vendredi 31 octobre 2014

L'ex "para" carcassonnais tué en Libye avait été reçu à l'Elysée juste après celui qui a revendiqué son exécution.

Le 30 octobre à 22h00 par G. R.

 
PIERRE MARZIALI.(Photo par CARCASSONNE CLAUDE BOYER)

Robert Dulas a sorti un livre explosif sur l'assassinat de son ami: "Mort pour la Françafrique". 

Dans son édition du vendredi 31 octobre, L'Indépendant consacre un dossier complet à la mort en Libye de Pierre Marziali au printemps 2011.
 Cet ancien para du "3" de Carcassonne dirigeait une société de sécurité, la Secopex, lorsqu'il a été tué à la sortie d'un restaurant de Benghazi.
Il avait 47 ans.

En août 2011, la veuve et le fils de Pierre Marziali avaient déposé plainte contre X pour meurtre.
Une information judiciaire avait été ouverte le mois suivant.
Les collègues de Pierre Marziali ont été entendus par les gendarmes, « mais les responsables de la DGSE, de la DRM ou de la DCRI n’ont pas été convoqués », déplore Robert Dulas, co-dirigeant de la Secopex, qui vient de publier un livre explosif: "Mort pour la Françafrique".
Si l'enquête est au point mort c'est aussi parce que les chefs de la Katiba qui ont revendiqué l’exécution, n'ont pas été inquiétés.
La juge du tribunal de Narbonne a en effet dû limiter son enquête au territoire français...

 Dans son livre, Robert Dulas détaille la face cachée de l'affaire et bat en brèche la thèse officielle.
 Expliquant notamment que la Secopex servait de paravent à un vaste réseau d’espionnage des groupes islamistes radicaux.
 La société privée américaine Blackwater, bras armé de la Maison Blanche, était le premier client de Secopex « dans la sale guerre secrète menée contre le terrorisme islamique ».

Femmes battues: affaire Sauvage, le verdict qui dérange - CSD

 

 
Ajoutée le 31 oct. 2014
 
Eric Zemmour et Nicolas Domenach reviennent sur l'affaire Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de prison pour avoir tué son mari, qui l'avait battu durant 47 années et violé ses propres filles.

A l'évocation de ce verdict "honteux" pour Nicolas Domenach, Eric Zemmour fait basculer la dispute sur un autre versant, le rétablissement ou non de la peine de mort.

Allemagne : les autorités contre les marches anti-islamisme.

31 octobre 2014 5:30

·
Allemagne-marches-anti-islamisme-autorites
 
 
Quelque 4.800 personnes ont défilé dimanche dernier à Cologne pour protester contre les violences constatées dans les rues allemandes entre réfugiés irakiens kurdes et salafistes.

Les manifestants anti-islam radical avait alors été accusés de « mésusage de la liberté de se rassembler ».
 
L’Allemagne théâtre d’affrontements importés

Malgré la violence des affrontements entre musulmans venus d’Irak, le gouvernement se focalise sur les marches anti-salafistes qui fleurissent depuis peu en Allemagne.

Rechtsanwalt Dubravko Mandic, un avocat allemand et président du parti eurosceptique confiait au journal Breitbart : « le phénomène appelé « Salafismus » (anti-islamistes) rassemblent des Allemands de différents clubs de foot par ailleurs ennemis.
 Des Allemands de souche et des immigrés marchent ensemble contre une menace sérieuse.
Notre gouvernement et les partis du système ne semblent connaître qu’un ennemi : le sens allemand de la nationalité (…)
Je ne suis pas étonné que les « hooligans » et les nationalistes qui s’opposent désormais aux salafistes ressentent le besoin de montrer leur force, alors qu’au même moment la police et le gouvernement n’ont aucune réponse à la menace grandissante des musulmans radicaux ».

Journal du vendredi 31 Octobre 2014



1) Société / L’ultra gauche mécanique
2) Société / Halloween : la fête dévoyée
3) Entreprise / A la découverte d’une TPE : Aquila
4) International / Vers l’isolement d’Israël ?
5) L’actualité en bref
6) L’invité du jour / Maxime, président de l’association Wanted Pedo

Le socialiste Ludovic Freygefond à nouveau devant la justice.


Le socialiste Ludovic Freygefond à nouveau devant la justice 
Hollande toujours a son avantage!.... 

30/10/2014 – BORDEAUX (NOVOpress via infos Bordeaux)

Ce 23 octobre 2014, une peine de 18 mois de prison avec sursis a été requise contre l’ex-premier secrétaire fédéral du Parti socialiste en Gironde, Ludovic Freygefond (photo entre Vincent Feltesse et François Hollande), dans une affaire de corruption en lien avec une opération immobilière.

