jeudi 30 juin 2016

Lyon : séquestrée et violentée, une jeune femme souffre de 20 fractures

Lyon : séquestrée et violentée, une jeune femme souffre de 20 fractures
 
Lundi, elle a profité de l'absence de son bourreau pour s'enfuir.
ILLUSTRATION AFP / DAMIEN MEYER
Une jeune femme séquestrée pendant deux semaines et soumise à des "actes de torture et de barbarie", près de Lyon a été secourue en début de semaine et son compagnon interpellé.
 
Séquestrée dans l'appartement de son agresseur depuis le 13 juin à Rillieux-la-Pape, au nord de Lyon, elle a profité lundi, de son absence pour appeler les secours depuis le balcon.
 Hospitalisée, la victime âgée d'environ 24 ans, souffre notamment de 20 fractures, d'une vingtaine de côtes cassées, et s'est vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT).
Interpellé le lendemain, à Brignais, dans le sud de l'agglomération lyonnaise, puis placé en garde à vue, le compagnon désigné comme l'auteur des coups, a reconnu seulement "deux gifles", selon une source policière.
Frappée avec une barre de fer
 
"Il est dans le déni", a ajouté cette source.
 Selon les déclarations de la victime, l'homme âgé de 27 ans, lui aurait demandé de se rendre à son domicile, le 13 juin, avant de l'enfermer dans le coffre de sa voiture et de la conduire dans un champ à Miribel-les-Echets (Ain), où il l'a frappée avec une barre de fer.
 Les violences auraient cependant débuté dès le 6 juin.
 
Le suspect qui a déjà été condamné en 2015 pour des faits similaires à trois ans de prison, dont deux ferme, devait être présenté à la justice, ce jeudi 30 juin.


source
 

Violences urbaines : nuit agitée à Fleury-Mérogis

Le 30/06/2016
Les forces de l'ordre et les pompiers ont été la cible de jets de projectiles dans la nuit du 28 au 29 juin 2016 à Fleury-Mérogis.
 
Les forces de l'ordre et les pompiers ont été la cible de jets de projectiles dans la nuit du 28 au 29 juin 2016 à Fleury-Mérogis.
 
ILLUSTRATION / AFP

Mis à jour : 29-06-2016 13:10
- Créé : 29-06-2016 09:49
 
INFO METRONEWS - Pompiers, policiers et gendarmes ont été la cible de caillassages dans la nuit du 28 au 29 juin à Fleury-Mérogis (Essonne).
 
Des groupes de jeunes, certains cagoulés, ont incendié des poubelles et les ont déversées au milieu de la chaussée.
 

D'où viennent ces 12% de Français qui soutiennent Hollande?

Le 30/06/2016
 
 
Francois Hollande
 
© REUTERS/ Eric Vidal
 
Le taux de popularité du président français ne s'inverse pas: 86% des Français se disent insatisfaits de l'action du chef de l’État. Mais qui sont ces 12% qui l'aiment?
 
Hourra!
 François Hollande ne cesse de battre les records.
 Selon un sondage de TNS Sofres-Onepoint, l'impopularité de François Hollande atteint le taux de 12%.
C'est le taux le plus faible pour le président de la République depuis son élection en mai 2012.
 Il existe en France un fan-club de François Hollande, et évidemment, ces 12% de sondés représentent les fervents défenseurs du responsable politique.
"Le groupe des Tulipes a été créé en 2011 pour soutenir la candidature de François Hollande aux primaires, et ensuite, pour soutenir notre candidat aux Présidentielles de 2012.
Depuis, nous sommes et restons un soutien indéfectible du président Hollande", peut-on lire sur la page Facebook du fan-club du président, qui porte un nom très romantique et encourageant en tous points, "Les Tulipes d'Hollande".
Le groupe compte seulement 5.630 participants, ce qui est bien peu comparé aux 66 millions d'habitants du pays.
Les Tulipes "indéfectibles" adorent la politique intérieure et extérieure menée par le président, hélas, tellement sous-estimée par 86% des Français.

Ce petit groupe est dirigé par Fleurette, une vraie fan inconditionnelle du président, qui milite pour qu'il se représente en 2017.
 
 Elle fait partie des 1% de Français qui, selon les sondages, se disent "très satisfaits" de l'action de chef de l'Etat.
 
"Il s'en prend plein la tête et ne le mérite pas!

Italie : des clandestins en vacances aux thermes de Bormio payées par les contribuables

     Article publié le 30.06.2016 sur lesobservateurs.ch


82846414670425591221467042662jpg
A nouveau, ils viennent en Suisse pour échapper à la crise.
Cela n'empêche évidemment pas l'extrême de gauche de continuer à militer pour les clandestins et à leur offrir des hôtels 3 étoiles.
 
******
Une journée aux thermes entre piscine et bains délassants.
 Un groupe d’immigrés s’est ainsi payé l’entrée aux thermes de Bormio avec l’argent des contribuables italiens.
Un groupe de migrants venu d’Afrique sub-Saharienne s’est réjoui une matinée entre eau chaude et bains thermaux  dans les célèbres et prestigieuses thermes de Bormio.
 
 
20166214670425605961467042683jpg
 
71846314670425579401467042625jpg
 
Depuis la publication des photos de ces migrants sur Facebook, la polémique enfle. 
Est-ce qu’ils étaient invités ou bien clients ?
 Renato Fuchs, président de Bormio Thermes a dû faire un communiqué même s’il ne comprend pas le pourquoi de cette polémique. (…)
 

Nouvelle taxe pour financer les nouvelles régions. Merci Hollande !!

Charles Sannat
30 juin 2016 



   
« Avec cette nouvelle taxe, François Hollande trahit sa promesse de 2014″…

Ce commentaire n’est pas de moi mais du journal au titre imprononçable le Huffington Post et d’enfoncer le clou en précisant que « les promesses n’engagent que ceux qui y croient.
Celle-ci aura tout de même tenu un an et demi.
 Invité sur TF1 en novembre 2014, François Hollande avait voulu couper court au « ras-le-bol fiscal » des Français en jurant qu’il n’y aurait plus de nouvelle augmentation d’impôts d’ici à la fin de son quinquennat.
Un engagement trahi par l’annonce de la création d’une nouvelle taxe censée aider les régions à participer à la lutte contre le chômage »…
Alors rassurez-vous, les régions comme l’État sont bien infichus de lutter contre le chômage, et cette fable de lutte contre le chômage dure depuis maintenant 40 ans…
 alors qu’il monte chaque année.
Cette belle histoire que l’on vous raconte, c’est en espérant que les benêts disent « oui mais c’est un bon impôt, hein… c’est pour lutter contre le chômage ».
De la même façon, ces mêmes imbéciles (les politiciens) augmentent les paquets de clopes pour lutter contre les cancers…
 Et si vous arrêtez trop de fumer pour cause de cigarette électronique, eh bien on empêche la vente de cigarettes électroniques efficaces car ils se fichent comme d’une guigne de votre cancer, ils veulent les taxes, ils veulent l’argent.

