements audio aux allures de journal intime de propagande ».
 Et il l’a fait « à un cercle restreint d’environ 200 personnes sur sa chaîne privée » sur Telegram…
Dans l’un [de ces fichiers], intitulé « Plutôt hijra [exil, NDLR] ou attentat? », diffusé le 19 juillet, le jeune homme répond dans un long monologue à une question qu’on lui aurait posée. « Si tu veux aller au Shâm [rejoindre l’organisation État islamique, NDLR] c’est assez compliqué vu que les frontières sont fermées. Autant attaquer ici », lance le jeune homme avant d’esquisser l’ébauche de son projet meurtrier.
« Tu prends un couteau, tu vas dans une église, tu fais un carnage, bim. Tu tranches deux ou trois têtes et c’est bon c’est fini », glisse-t-il, non sans avoir préalablement invité ses auditeurs, dans un langage d’adolescent, à l’imiter et « faire un truc de ouf ».
Et surtout, ajoute L’Express, « Adel Kermiche indique que c’est « un guide spirituel » qui l’a inspiré.
« En prison [à Fleury-Mérogis où il a été enfermé du 22 mai 2015 au 22 mars 2016 après avoir tenté de rejoindre Daech pour la deuxième fois, en 2015, Ndlr] avec mon cheikh, il m’a donné des idées“ ».

Les égorgeurs et les fines bouches

Le 28/07/2016

Les forces de l'ordre montent la garde devant l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Photo : SIPA.AP21927520_000001)

Auteur
Emmanuel Dubois de Prisque
Chercheur associé à l'Institut Thomas More.
Publié le 27 juillet 2016
 
Les dénégateurs de la barbarie sont toujours de sortie
 
La barbarie varie ses effets et frappe aujourd’hui le cœur battant de notre civilisation, celui qui réunit un prêtre hors d’âge, trois bonnes sœurs et deux paroissiens, pour célébrer un matin d’été comme un autre le culte du Dieu vivant.
Deux fiers combattants de l’Etat islamique se sont enregistrés pendant qu’ils égorgeaient un vieillard en train de célébrer la messe, et un autre en train d’y assister.

Il y a des gens quelque part dans le monde pour se réjouir de ça.

 Des gens éduqués en France, qui parlent notre langue, partagent des bribes de culture avec nous.
Des gens qui fêtent ce genre de chose.
 Des gens qui se pensent furieusement du bon côté, des gens qui ricanent à l’unisson du sadisme de leurs frères d’arme.
Des gens qui ne demandent qu’à recommencer, qui recommenceront demain, aujourd’hui s’ils le peuvent.

Mais il paraît que ces gens-là ne méritent pas notre haine.

 Qu’il faudrait vaquer.

Continuer d’un air dégagé à tapoter sur nos portables, siffloter dans la rue et lutter contre les violences policières.
Célébrer l’Euro de football, le Tour de France et la diversité culturelle.
Bref, que le mieux ce serait de faire comme si de rien n’était.
Business as usual, circulez braves gens, il n’y a rien à voir, rien à dire, rien à haïr !
 Parce que ce serait attiser les braises, et faire le jeu de, et aussi un cadeau aux terroristes, et patati et patata.
 Et puis peut-être aussi parce qu’on s’en fout un peu.
On n’a guère l’âme guerrière : la guerre, la police, c’est des saletés tout ça, des trucs de bourrin, de bas du front qui veulent en découdre, nous on est au-dessus de ces trivialités, pas question de salir les jolies mains qu’on n’a pas, et en plus on sait qui sont les méchants.

TVL, journal du jeudi 28 juillet 2016: Terrorisme / Les ratés de la justice

 



Ajoutée le 28 juil. 2016
 
01:49 - Terrorisme / Les ratés de la justice
08:45 - Société / Captagon : la drogue devenue tueuse
11:00 - International / Cabale contre les sportifs russes
13:50 - L’actualité en bref

France. Prêtre égorgé: La photo et la vidéo des deux jihadistes prêtant allégeance à l’Etat islamique

Le 28/07/2016
 

aaa


Christian Hofer:

Puisque les médias censurent les images des islamistes, délaissent la population dans l'ignorance, prétendant stupidement résoudre le problème en cassant le thermomètre, je publie les photos des assassins qui visent aujourd'hui l'extermination des non musulmans.
 