 Outre la peine de prison avec sursis, le procureur, Anne Kayanakis, a réclamé également une peine d’inéligibilité et la confiscation de la maison, « produit direct des infractions ».

Le socialiste Ludovic Freygefond à nouveau devant la justice

Ludovic Freygefond est de nouveau convoqué devant le tribunal correctionnel de Bordeaux au mois de décembre pour « harcèlement moral », suite à une plainte déposée par Alexandre Metzinger (photo), son ancien directeur de cabinet !
L’élu socialiste aurait « tenté d’obtenir une relation avec l’intéressé » !

Norman Finkelstein : « L’Europe en a marre de payer les factures des destructions israéliennes à Gaza » R. Mahmoudi + Vidéo de Sayed Hasan

vendredi 31 octobre 2014, par Comité Valmy      


Norman Finkelstein. D. R.
 

Norman Finkelstein : « L’Europe en a marre de payer les factures des destructions israéliennes à Gaza »

La Suède vient de franchir le pas, en reconnaissant aujourd’hui officiellement l’Etat de Palestine. « C’est un pas important qui confirme le droit des Palestiniens à l’autodétermination », assure la ministre des Affaires étrangères, Margot Wallström.
 Le politologue américain et spécialiste du Moyen-Orient, Norman Finkelstein, explique les raisons de cette reconnaissance qui a surpris plus d’un.

 


 
Dans une intervention diffusée sur la chaîne russe Russia Today, face au journaliste israélien Amir Oren, il pense qu’il y a deux raisons principales à cela.
 La première est le dernier massacre perpétré par Israël à Gaza.
 « Les Européens en particulier, affirme-t-il, sont maintenant las de ces massacres qui se produisent régulièrement : l’un en 2008-2009, l’opération « Plomb durci », l’autre en 2012, l’opération « Pilier de défense », et maintenant cette dernière explosion de furie israélienne, l’opération « Bordure protectrice ».
Ils en ont également assez, car tandis qu’Israël détruit, ravage et saccage, c’est l’Europe qui est censée prendre en charge les factures et payer la note régulièrement », explique-t-il.
 Et d’enchaîner :
« Israël a cette étrange conception selon laquelle les seules personnes au monde qui méritent des réparations pour les crimes qu’ils ont subis sont les Israéliens ou les juifs, alors que pour les crimes qu’ils infligent régulièrement aux Palestiniens, ceux de Gaza en particulier, les factures doivent être payées par d’autres pays, notamment européens ».

Des pompes funèbres musulmanes saccagées à Orléans.

Par le 31/10/2014 - 13h15 - pour  fdesouche                 
 
 
 
 
La mauvaise surprise fut de taille pour une agence des pompes funèbres à Orléans (Loiret). Celle-ci a été la cible, dans la nuit du 24 au 25 octobre, d’un acte islamophobe qui oblige son gérant à fermer boutique. Abdessamad Errich témoigne pour la première fois pour Saphirnews.
 
A Orléans et son agglomération, l’ambiance n’est pas franchement au top pour la communauté musulmane locale.
Une entreprise de pompes funèbres musulmanes située dans le quartier populaire de La Source a été mise à sac, dans la nuit du vendredi 24 au samedi 25 octobre, apprend Saphirnews lundi 27 octobre.
Abdessamad Errich, le gérant de Muslim Assistance, n’en a pas cru ses yeux.
 Les dégradations, découvertes par lui-même en fin de matinée de samedi, sont d’une ampleur telles qu’il ne peut pas ouvrir son agence avant un moment.

Mort de Rémi Fraisse : une manifestation dégénère à Rennes .

Le Point - Publié le


Des manifestants protestent à Rennes après la mort de Rémi Fraisse.

Des manifestants protestent à Rennes après la mort de Rémi Fraisse. © CITIZENSIDE/KÉVIN NIGLAUT

Le rassemblement à l'appel de mouvances radicales anti-capitalistes jeudi soir a tourné à l'affrontement avec les forces de l'ordre.