Ne plus jamais croire à la terreur et à l’intimidation des euro-dictateurs

Le 30/06/2016


 

Après avoir évoqué l'apocalypse qui se fait attendre, il n'est pas inutile de mettre le Brexit en perspective et de revenir quelques années en arrière en Suède :

"Rappelons-nous : il y a encore quelques jours, tous les européistes auto-proclamés « experts » – de George Soros à Jacques Attali en passant par Christine Lagarde et Emmanuel Macron…- terrorisaient les populations, au Royaume-Uni comme en France et dans le reste du monde occidental, en promettant rien moins que l’Apocalypse en cas de vote du Brexit.
On allait voir ce que l’on allait voir : les cours de bourse mondiaux allaient s’effondrer dans une crise supérieure à celle de 1929, la livre sterling allait être anéantie, etc (...)
Ainsi donc, même s’agissant du cours de la livre sterling, on est bien loin de l’Apocalypse annoncée !
 Mieux encore, cette légère dépréciation de la livre sterling (...) devrait avoir des effets positifs sur l’économie britannique, en freinant les importations et en dopant les exportations
Ce qui se déroule sous nos yeux est un scénario très comparable, décidément, à ce qui s’était passé en Suède au lendemain du référendum du 14 septembre 2003 sur l’adoption de l’euro.
 Rappelons-nous : (...) tous les « experts » européistes autoproclamés avaient assuré au peuple suédois que si jamais il commettait la folie « populiste » de refuser l’adoption de l’euro, la sort de la Suède serait scellé : la couronne suédoise s’effondrerait, la bourse de Stockholm s’écroulerait et toutes les entreprises quitteraient le pays, révulsées par tant d’horreurs.
 Les Suédois avaient néanmoins voté à 57% contre l’adoption de l’euro.

TVL, journal du 30 juin 2016: Union Européenne / Un Brexit, pas d’apocalypse.

 



Ajoutée le 30 juin 2016
 
02:08 - Union Européenne / Un Brexit, pas d’apocalypse.
04:46 - Union Européenne / Les pays du Visegrad s’organisent
07:37 - Société / Abattoirs : nouveaux scandales
11:42 - Société / Hidalgo lance la chasse aux conducteurs pauvres
14:29 - L’actualité en bref

Paris bientôt capitale de l’immigration clandestine ? Merci Anne Hidalgo !

 
         

Le 30/06/2016


Paris et Londres ont plus en commun entre elles qu’avec les pays dont elles sont les capitales.

Anne Hidalgo est la quintessence de cette gauche des grandes métropoles qui a définitivement troqué les classes populaires contre la sacro-sainte « diversité ».
Sociétaliste forcenée, voire entêtée, madame le maire de Paris ne rate jamais une occasion de donner des gages de bonne conduite aux idées dominantes.
 Elle s’est, en effet, plusieurs fois illustrée ces derniers mois dans une course effrénée à la boboïtude la plus crétine.
Concurrente directe du premier de la classe en mépris de classe qu’est Emmanuel Macron (qui déclarait, hier, au Club Bourbon que les gens « peu éduqués » avaient massivement plébiscité le Brexit), Anne Hidalgo peut aussi compter sur ses fidèles adjoints à la mairie pour faire de Paris une mégalopole mondiale bien éloignée de ses racines nationales.
Sous l’influence de ses alliés d’Europe Écologie Les Verts, l’ambassadrice d’honneur du Qatar a interdit la circulation des vieilles voitures dans Paris intra-muros.
Déjà forcés de vivre en banlieues par l’augmentation du coût des logements, les pauvres (qui ne peuvent pas s’offrir des SUV flambant neufs) ne pourront désormais plus conduire dans le Paris pasteurisé de la gauche des gentils.
Admiratrice du nouveau maire de Londres, Sadiq Khan, l’édile n’a pas manqué de rendre visite à son homologue après son élection, mais aussi en début de semaine, consécutivement au coup de tonnerre du Brexit.

Hidalgo et les vieilles voitures : du racisme social au nom de l’écologie

 
         

Le 30/06/2016


Anne Hidalgo et les siens ont décidé que les voitures antérieures à 1997 n’auraient plus le droit de « polluer » la capitale.

Je dois être un homme dangereux puisque, à partir de demain, je n’aurai plus le droit de venir à Paris.
Pourtant, je n’ai agressé aucun policier lors des dernières manifestations.
 Je n’ai pas davantage vandalisé de boutiques.
Je n’ai pas transformé la place de la République en un cloaque, ni tagué sa statue, ni aucun autre lieu. Je n’ai dévalisé aucun touriste.
Je suis seulement l’affreux propriétaire de deux vieilles voitures, par ailleurs françaises.
La première, une 106 Peugeot, date de novembre 1992.
C’était la première voiture neuve que je m’offrais, au bout de 22 ans de travail.
Je l’avais payée 47.000 francs (ah ! les francs…).
 Elle a aujourd’hui 295.000 kilomètres et marche comme au premier jour.
La seconde, une 306 Peugeot, appartenait à mes parents.
 Elle a été mise en circulation en novembre 1996.
 Quand ma mère n’a plus été en état de conduire, en 2003, elle a souhaité qu’elle reste dans la famille, en souvenir de mon père.
 Ma 306 compte à présent 285.000 kilomètres au compteur.
Mon garagiste pense que je peux encore faire 100.000 kilomètres avec.

La crise financière à venir

Le 30/06/2016



 
Suite au post « L’Union Européenne prépare la spoliation de votre épargne », un lecteur me fait ce commentaire :

Les taux négatifs vont effectivement conduire à la disparition de l’épargne : taux négatifs à 7 ans en France, à 10 ans en Allemagne, à 15 ans au Japon et à 20 ans en Suisse (derniers chiffres disponibles – voir par exemple sur le blog de Pierre Jovanovic).
Quand un Etat emprunte à taux négatif cela signifie qu’il rembourse moins au créancier que le montant qu’il a emprunté.
 Autrement dit, plus l’Etat français emprunte à 7 ans ou sur une moindre durée, plus il s’enrichit.
 Voilà pour l’absurdité du système.
Mais une remontée significative des taux d’intérêts entrainerait immédiatement une faillite généralisée de tout le système bancaire mondial, c'est-à-dire à très court terme, la guerre.
La tendance reste donc à une accentuation des taux négatifs.
Le taux négatif signifie quelque part que le système bancaire ne se fait plus confiance (les banques ne se prêtent plus entre elles).
C’est donc la fin de la monnaie fiduciaire qui repose sur la confiance et la fin du commerce qui repose également sur celle ci.
Cependant, la conséquence de cette tendance à l’accentuation des taux négatifs est mortelle pour tous types d’épargnants, notamment pour les assurances vie (premier placement des Français).
Les obligations anciennes venant à échéance et qui constituent bien souvent l’essentiel des actifs de ces contrats  sont remplacées par des obligations à taux inférieur.
Bientôt, les rendements seront si faibles que les compagnies d’assurance ne pourront même plus couvrir leurs frais de gestion.
Il est donc nécessaire de se préparer à deux cas de figure possibles : une faillite des compagnies d’assurance vie et l’inévitable ruée des épargnants le jour où ils prendront conscience de la fin du système, car comme le dit Charles Sannat dans son éditorial du 16 juin :

Najat Vallaud-Bécassine va au stade

Le 30/06/2016

Najat Vallaud-Bécassine et le drapeau


 
Regardez la Gourde Grave qui nous sert en ce moment de Ministre de l’Éducation, elle a voulu montrer qu'elle soutenait l'équipe de France de baballe, alors elle s'est peint sur les joues un drapeau qu'elle imaginait sans doute être le nôtre.
 