CoY7on3WgAA6RV8 (1)

On peut se demander de quel droit ces médias prennent de telles décisions tout en se prétendant représentatifs d'un pays libre.
Ce paternalisme arrogant démontre bien que les journalistes se placent au-dessus du peuple afin de lui servir ce qui est conforme à leur doctrine.
Ils n'ont été "Charlie" que le temps de leur manifestation bien-pensante.
Aujourd'hui, ils s'arrogent le droit de restreindre l'information, de censurer les commentaires, de faire la police de la pensée.
 La liberté, le choix, la vérité ne sont réservés qu'aux personnes de leur sérail.
Leur pitoyable excuse de "combat contre l'islamisme" n'est qu'une façade.
N'importe quel individu intéressé par cet extrémisme trouvera photos, vidéos et informations qu'il désire sans passer par ces médias.
Comme si les jihadistes allaient lire Le Monde!
Ces médiocres pensent-ils que ces musulmans qui ont pour objectif la gloire d'Allah cherchent la notoriété de Closer?
Au contraire, le but réel de cette censure consiste à endormir le simple pékin, à lui faire croire que la menace est totalement diffuse, que les noms, prénoms ne signifient plus rien: en clair, à ne plus savoir qui est à l'origine du problème et à accuser n'importe qui de n'importe quoi.
 C'est exactement le même processus qui s'est imposé lorsque l'Etat français a décidé de ne plus communiquer les statistiques ethniques de la délinquance.
 
Bientôt, pour ne pas nuire au vivre ensemble, il sera interdit d’en parler!

source

 

Hauts-de-Seine. Une octogénaire "morte pour 7 €" après un vol à l'arraché

Publié le 28/07/2016
     

L'octogénaire a été agressée par un homme à scooter à Malakoff, près de Paris, a indiqué jeudi la police judiciaire des Hauts-de-Seine, qui a lancé un appel à témoins.

L'octogénaire a été agressée par un homme à scooter à Malakoff, près de Paris, a indiqué jeudi la police judiciaire des Hauts-de-Seine, qui a lancé un appel à témoins. | Joel Le Gall
 
Une femme de 85 ans est « morte pour sept euros » mardi, après avoir été victime d'un vol à l'arraché commis par un homme à scooter à Malakoff, près de Paris, a indiqué jeudi la police judiciaire des Hauts-de-Seine, qui a lancé un appel à témoins.
 
Lundi midi, l'octogénaire a été agressée « par au moins un homme à scooter qui l'a traînée au sol en lui arrachant son sac à main », a détaillé la PJ à l'AFP.
Rentrée chez elle, elle mentionne au moins un agresseur à son mari puis est hospitalisée, souffrant du poignet.
Les médecins détectent alors une hémorragie cérébrale.
La vieille femme décède le lendemain matin.
 
Appel à témoins

La victime n'avait que quelques pièces dans le sac qui lui a été dérobé.

 « Elle est morte pour sept euros », a commenté la police judiciaire.
 
Les enquêteurs, qui ont lancé un appel à témoins, recherchent notamment deux passants, un homme et une femme, qui se sont arrêtés pour porter secours à la victime, ainsi que son petit sac noir en bandoulière.
 
Les témoins peuvent se manifester au 0 800 00 27 08 ou à l'adresse pppj-appelatemoin@interieur.gouv.fr.

source

Saint-Etienne du Rouvray. Julie Le Goïc, élue de gauche à Brest, bafoue la mémoire du père Hamel

Le 28/07/2016


le_goïc
 
 
 
julie_goic

 Brest  (Breizh-info.com)
 
 Julie Le Goïc, élue municipale à Brest du groupe « partage solidarité » et anciennement de la majorité de François Cuillandre, vient de commettre un nouveau dérapage public.

 Le 26 juillet 2016, à 12h04, soit deux heures à peine après l’égorgement du père Hamel à Saint-Etienne du Rouvray, l’élue d’extrême gauche écrivait sur Twitter : « Du coup, le prêtre mort en martyr, il a le droit à 70 enfants de choeur au paradis ? ».
 
Julie Le Goïc  a depuis supprimé son tweet ( rectificatif : elle nous indique ne pas l’avoir fait ) et s’est réfugiée sous l’excuse de la « blague potache » devant le flot d’injures et de menaces qu’elle a reçu depuis.
 Il faut dire que beaucoup n’ont pas apprécié, deux heures après l’attentat islamiste, qu’une « bouffeuse de curé » revendiquée vienne le traiter de pédophile jusque dans sa tombe.
 L’élue a ensuite indiqué avoir porté plainte pour des  « menaces de viols » qu’elle aurait reçu suite à son tweet infamant.

DSC_0101

Julie le Goïc en compagnie d’Eva Joly

Julie Le Goïc n’en est pas à son « coup d’essai ».
En mars 2016 déjà, elle pilotait un groupe d’immigrés clandestins venus perturber le conseil municipal de Brest – sans que les élus de droite ne réagissent d’ailleurs.
 Adhérente de l’organisation marxiste “Ras l’Front” en 1995 puis à la CNT en 2000, elle fût par la suite élue au Conseil Administratif de l’Université de Bretagne Ouest – UBO – sous l’étiquette CNT FAU.