Près de 200 personnes ont défilé jeudi dans une ambiance tendue à l'appel de mouvances radicales anti-capitalistes pour protester contre la mort de Rémi Fraisse samedi, lors d'affrontements sur le site du barrage controversé dans le Tarn, et des incidents et dégradations ont eu lieu dans la soirée.
 Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, "condamne fermement les violences qui se sont produites ce soir à Rennes, en marge d'un rassemblement non déclaré," indique un communiqué du ministère qui précise qu'"il a été procédé à trois interpellations suivies de placements en garde à vue".
 Partis du quartier de Villejean, près des universités de l'ouest de Rennes, les manifestants, dont de nombreux cagoulés, se sont dirigés vers le centre-ville en scandant "vengeance pour Rémi" ou "flics, porcs, assassins !" derrière une banderole "Vengeance pour tous".
Ils ont également tagué sur leur passage de nombreux bâtiments.
Arrivés aux abords du centre-ville vers 20 heures, les manifestants ont été bloqués par un important dispositif des forces de l'ordre qui les a empêchés d'y accéder.
Ils ont essayé à plusieurs reprises de contourner les CRS et les gendarmes.
 Une voiture a été retournée et des policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes.
Peu après 21 heures, les manifestants, qui s'étaient rassemblés à proximité des barrages des forces de l'ordre, ont reflué vers les quartiers ouest, brisant une dizaine de vitrines (agences immobilière et bancaires notamment) et plusieurs abribus.
Ils ont également mis le feu à plusieurs poubelles ainsi qu'à des conteneurs de bouteilles, poursuivis par les policiers de la BAC équipés de Flash-Ball.
Vers 21 h 30, plusieurs feux étaient en cours dans l'artère, enfumée par les grenades lacrymogènes, dans laquelle avaient reflué les manifestants.

Loire. Les policiers se font encercler par vingt individus lors d’un contrôle routier

Publié le 30/10/2014 à 12:19
 
 
/ Photo Bastien Devidal
 
/ Photo Bastien Devidal
Tout est parti d’un simple contrôle pour un défaut de ceinture de sécurité, ce mercredi en fin de journée, au Chambon-Feugerolles.

Visiblement, les deux occupants du véhicule n’étaient pas prêts à coopérer avec les forces de l’ordre.
Ils ont alerté des habitants du quartier pour venir leur prêter main forte.
 Vingt personnes ont alors encerclé les policiers, faisant barrage à leur véhicule.
Sentant la tension monter et se retrouvant dans l’impossibilité de faire demi-tour, l’équipage de police a été contraint de demander des renforts.
Quatre équipages supplémentaires, dont le commissaire, ont convergé sur place, soit une quinzaine d’hommes, pour calmer les échanges.

Le conducteur du véhicule a menacé de mort un officier ce qui lui a valu d’être interpellé et placé en garde à vue.

Très connu des services il a été conduit directement à la maison d’arrêt de la Talaudière.

 Plus de détails dans nos éditions payantes du vendredi 31 octobre.

source

Sauver la France ? Vaste programme…

  
© FN


Le 31 octobre 2014
 
  

Sauver la France ? Vaste programme…Voici déjà deux propositions.

1. Quitter l’OTAN

La France ne peut, en aucun cas, être crédible sur le plan international si elle reste soumise à l’OTAN.
Étant sous la férule nord-américaine, il est bien entendu que les décisions sont prises à Washington, et que celles-ci vont seulement dans le sens qui sied aux Américains.
 Si les politiques français croient vraiment que la France peut en tirer un quelconque bénéfice, alors ils feraient mieux de changer de métier.
 Ou alors, ayant très tôt compris qu’ils sont incompétents et inutiles, ils s’agitent pour donner le change, espérant que leurs mouvements nous cachent leur gamelle qui, elle, reste bien pleine tandis qu’on demande aux Français de sucer les pis des vaches maigres.
Qui peut croire en effet, sur le plan militaire, que la France est crédible alors qu’elle ne possède qu’un seul porte-avions pour une zone maritime de 11 millions de kilomètres carrés – la deuxième surface mondiale – et seulement six sous-marins nucléaires d’attaque…
 Ce serait comique si cela n’engageait pas l’honneur du pays.
Oui, l’honneur, ce qu’il reste quand on n’a plus rien.

2. Sortir de l’Union européenne

À Bagnolet, on ose fêter le « soulèvement du peuple algérien » !


Mondial: l’Algérie qualifiée, les supporters font la fête – 27/06 - YouTube thumbnail


Le 31 octobre 2014

       

1er novembre 1954, premier jour (déjà sanglant) de l’insurrection algérienne, premier jour de la guerre d’Algérie, jour de deuil pour la France.

1er novembre 2014, une municipalité socialiste de Seine-Saint-Denis commémore le « soulèvement du peuple algérien » : jour de fête à Bagnolet !
Notre ami Manuel Gomez n’est pas d’accord…
B.V.

Le 1er novembre 1954, le peuple algérien se soulève.