 
 En tant que ministre, et de l’Éducation en plus, cette gourde montre au pays qu'elle ignore dans quel sens se placent nos trois couleurs.
J'imagine qu'elle connaît mieux le drapeau marocain.
A propos, envoyez vos mômes à l'école primaire, elle va leur faire apprendre l'arabe dès la classe de Cours préparatoire.
Ces gens sont une honte pour la France.
Et nos concitoyens qui ont voté Hollande en 2012 pour nous faire subir cette honte devraient nous demander pardon à genoux.

 

mercredi 29 juin 2016

Paris : deux élus LR expulsent eux-mêmes des migrants installés dans un gymnase

Le gymnase des Cévennes, dans le 15e arrondissement de Paris.©
 
GOOGLE STREET VIEW
Le gymnase des Cévennes, dans le 15e arrondissement de Paris.
  
Philippe Goujon et Jean-François Lamour, élus locaux et députés de droite, ont fait sortir par la force d'un gymnase du 15e arrondissement des migrants soudanais, érythréens et maliens qui s'y étaient installés, mardi 28 juin.
                                   
L'histoire commence dans la matinée de mardi, lorsque les forces de l'ordre procèdent à l'évacuation d'un camp illégal de migrants dans le quartier de la halle Pajol, dans  le 18e arrondissement de la capitale.
Un millier de personnes, originaires du continent africain, sont alors réparties par les autorités dans divers centres d'hébergement de la capitale ainsi que dans le «gymnase des Cévennes», dans le 15e.
           
Prévenus, les députés LR locaux se sont rendus sur place au plus vite.
D'après FranceTV info, le maire du 15e arrondissement et député Les Républicains (LR) Philippe Goujon s'est précipité au gymnase dès 10h, emmené en voiture par son collègue Jean-François Lamour, conseiller de Paris du 15e (et lui aussi député).
Sur place, les deux hommes ont fait entendre leur mécontentement aux fonctionnaires municipaux et aux responsables associatifs présents, en faisant preuve, selon un mail d'un témoin consulté par FranceTV info, d'une certaine agressivité.
Philippe Goujon se serait en effet «adressé à l’ensemble des gens sur place comme à des chiens, sans aucune politesse».
Après échanges d'insultes, les deux députés en seraient venus aux mains, procédant eux-mêmes à l'expulsion des réfugiés.

Rescapée de Daech, elle raconte l'horreur

Le 29/06/2016
Par nos envoyés spéciaux en Irak. Texte: Cléa Favre. Photos: Yvain Genevay.. Mis à jour à 14h31


 
 
Image: Yvain Genevay
 
L’Etat islamique a anéanti toutes les raisons de vivre d’Adar, une yézidie qui lui a servi d’esclave sexuelle. Témoignage.

Alors que, le 16 juin dernier, la commission d’enquête de l’ONU accusait l’Etat islamique de génocide à l’encontre des yézidis, cette minorité religieuse monothéiste, issue d’anciennes croyances kurdes, paraît profondément fragilisée.
Adar*, 43 ans, en est l’illustration.
 On devine à peine son corps maigre dans sa robe marron.
Elle donne l’impression de risquer de se briser à tout moment.
Mais la voix qui sort de cette femme – assurée et forte – contredit le pronostic.
Assise bien droite, elle raconte le cauchemar amorcé en août 2014, au moment où l’Etat islamique s’est emparé de son village, Khocho, près de Sinjar, au nord de la Syrie.
«Les dix premiers jours se sont bien passés. Daech se mélangeait à nous, discutait, buvait le thé, se souvient-elle. Mais le village voisin a pris peur. Les habitants se sont enfuis. L’Etat islamique a encerclé Khocho pour nous empêcher de faire la même chose. J’ai dit à mes frères de tenter de partir, mais ils ont voulu suivre les ordres du chef du village et rester. Daech a aligné au sol tous les hommes qui se trouvaient là, et les a tués. Il a capturé les femmes.»
Violée puis vendue.

Racket US : VOLKSWAGEN devra verser près de 15 milliards de dollars aux États-Unis

 


Charles Sannat
29 juin 2016 

« Dans le cadre d’un accord avec la justice américaine et l’État de Californie sur le scandale du dieselgate, Volkswagen devra verser 14,7 milliards de dollars » .

 10,03 milliards constitueront les dédommagements aux particuliers tandis que près de 5 milliards seront utilisés pour compenser les dépassements d’émissions polluantes.
 Le groupe automobile allemand a également annoncé avoir conclu un accord avec les autorités de Colombia et Porto Rico d’une valeur de 603 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites des consommateurs.

Ce montant « entre dans le champ de nos provisions et des autres engagements financiers que nous avons déjà annoncés et nous sommes en mesure de gérer les conséquences », a indiqué le directeur financier de Volkswagen.
Sur l’année 2015, Volkswagen a accusé une perte de 1,58 milliard d’euros comparé à un bénéfice de 10,8 milliards un an plus tôt.
Cette nette dégradation des comptes du premier constructeur automobile mondial s’explique par la perte opérationnelle de plus de 4 milliards d’euros (contre un bénéfice opérationnel de 12,7 milliards en 2014).
Volkswagen a notamment comptabilisé 16,2 milliards d’euros de charges exceptionnelles liées au scandale de la triche aux émissions polluantes. »

Ce qui est « rassurant » finalement c’est que les Allemands aussi se font royalement taxer et ruiner par leurs grands amis américains qui, en réalité, prônent le « libre-échange » en utilisant le « droit » pour mettre à l’amende les sociétés étrangères.

Car avez-vous remarqué qu’aucune grande société US ne paie des pénalités aussi élevées ?

Ici le droit est utilisé en réalité comme outil pour faire du protectionnisme… masqué bien évidemment.

Charles SANNAT

Source Le Figaro ici

TVL, journal du mercredi 29 juin 2016: Terrorisme / La Turquie frappée par des attentats-suicides

 


Ajoutée le 29 juin 2016
 
01:09 - Terrorisme / La Turquie frappée par des attentats-suicides
04:12 - Social / Loi El Komhri : la rue, le Sénat et le 49.3
06:03 - Société / 2,7 millions d’enfants pauvres en France
08:26 - International / Le rêve saoudien devenu cauchemar
10:46 - L’actualité en bref

Défaite de Podemos : l’oligarchie exulte, mais le peuple devrait exulter aussi

 
         

Le 29/06/2016


Qui sont les gens de Podemos, quels principes les guident, quelle est la mouvance que tout cela compose ?

La Bourse espagnole a ouvert lundi dernier en montant de plus de 3 %, tandis que tous les médias du Système se réjouissaient de la défaite électorale de Podemos, dont les sondages avaient prévu une victoire qui en aurait fait la deuxième force politique de l’Espagne par-devant le Parti socialiste.
Or, la victoire n’est pas arrivée et ils sont restés les troisièmes, malgré (ou peut-être à cause de ?) leur alliance avec les communistes purs et durs d’Izquierda Unida.
Les tenants du Système exultent donc devant la reculade d’un parti qui semblait vouloir mettre en danger leurs politiques et leurs privilèges économiques (quelques exemples : opposition résolue de Podemos au TTIP avec les États-Unis, mesures prises par les maires de Podemos à l’encontre des fonds vautours dans l’immobilier, tout comme à l’encontre – c’est du jamais vu – du tourisme qui détruit une ville comme Barcelone, etc.).
Or, si les tenants du Système exultent, le peuple devrait se réjouir tout autant, quoique pour des raisons bien différentes.
Le peuple…
À supposer qu’il existe encore, le peuple.

mardi 28 juin 2016

200 Français "pris en otage" en Arabie saoudite: témoignage d'un expatrié

Le 28/06/2016



© Sputnik. Aleksandr Yurev
13:17 27.06.2016

Depuis huit mois, deux cents Français salariés du géant de construction Saudi Oger en Arabie saoudite ne perçoivent plus leurs salaires.




© AFP 2016 CHRISTOPHE ENA
La France et L’Arabie Saoudite : toujours alliés ?

Restés sans travail et sans argent, ils n'ont plus le droit de renouveler leurs permis de séjour, et donc leurs visas de sortie.
L'architecte-urbaniste Rémy Catusse décrit leur situation comme "une lente descente en enfer" dans l'indifférence générale.
Dans un vaste monologue publié parl'Obs, M.Catusse affirme qu'ils ont touché leur dernière salaire en septembre 2015 et "depuis, plus rien".
"Lorsque nous n'avons plus été rémunérés, certains salariés ont fait grève. Mon chef s'est alors peu à peu transformé en dictateur: ce n'était pas parce que nous n'étions pas payés que nous ne devions pas arriver à l'heure. Il s'est mis à couper des demi-journées de salaire aux employés", raconte l'architecte.
Il indique avoir pris contact avec une avocate en France qui défendait les expatriés avant d'écrire une lettre invitant Saudi Oger à négocier les conditions de son départ.
Cependant, l'entreprise est restée indifférente, étant régie par le droit du travail saoudien.

TVL, journal du mardi 28 juin 2016: Union Européenne / Un Brexit et puis rien

 



Ajoutée le 28 juin 2016

2) Union Européenne / Un Brexit et puis rien
3) Social / Pass Navigo : les Franciliens payent l’addition
4) International / La Turquie en quête d’amis
5) L’actualité en bref

Farage au Parlement européen: "Vous ne riez plus maintenant, hein?

28/06/16 - 14h23 Source: AFP



Le leader du parti europhobe Ukip Nigel Farage au Parlement européen à Bruxelles, le 28 juin 2016. © ap.

BREXIT Le député europhobe britannique Nigel Farage, figure majeure du vote pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, a savouré mardi matin la victoire du Brexit devant ses collègues du Parlement européen, qui l'ont en retour copieusement hué.

"N'est-il pas drôle, quand je suis venu ici (à Bruxelles) il y a 17 ans en disant vouloir mener une campagne pour faire sortir le Royaume-Uni de l'UE, vous avez tous ri de moi. 
Vous ne riez plus maintenant, n'est-ce pas?", a lancé Nigel Farage devant des eurodéputés réunis en session extraordinaire à Bruxelles, accueilli à la fois par des huées et quelques applaudissements.

"Le Royaume-Uni ne sera pas le dernier à quitter l'UE"

M. Farage, leader du parti anti-immigration britannique (UKIP), a ensuite pris à parti l'hémicycle, accusant ses collègues d'être "dans le déni". 
"Je fais une prédiction: le Royaume-Uni ne sera pas le dernier Etat membre à quitter l'UE", a-t-il lancé.

Une activation "rapide"

Nigel Farage est néanmoins tombé d'accord sur au moins un point avec ses homologues: la décision de notifier le départ du Royaume-Uni, et donc d'activer la clause de retrait (article 50) du Traité de Lisbonne de 2009, doit se faire rapidement. 

Il a ensuite exhorté ses collègues à avoir une attitude "d'adulte et sensée" dans les négociations à venir, avant de narguer les eurodéputés en les accusant de n'avoir "jamais eu un vrai emploi, jamais travaillé dans les affaires ou le commerce, ni jamais créé le moindre emploi dans leur vie".

source

Sortie de l’Europe : pourquoi Mélenchon ne veut surtout pas d’un référendum ?

 
         

Le 28/06/2016


Mélenchon, qui avait voté « oui » à Maastricht en 1992, a toujours été, parce qu’internationaliste, un fervent partisan de l’Europe.

Sur ses affiches, Jean-Luc Mélenchon associe parfois son nom au peuple.
Dans ses discours, à la tribune, le pupitre contient souvent cette phrase : une solution, le peuple !
 On pouvait donc penser que le président du Parti de gauche, qui paraissait, sur les plateaux de télévision, se réjouir du Brexit, allait en profiter pour demander un référendum, pour que le peuple français décide librement s’il veut rester dans l’Europe, ou en sortir.
Or, il ne l’a pas fait, contrairement à Marine Le Pen.
Pourquoi ?
La réponse est fort simple. Jean-Luc Mélenchon, qui avait voté « oui » à Maastricht en 1992, a toujours été, parce qu’internationaliste, un fervent partisan de l’Europe.
 Sa seule différence avec les dirigeants de l’Union européenne, c’est qu’il rêve d’une autre Europe, plus sociale et moins libérale.
Mais il ne veut surtout pas, comme l’ont choisi plus de 17 millions d’électeurs anglais, la sortie de l’Europe, et le retour au souverainisme, pour notre pays la France.
 Il ne peut reconnaître que, derrière ce vote, il y a une demande identitaire, le refus de l’invasion migratoire et de l’islamisation des pays européens, encouragé par Bruxelles… et lui-même, Jean-Luc Mélenchon.
Donc la fin du traité de Schengen et des frontières passoires.
Donc le refus d’accueillir, comme l’impose Merkel, avec la complicité de Juncker et d’Erdoğan, des millions de clandestins appelés « migrants », majoritairement hommes seuls, musulmans qui, paraît-il, fuiraient la guerre !

Pour Manuel Valls, c’est non au TAFTA ! Mais qui le négocie depuis deux ans ?


         

Le 28/06/2016


À lire les déclarations de Manuel Valls, on se demande qui dirige le gouvernement de la France depuis plus de deux ans.

Tout le monde connaît ce grand classique du gentil et du méchant que l’on prête, à tort ou à raison, aux interrogatoires de police pour faire passer à table le gardé à vue.
Le méchant jouera de la grosse caisse, le gentil du violon – sans jeu de mots -, si bien qu’à la fin, épuisé, déboussolé, le voyou signera sa déposition des deux mains.
C’est à se demander si ce n’est pas le jeu auquel se prêtent François Hollande et Manuel Valls avec les Français.
La fin de la garde à vue pour les Français s’achève légalement dans moins d’un an : demain, en somme, à l’échelle d’une nation.
 Et il est temps d’employer les grands moyens si l’on ne veut pas que les Français sortent libres du commissariat !
Pas à coups d’annuaire sur la tête, évidemment – dématérialisation oblige.
 Mais pire, peut-être.
François Hollande, de son côté, continue dans le registre du gentil en dévidant un discours désespérément insipide, vide de sens, qui n’imprime même plus en noir : « Un sursaut est nécessaire. L’Europe pour aller de l’avant… Les peuples attendent de l’Union européenne qu’elle réaffirme ses valeurs… »
 Une sorte de sermon à trous que même le président de l’Union bouliste de Sainte-Cagoulasse-de-Mildiou pourrait reprendre sans difficultés — à quelques arrangements près — à l’occasion de son assemblée générale, à l’heure où le rosé fraîchit et les cigales stridulent dans les platanes.

lundi 27 juin 2016

Post-Brexit: le suicide européen continue

27 juin 2016


Source: AFP   Source: AFP
 
par Éric Verhaeghe

Trois jours après le fatal Brexit, la clique qui a mené l’Europe à cet état de délabrement semble plus que jamais décidée à achever son travail toxique.
 