À l’initiative de la Bourse du Travail, Bagnolet « fête » ce soulèvement et commémore ainsi l’insurrection du peuple algérien en compagnie des « Amis de l’Humanité » et des PCF, PG, PRG, PS, CGT, etc.
Ceux qui sont morts ce 1er novembre 1954, assassinés par les terroristes du FLN, remercient Bagnolet et sa municipalité à titre posthume :
– le jeune instituteur Guy Monnerot (sa femme grièvement blessée survivra) ;
– le caïd de M’Chounèche, Ben Hadj Saddok ;
Laurent François, 22 ans, à peine libéré du service militaire ;
lieutenant Darnault plus deux spahis à Kenchela ;
– le garde forestier François Braun près de Saint-Denis-du-Sig ;
– le brigadier-chef Eugène Cohet ;
– le soldat Pierre Audat, du 9e régiment des chasseurs d’Afrique ;
– le policier Hamed Harouk de Draâ-el-Mizan.

Le 1er novembre 1954 ne fut pas une journée très glorieuse pour les terroristes du FLN : dix morts à son actif et trois bombes qui explosent, sur les vingt posées, sans faire de gros dégâts ni de victimes… quel dommage !
Mais si les élus de Bagnolet souhaitent « fêter » des victoires du FLN, le choix est grand, bien d’autres dates sont à sa disposition.

jeudi 30 octobre 2014

Dix ans de réclusion pour avoir tué au bout de 47 ans un mari violent et incestueux.

Publié le par Caroline Alamachère - Article du nº 379


 
 
C’est un verdict effarant qui est tombé cet après-midi aux Assises du Loiret.
 
1965, de Gaulle était encore au pouvoir lorsqu’a commencé le calvaire de Jacqueline Sauvage, un calvaire qui a pris fin 47 ans plus tard sous le règne de François Hollande, du moins en partie seulement puisque cette femme qui, ce 10 septembre 2012 a tué de trois coups de fusil son bourreau, avait la veille perdu son unique fils.
Une vie de terreur, d’intimidations, de souffrances physiques et morales, de coups, d’insultes, de menaces et d’humiliations.
Plus terrible encore, l’inceste, les viols répétés et les coups, mois après mois, années après années sur les trois filles du couple et les violences sur le fils qui n’ont pris fin que par le suicide du malheureux garçon.
47 ans de tortures perpétrées sur cinq personnes aujourd’hui bafouées par un invraisemblable et inique verdict judiciaire, comme un ultime coup de grâce porté sur ces survivantes de l’enfer.
« Notre père est décédé et pour moi, c’est un soulagement » a déclaré l’une des filles, tandis que sa sœur ajoute « Il m’a détruite intérieurement, je n’arrive pas à tourner la page ». « T’aime ça, salope hein, t’aime quand je te pénètre ! » leur disait-il…
Norbert Marot était alcoolique, violent, pédophile, incestueux.
C’était un monstre.
 Durant presque cinq décennies, Jacqueline a résisté, tétanisée par la peur que lui infligeait son mari jusqu’au suicide de son fils, l’électrochoc ultime. Jacqueline n’avait pas d’autre choix, compte tenu de l’emprise physique et mentale qu’elle subissait, que de mettre un terme à l’horreur.
Elle est allée chercher un fusil et elle a abattu le monstre.
N’importe qui peut comprendre son geste, l’expliquer, y adhérer.
 On appelle cela l’empathie et la raison.
 Le tribunal n’a par contre pas jugé nécessaire de se mettre à la place de cette famille détruite, vivant sans doute trop confortablement pour être capable de concevoir que de telles choses peuvent arriver.
 L’avocate générale avait requis entre 12 et 14 ans de réclusion compte tenu de l’absence d’émotion visible de l’accusée et de la non dénonciation des violences de Marot durant toutes ces années.

Le général Favier ne suspendra pas le gendarme qui a lancé la grenade suspectée d’avoir causé la mort d’un manifestant à Sivens.

30-10-2014
Posté dans Gendarmerie par Laurent Lagneau Le 30-10-2014


 
 
Tout d’abord, une mise au point. De nombreux médias affirment qu’un manifestant ayant trouvé la mort lors d’affrontements avec les forces de l’ordre à Sivens a probablement été tué par une grenade offensive « tirée » par un gendarme.