Le trio qui se réunit à Berlin devrait préparer les ingrédients de la potion létale ultime.
 
Mais pourquoi un sommet à Berlin?
 
On notera d’abord la folie qui consiste à accourir à Berlin pour sauver l’Europe.
La capitale de la Prusse ne figure pas parmi les villes fondatrices de l’Union.
Le fait que Renzi et Hollande y obéissent à la convocation d’Angela Merkel ne peut pas mieux illustrer le problème de l’Europe aujourd’hui, son vice systémique: le continent est conduit par une puissance qui n’appartenait pas au projet initial et qui ne prend aucun gant pour le redéfinir.
Par principe, on sait donc déjà, rien qu’à examiner la configuration de la réunion, que rien de bon ne peut en sortir.
En particulier, la responsabilité de l’Allemagne dans le Brexit sera évacuée.
C’est pourtant bien l’ouverture unilatérale des vannes migratoires qui explique pourquoi Cameron a dû proposer un referendum interne, et pourquoi ce referendum a consacré la rupture avec l’Angleterre.
Le fait que Merkel reste une puissance invitante montre bien l’incompréhension des dirigeants européens vis-à-vis de ce qui est en train de se produire…
 
Les idées saugrenues de François Hollande

Elle porte plainte car on lui refuse de se baigner en burkini au centre aquatique

    Le 27/06/2016


Centre aquatique d'Aurillac - christian stavel

Centre aquatique d'Aurillac - christian stavel
 
Une femme de confession musulmane s’est vue refuser l’accès aux bassins du centre aquatique d’Aurillac.
 
Elle voulait se baigner avec un burkini, un maillot de bain qui recouvre tout le corps sauf le visage, les mains et les pieds.
Le règlement intérieur du centre aquatique communautaire stipule que les baigneurs doivent porter un maillot de bain classique pour utiliser les bassins.
Accompagnée de son mari, la femme s’est rendue au commissariat d’Aurillac en milieu de semaine.
 Le couple a déposé plainte.

source

TVL, journal du lundi 27 juin 2016: Union européenne / Brexit : l’onde de choc

 


Ajoutée le 27 juin 2016
 
1) Union européenne / Brexit : l’onde de choc
2) Société / Notre-Dame-des-Landes : le cadeau empoisonné
3) Economie / Les commerces de centre-ville accusent le coup
4) International / Irak : l’armée récupère Fallouja
5) L’actualité en bref

Juppé favori des sondages


         

Le 27/06/2016


Pour une majorité de Français, (dernier sondage BVA publié le 25 juin), il semble le plus à même d’être élu président en 2017.

Pour Chirac, il était le meilleur d’entre eux.
Pour une majorité de Français, selon les sondages (dernier sondage BVA publié le 25 juin), il semble le plus à même d’être élu président de la République en 2017.
Tout un chacun aura reconnu Alain Juppé !
Donné en tête aux primaires chez Les Républicains, il devance largement Nicolas Sarkozy dans les intentions de vote.
Par ailleurs, il est donné systématiquement vainqueur au second tour de la présidentielle face à Marine Le Pen.
Compte tenu de son passé politique, cet engouement pour l’ancien Premier ministre ne peut cependant que paraître surprenant.
Alors qu’une majorité de Français se dit lassée et déçue par les politiques du système, elle semble plébisciter celui qui en est l’archétype.
Énarque, inspecteur des finances, élu et ministre à de nombreuses reprises, il représente exactement ce que le peuple dit ne plus vouloir.
En y regardant de près, c’est pourtant de la méfiance que devrait inspirer celui qui s’imagine, sans doute aujourd’hui, en sauveur de la France.
En effet, entre attitudes peu regardantes sur le droit et la morale, prises de position à géométrie variable et inspirations politiques approximatives, la perspective d’un Juppé Président en 2017 ne peut que laisser perplexe.
 Condamné en 2009 dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris sous l’ère Chirac, Juppé s’est vu infliger une peine de 14 mois de prison avec sursis et une inéligibilité d’un an qui l’a contraint à abandonner tous ses mandats et à s’exiler au Canada.

Que pense le président Poutine du Brexit ?


         

Le 27/06/2016


« Je crois que nous avons observé de près la situation, avec tact, sans jamais nous mêler dans ce processus ou essayer de l’affecter. »

Et pourquoi oublie-t-on toujours la Russie dans les grands moments qui touchent le monde entier, comme le Brexit ?
Il est plutôt réjouissant de constater que le président Vladimir Poutine et le futur président des États Unis, Donald Trump, sont sur la même longueur d’onde concernant le Brexit.
Quand l’Américain, qui n’est que candidat, loue sobrement la décision libre d’un peuple libre, le président Poutine en fait savoir davantage.
David Cameron, du haut de son arrogance et de la russophobie institutionnalisée en Europe, sous influence de Washington, avait déclaré « que le président Poutine serait très heureux d’un Brexit ». Élément destiné à faire peur au Britanniques…
 Élément qui n’a pas eut d’effet.
Alors qu’Obama s’est permis d’interférer dans le processus britannique, que Merkel a menacé les Anglais, jamais le président Poutine ne s’est autorisé à un tel entrisme.
 On se demande, aujourd’hui, de quel côté se trouve la démocratie ?
 À ce sujet, le président Poutine a déclaré : « Je crois que nous avons observé de près la situation, avec tact, sans jamais nous mêler dans ce processus ou essayer de l’affecter. »

dimanche 26 juin 2016

« Je suis complètement désespérée de ce que je vois de la France »


les-meilleurs-defenseurs-de-l-identite-francaise


Posté le   
                    

J’entretiens depuis plusieurs années une relation épistolaire avec Diane, une ancienne journaliste originaire de Côte d’Ivoire. C’est une habituée de ce blog et en février 2013, j’avais publié l’une de ses lettres dans un article intitulé :
 

« Quand l’immigration silencieuse s’exprime …« 

 
Je récidive aujourd’hui avec ce cri poussé par une véritable amoureuse de la France et de sa culture  :

Bonjour Christian,

Evidemment, nous, dans notre « campo » andalou, tout va très bien !
Tranquilles retraités au soleil…. 
En revanche, je suis complètement désespérée de ce que je vois de la France !
Dire que ce pays nous a fait rêvé durant toute notre enfance et plus tard encore …
J’entends encore ma mère nous chanter « la mer » de Charles Trénet, du Brassens, du Piaf…, et ce texte de Victor Hugo « Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie … » que je connaissais par coeur enfant et tant d’autres …  même le fameux « Petit vin blanc« , que son cousin tirailleur rentrant de France lui chantait avec toute la fierté de quelqu’un qui ne parlait même pas français … 
Vous ne pouvez pas vous imaginer comment tout ce que nous voyons aujourd’hui nous fait mal ! 
Tous ces souvenirs d’un pays que nous admirions plus que tout … et qui devient d’une stupidité sans nom.

Nous, les cons qui aimons le Brexit: une anthologie

Le 26/06/2016
 
 
Brexit 
 
25 juin 2016
Éric Verhaeghe
 
Le Brexit n’a pas l’air de plaire au gouvernement profond.
 
Celui-ci donne ses meilleurs chiens de garde pour expliquer que le referendum britannique n’est rien d’autre qu’un triomphe de la bêtise contre l’intelligence, une victoire épouvantable des cons sur les gens éclairés et capables de décider.
 Une tripotée d’amis qui se tiennent par la barbichette depuis des années pour capter les médias à leur profit et s’y auto-congratuler en infligeant au pays leurs idées toxiques (et lucratives) enrage de voir que les Anglais n’ont pas fait comme on leur avait dit de faire.
 Et les noms d’oiseaux fleurissent.
En hommage à tous ces cons auxquels je suis fier d’appartenir, je voulais aujourd’hui présenter une anthologie des meilleures marques de mépris reçus de la part de la caste des petits animaux rampant devant le gouvernement profond, et adresser une rapide réponse forcément très conne à leurs arguments forcément très intelligents.
 
Médaille d’or à BHL

Pour redonner du sens à une situation où la nomenklatura française a perdu le nord, le troisième quotidien le plus subventionné de France: Le Monde, a appelé à la rescousse le plus brillant (et le plus désintéressé) philosophe de notre époque, Bernard-Henri Lévy, qui a écrit:
Ce Brexit, c’est la victoire, non du peuple, mais du populisme. (…)
C’est la victoire, autrement dit, du souverainisme le plus rance et du nationalisme le plus bête.
C’est la victoire de l’Angleterre moisie sur l’Angleterre ouverte sur le monde et à l’écoute de son glorieux passé.
C’est la défaite de l’autre devant la boursouflure du moi, et du complexe devant la dictature du simple. (…)
C’est la victoire des casseurs et des gauchistes débiles, des fachos et hooligans avinés et embiérés, des rebelles analphabètes et des néonationalistes à sueurs froides et font de bœuf. (…)
Ce sera, toujours, la victoire de l’ignorance sur le savoir.
Ce sera, chaque fois, la victoire du petit sur le grand, et de la crétinerie sur l’esprit. (…)
J’en passe et des meilleures, ce texte étant la longue répétition de la même phrase sous toutes ses formes: les cons ont battu les génies.
Je suis heureux d’avoir lu ce très grand texte de BHL (et je me félicite que le contribuable file 13 millions d’euros au Monde pour publier ce texte plein de reconnaissance pour les « cons »), grâce auquel j’ai compris pourquoi je n’aurais jamais eu l’agrégation de philosophie si je l’avais tentée, et grâce auquel je sais enfin pourquoi certains passent en boucle à la télévision pour y exposer leurs idées.
Ils sont intelligents, et moi je suis con.
 Je suis un rebelle analphabète, voire un hooligan embiéré, en plein boursouflure du moi.
Ceux qui, comme BHL, sont contre le Brexit et pour le « Remain » appartiennent en revanche à « l’esprit », au « complexe ».
Moi qui suis soumis à la « dictature du simple », je ne peux pas comprendre leurs raisonnements.
C’est d’ailleurs parce que je suis très con que je ne suis convaincu par aucun des brillants arguments de BHL.

Insécurité au centre du village d'Argelès : le ras-le-bol des habitants

Le 26 juin  Véronique Parayre 


 
PHOTO/ Vé. P.

Au-delà d'un sentiment, la rue de la République et la place de l'Église notamment, sont de vrais espaces de trafics et d'incivilités. Un collectif d'Argelésiens en colère vient de se créer.

Il suffit de s'asseoir à la terrasse d'un café pour constater le manège d'échange de produits illégaux. Une situation au cœur du village qui date déjà de plusieurs années mais qui, ces derniers temps, est montée en puissance.
La semaine dernière, une bagarre entre jeunes, qui a fini dans une boutique de la rue de la République, a fait déborder le vase, traumatisant encore davantage une malheureuse commerçante. Malgré la peur des représailles, des commerçants mais aussi des habitants du centre historique, ont décidé de s'unir et de parler.
Un collectif d'Argelésiens en colère vient même d'être créé sur un réseau social, précisant que cette page publique "a pour but d'échanger et de se réapproprier le centre du village qui est aujourd'hui aux mains de délinquants. Rien d'autre.  »

Tout le monde en convient, mais

Ils étaient donc une trentaine à rencontrer le maire et l'adjointe à la sécurité lundi dernier, en présence des responsables des forces de l'ordre, et ils n'ont pas mâché leurs mots.
Il faut dire que les conséquences de cette situation malsaine impactent désormais directement l'économie : baisses de chiffres d'affaires, des commerces et des maisons à vendre à des prix sacrifiés, à cela s'ajoutent les commentaires (fondés) des visiteurs sur des sites recevant les avis de la clientèle. "Tout le monde sait, mais personne ne peut rien faire pour régler le problème  », s'écrie cette commerçante excédée : "Nous avons été patients, au-delà de la lassitude, nous crions aujourd'hui notre colère, notre ras-le-bol. Le cœur du village est à vendre, les commerçants ont peur, les incivilités sont permanentes, les bagarres à répétition, nos devantures sont des urinoirs, la clientèle a peur de venir, les visiteurs baissent la tête, c'est l'omertà. Oui, nous avons déposé des plaintes et cela n'a eu aucune suite. Nombre d'entre nous ont investi ici leur vie dans un projet et nous travaillons avec la peur au ventre, parce que nous habitons ici avec nos familles. Peur aussi pour nos clients, ceux qui viennent encore. Nous voulons juste vivre et travailler normalement dans un respect mutuel, on ne demande pas la lune ! L'alcool, les tapages, le business, les incivilités en tous genres, font de ces rues des zones de non droit qui sont aux mains de voyous. Ce sont eux qui dictent leur loi, il y'a en marre.  »

XVIIIe : des migrants de la halle Pajol s’affrontent à la barre de fer

Le 26/06/2016


Esplanade Nathalie-Sarraute (XVIIIe). De violents affrontements ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi entre les migrants, installés depuis neuf jours. (DR).

 Arbres arrachés, traces de sang recouvertes de sable... Ce samedi, au lendemain d’une rixe particulièrement violente survenue dans la nuit, sur le camp qui réunit quelques 350 réfugiés sur l’esplanade Nathalie-Sarraute (XVIIIe), les riverains ont le tournis.

 Il était un peu plus de 23 heures, vendredi, lorsque des dizaines d’hommes armés de branches et de barres de fer se sont affrontés.
Un véritable déluge de coups, ponctué de hurlements, qui a mis en émoi le quartier Pajol, confronté depuis neuf jours à la nouvelle installation sauvage d’un campement où se sont regroupés Soudanais, Erythréens et Afghans.
A l’origine de la bagarre, dans laquelle plusieurs hommes ont été blessés, se trouve une suspicion d’agression sexuelle, sur une femme de l’une des communautés.

Regardez les bien, ces réfugiés, ce sont les soldats de la conquête

Publié le 25 juin 2016 - par Louis Lefant


migrants-à-Cagliari

 
Finalement tout doit être bien, puisque le Christianisme c’est « je donne donc je suis », et que l’Islam c’est « je prends donc je suis ».

Imaginons un végétarien qui veut convaincre un cannibale: le cannibale  applaudit le végétarien et se rapproche de lui pour l’embrasser.
Vous imaginez la suite.
Déjà en 650, l’Eglise a mis trois siècles pour accepter la naissance d’Ordres combattants et les tentatives de reconquête des Croisades.
A l’Est, le Bouddhisme avait les mêmes crédulités d’amour et les mêmes réticences et a disparu après les 80 millions de morts de l’Indu-koush.
Depuis l’aube de l’Humanité, on tue.
 Comment imaginer que maintenant c’est fini?
Depuis 2 siècles, c’est à dire depuis les défaites de 1816, la France n’est qu’une longue histoire de guides politiques prétentieux, menteurs et corrompus, de désastres militaires -1870, 1914, 1940- et de chefs incapables, et d’un peuple perverti, donc lâche et naïf.
Aujourd’hui des fêtards LGBT, admirateurs de toutous et de foot.
Les Anglais se sont eux réveillés.
Mais nous?
S’humilier, se ruiner, se déculturer, se désidentifier, au nom du Vivre-ensemble ?
Ensemble avec QUI?

L’inquiétant témoignage d’un ancien policier de l’Etat Islamique

Le 26/06/2016




© (AP/SIPA) Les djihadistes accueillis en libérateurs à Mossoul (Irak), en juin 2014.

L’Obs
Vincent Monnier

Abou Moussab, ex-policier de Daech, dit s’être glissé dans le flux des réfugiés pour rejoindre l'Europe. Il livre des confidences inquiétantes sur le fonctionnement de l'EI.

Hayat Boumeddiene, la compagne d’Amedy Coulibaly, est-elle devenue la chef de la brigade des femmes après sa fuite en Syrie ?
C’est ce qu’affirme un certain Abou Moussab (un nom d’emprunt) dans le deuxième numéro de "Sang Froid", toute nouvelle revue trimestrielle dédiée à la justice, à l’investigation et au polar.
Aujourd'hui réfugié en Belgique, l’homme est un ancien policier de l’Etat Islamique ayant quitté l’organisation en juillet 2015.
Il était présent à Raqqa quelques mois plus tôt.
Il se souvient de l’arrivée de la Française, le 8 janvier 2015, soit la veille de l’attaque de l’Hypercacher après avoir passé la frontière syrienne au poste de Tell Abiad : "J’étais dans nos bureaux de la sécurité du gouvernorat quand mes collègues m’ont informé qu’une personnalité importante était en train d’arriver à Raqqa. C’était l’effervescence en ville. On ne savait pas qui c’était", raconte-t-il à Alex Jordanov, journaliste baroudeur passé notamment par le Vrai Journal de Karl Zéro.

Le témoignage d’Abou Moussab ne manque pas d’intérêt sur le fonctionnement de l’Etat Islamique. Ancien économiste, proche des Frères musulmans, l’homme s’est engagé très tôt dans la révolution syrienne au sein de la milice Ahrar ash-Sham : "Le camp de formation était en Turquie à Akçakale. Les Turcs qui nous ont accueillis ont fourni la logistique aux combattants.

Erdoğan menace l’UE d’un référendum sur l’entrée de la Turquie dans l’Europe !


         

Le 26/06/2016


Il est déjà maître de notre destin en nous faisant du chantage à l’immigration…

On était content des Anglais, qui ne se sont pas laissés intimider par Obama-Merkel, qui ont fait fonctionner leur démocratie normalement et avec honneur, après d’âpres débats il est vrai.
Mais n’est-ce pas cela, la démocratie ?
 Il y aura contamination car d’autres, mécontents de la sclérose bruxelloise, enragés par la corruption qui y règne, comme dans toute dictature, voudront aussi leur référendum !
 Nous vivons une époque passionnante.
En revanche, il y en a un dont on n’aurait pas cru qu’il se laisserait contaminer par le très démocratique référendum, c’est bien le sultan du Bosphore, Erdoğan !
 Le voilà qui veut faire comme les Anglais et tenir son référendum dont la question est autrement plus épineuse, dangereuse et finalement mortelle pour l’Europe.
 Car c’est un chantage caractérisé.
 Il menace de ce référendum si l’Union européenne traîne à accorder des visas pour une libre circulation des Turcs en Europe.
Autant dire qu’il se positionne d’autorité dans l’espace Schengen.
Poser la question aux Turcs « Avez-vous envie de faire partie intégrante de l’Union européenne ? » n’a pas le même sens que cette même question posée aux Britanniques.

Le Brexit dessine l’Europe des oubliés

 
 

Le 26/06/2016

 
La nation est le dernier bien des plus modestes, des humbles. Les fortunés de naissance peuvent bien s’en passer, ils sont partout chez eux.

Suite au Brexit, Gaspard Koenig, chouchou des médias, fulminait dans les colonnes du Figaro Vox : « Ce référendum a fait ressurgir l’autre Angleterre, celle des hooligans et des Little Englanders. Cela semble méprisant ? Oui. Je hais les nations, épiphénomène sanglant de l’histoire humaine, et méprise les nationalistes. »

Ce Bernard-Henri Lévy des bacs à sable devait, à l’identique de son devancier, « peiner à imaginer » que le peuple britannique puisse décider unilatéralement de restaurer sa souveraineté pleine et entière. En tant que cosmopolites assumés, ils méprisent tout autant les communautés anciennes que les savantes constructions politiques qu’elles ont bâties avec le temps.
 Pour toutes ces raisons, ils « peinent » à comprendre le peuple.
 Ils n’en sont pas issus et ne partagent rien avec lui, pas même l’identité nationale.
Car, la nation est le dernier bien des plus modestes, des humbles.
 Les fortunés de naissance peuvent bien s’en passer, ils sont partout chez eux. Londres, Paris, Alger, Tokyo ou Brazzaville ?
 Qu’importe tant qu’on y trouve des hôtels, des aéroports, des clubs et des restaurants « fusion ».
Au moins, ils l’assument.
Angela Merkel et François Hollande pensent exactement la même chose, mais ils n’osent pas le dire explicitement.
 Bien qu’il s’en défende, Nicolas Sarkozy est aussi tout entier acquis à l’idée d’un mondialisme uniformisant défendue par Gaspard Koenig, Jacques Attali et tous les autres.
Ils frémissent, tremblent, s’inquiètent : leurs idéaux si parfaits ne suscitent pas l’unanimité.

samedi 25 juin 2016

Dominique Jamet - lettre aux petits marquis qui nous gouvernent

Le 25/06/2016
 
 
   
Vendredi 24 juin 2016
Personne ne pourra dire qu’ils n’avaient pas été mis en garde.

Depuis des jours et des semaines,  conseils,  avertissements,  menaces, anathèmes et  malédictions pleuvaient comme des hallebardes sur les électeurs britanniques.
 Plus ou moins discrètement, plus ou moins grossièrement, plus ou moins finement, il n’était grand de ce monde, je veux dire du monde occidental, du monde mondialisé, du monde économiquement orthodoxe et politiquement correct, qui ne se crût permis de s’inviter dans chaque foyer d’outre-Manche et de s’ingérer dans les affaires intérieures du Royaume-Uni.
 Obama, Merkel, Hollande, Renzi, Tusk, Christine Lagarde, Schaüble, le FMI, la Banque centrale et bien entendu Juncker, tous jouaient la même partition, tous chantaient sur le même ton, tous sont intervenus dans le même sens et le même registre.
Bien entendu, Eton, Oxford, Cambridge, la Bourse, la Banque, les multinationales, la City, l’Establishment faisaient chorus.
De ce côté du Channel, les gens qui ont le droit à la parole, les gens qui savent, les princes autoproclamés et les petits marquis qui nous gouvernent, tous ceux qui se sont tant trompés et nous ont tant trompés, les grands partis, les grands journaux, les grands médias, l’ENA, le Siècle et Alain Minc n’étaient pas en reste pour agiter tous les vieux épouvantails, pour évoquer les spectres de la peur, et semer la panique dans l’espoir de récolter le « oui » tant attendu par David Cameron, apprenti-sorcier dépassé par sa propre manœuvre.
Le Brexit, ce n’était rien de moins que la fin de la Grande-Bretagne et la fin de l’Europe, puisque c’est le nom mensonger dont vous persistez à affubler l’Union européenne, cette étrange construction à laquelle vous prétendez donner un toit quand ses fondations menacent déjà ruine.

Vrais chiffres chômage Mai 2016, 51900 chômeurs de plus, malgré 339400 radiations ce mois

samedi 25 juin 2016
par patdu49





6 484 200 privés d'emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 4 030 000 environ d'invisibles qui n'entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

Total : + de 10,51 MILLIONS de chômeurs en France (fourchette basse), et autant de pauvres largement sous les seuils de pauvreté.
Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, moyenne mensuelle (basée sur 1 trimestre) de Mai 2016 :

- Défauts d'Actualisation (bugs informatiques + oublis + des découragés non indémnisés) : 237 500, 44 % des sorties des listes. (+ 22,5 % sur 1 an)
- Radiations Administratives (les punis) : 49 700, 9,2 % des sorties. (+ 14 % sur 1 an)
- Autres Cas (morts, suicidés, emprisonnés, expulsés etc) : 52 200 et 9,7 % des sorties. (+ 0,8 % sur 1 an)

soit 339 400 radiés des listes (62,9 % des sorties) ce mois (moyenne mensuelle sur 1 trimestre) pour autres motifs que :

- Stages parking : 62 700, 11,6 % des sorties. (+ 43,5 % sur 1 an)
- Arrêts maladie, maternité, départs en retraite : 39 300, 7,3 % des sorties. (+ 9,8 % sur un an)

- Reprises d'emploi déclarées : 98 700, ne représentent que 18,3 % des sorties des listes de pôle emploi. ( + 11,4 % sur 1 an )

Demandeurs d'emploi par catégories :

Limoges : Nourredine roue de coups une femme parce qu’elle était mal garée.

Le 25/06/2016
  
Tribunal illustration - stephane Lefèvre
 
Tribunal illustration - stephane Lefèvre
 
La voilà. Encore. La fameuse théorie du complot.

La dernière en date a été exposée jeudi après-midi au tribunal correctionnel où un homme de 36 ans était jugé pour des violences et des menaces de mort sur trois femmes, mardi 21 juin à Limoges.
        
Il est 11 heures du matin, sur la petite place de la rue des Coopérateurs où les places gratuites sont chères…
La gérante de l’hôtel d’à côté s’est mal garée, entravant la sortie d’un véhicule.
Consciente de ce fait, elle a laissé un petit mot indiquant où elle se trouvait, au besoin.
Quand le propriétaire du véhicule bloqué se présente à l’hôtel, le frère de la gérante le reconnaît : c’est lui qui, quelques semaines auparavant, avait frappé violemment sa voiture sur le même parking…

Rouée de coups.

Tout en enlevant son véhicule pour le laisser sortir, la gérante lui demande pourquoi il s’en était pris à la voiture de son frère.
Mauvaise question, mauvaise pioche.
 L’homme l’empoigne, la roue de coups, la frappe contre la carrosserie tout en la menaçant de mort.

Marseille : deux hommes tués à la kalachnikov, une adolescente gravement blessée

Le 25/03/2016 


 
Marseille : deux hommes tués à la kalachnikov, une adolescente gravement blesséeCrédit Image : AFP / Archives, Gérard JulienCrédit Média : Jean-Louis Pacull

Les deux hommes, dont les identités n'ont pas été révélées, ont été abattus dans leur voiture sur le parking de la cité Consolat, dans le 15ème arrondissement de Marseille peu après minuit. L'adolescente se trouvait à proximité et a été grièvement blessée lors de la fusillade, a précisé Laurent Nunez, préfet de police.
Depuis le début de l'année, seize personnes ont été tuées par balle dans l'agglomération marseillaise, la plupart dans des règlements de compte.

Le dernier d'entre eux a eu lieu le 15 juin, déjà dans une cité des quartiers nord (13ème arrondissement) où un homme de 23 ans a été abattu par plusieurs individustouché par un tir en rafale, selon la police.
Mi-juin toujours, deux autres personnes, un homme d'une quarantaine d'années et un homme d'une vingtaine d'années, avaient été grièvement blessées par balles, dans deux agressions distinctes.
Fin mai, un homme avait été tué par balle au volant de sa voiture, en plein après-midi, dans le 15ème arrondissement de la ville alors que son enfant de deux ans se trouvait à l'arrière du véhicule.

source

Concours de bobards sur le Brexit : les journalistes se surpassent

Posté le 25 juin 2016 à 10h49

 


Depuis hier les médias français organisent le plus grand concours de mensonges sur le BREXIT. Un ami a tenté d'énumérer les bobards qui circulent sur les plateaux télé. Florilège : 
 
  • Les conséquences du BREXIT sont dramatique pour le Royaume uni. En fait, c’est visiblement juste l’inverse, c’est pour l’union européenne que c’est un drame car cela va faire un sacré manque à gagner pour l’UE et cela va probablement donner l’envie à d’autres pays de faire la même chose.
  • Les Français de Londres sont inquiets. Enorme, s’ils sont à Londres c’est justement pour fuir le régime administratif et fiscal français. L’Angleterre va juste devenir une vraie terre de refuge pour les entreprises européennes et donc un boum pour l’emploi. 
  • Les entrepreneurs français installés à Londres sont inquiets pour leurs affaires. Même réponse et les questions à se poser sont :  Si la France était attractive pour les affaires, alors pourquoi sont-ils parti à Londres ? et l’autre : Tiens c’est marrant, je n’entends pas les entrepreneurs français qui sont en Suisse se plaindre, pourtant, la Suisse non plus n’est pas dans l’UE ?
  • Cela va couter 10 points de croissance à l’Angleterre (oui vous avez bien lu, sur BFM ils parlent de 10 points de croissance Enorme ! ) : Ben voyons, c’est connu, plus un pays devient attractif, plus cela lui coute des points de croissance . En parlant de « point de croissance » pourquoi est-il en berne en France alors que nous, nous sommes vraiment des bons « Européens » ?
  • Les traders anglais n’auront pas de bonus cette année à cause de la baisse de la bourse. Putain d’argument qui va certainement faire pleurer dans les chaumières ? Comment disait Audiard « Les cons ça osent tout c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnait ! », parce que là fallait oser le sortir cet argument !
  • La city ne pourra plus vendre ses produits financiers dans l’Europe. Oh oui bien sûr, comme la Suisse, wouaf wouaf …