Cette affirmation est fausse car ce type de munition, non létale, qui provoque un effet assourdissant en explosant, n’est pas « tirée » mais lancée!
Cette précision ayant été faite, et devant la polémique suscitée par ce drame, habilement exploité par certains responsables politiques, le directeur général de la Gendarmerie nationale (DGGN), le général Denis Favier, a apporté son « soutien total » aux gendarmes mobiles déployés sur le chantier du barrage de Sivens lors des affrontements de la nuit du 25 au 26 octobre, et au cours desquels un jeune homme de 21 ans, Rémi Fraisse, a perdu la vie.
« J’estime qu’il n’y a pas de faute intentionnelle volontaire et il n’est pas envisageable de suspendre quelqu’un », a ainsi affirmé le général Favier sur le plateau de BFM TV, après avoir exprimé « une pensée de compassion » à l’égard de la famille du manifestant décédé.
 « Je ne laisserai personne au bord du chemin », a-t-il insisté.
Et le DGGN est revenu sur les faits qui ont eu lieu cette nuit-là.
 Le général Favier a d’ailleurs indiqué que des images avaient été prises.
Elles sont « intéressantes », a-t-il dit, étant donné qu’elles montrent le « niveau d’intensité » des violences subies par les gendarmes et qu’elles permettront « sans doute de rétablir un peu l’équilibre ».
L’ancien patron du GIGN a d’ailleurs insisté sur la violence des manifestants, en assurant que les gendarmes mobiles avaient été « harcelés pendant des heures », et essuyé « des tirs de pierres, de cocktails molotov, de boulons ».

« Mon rôle est de soutenir mes hommes et je les soutiendrai

Journal du jeudi 30 Octobre 2014

 
 

1) International / Vent de folie autour du Mistral
2) Terrorisme / Rétention des « Human bomb »
3) Santé / Ebola : nouvelles alarmistes
4) (In)culture / Rappeur Kaaris : racisme anti-Blanc
5) L’actualité en bref
6) L’invité du jour / L’abbé Olivier Horovitz

Islamisme : 53 mosquées dans toute la Bretagne historique !

Published On: Wed, Oct 29th, 2014
   
 
1818471-640x480
 
BREIZATAO – NEVEZINTIOU (29/10/2014)
 
 
 Combien y’a t-il de mosquées sur tout le territoire breton, de Brest à Nantes en passant par Rennes ?
 
 C’est la question que nous nous sommes posée alors que l’affrontement s’est durci ces dernières semaines autour d’un projet de mosquée islamiste à Quimper avec minaret de 12 mètres.
 
Record honteux : 53 mosquées en terre bretonne et catholique
 
Le site “trouvetamosquee.fr” permet de rechercher, par département et avec carte à l’appui, les mosquées et salles de prière – euphémisme pour désigner des mosquées de fait – en France.
 La Bretagne historique compte, en 2014, 53 mosquées.
Le Finistère par exemple en compte 7.
 Ainsi Brest aligne 4 lieux où se rassemblement les mahométans tandis qu’on en dénombre 3 à Quimper.
 La mosquée “Sunna” sur la route de Gouesnou, animée par un mahométan salafiste notoire, peut accueillir 100 mécréants.
 Détail truculent, celle-ci, comme la plupart, n’offre pas de salle de prière pour les femmes.
Le Morbihan de son côté en compte 12.
 A Vannes, capitale du très catholique Pays Vannetais, on en compte pas moins de 8 !
La mosquée située rue Colbert peut par exemple accueillir 150 infidèles.
De son côté le département des Côtes d’Armor accueille 4 mosquées, 2 à Guingamp, 1 à Lannion et une autre à Saint Brieuc.
Celle de Saint-Brieuc, située rue de Gernugan, peut recevoir pas moins de 400 mahométans à elle seule.
Elle non plus n’accueille pas les femmes.
l’Ile-et-Vilaine accueille moins de mosquées que le Morbihan, malgré l’aire urbaine rennaise, première ville de la région administrative.
La mosquée “Ibnou Sina – Avicenne” peut accueillir 400 individus.

Les écolos a l'assemblée: Une bavure politique?

COMMENTAIRES SANS RETENUE N°11 
 
 Merci pour ce commentaire publié le 29/10/2014 à 14:29 par marcheillegalparis a la suite de cet  article

 
 
 
Selon le bon vieux principe abject "Plus c'est gros, plus ça passe", les Ecolos et tous leurs amis sont passés dans l'art du "foutage de gueule tous azimuts".
 
Rappelons-nous les affaires Méric et Léonarda déjà commentées sur ce blog pour dire que, à chaque fois qu'il y a un coup fourré pour endormir le bon peuple, ces gens-là ne sont pas très loin.
 
Utiliser la mort d'un jeune pour régler ses comptes est une fâcheuse habitude qu'ont prise certains de nos dirigeants politiques pour se refaire une santé en crachant, comme d'habitude, sur les forces de l'ordre, ces "fachos", face à de sympathiques manifestants sans tache.
A Calais, déjà, on sous-entendait que les gentils migrants devaient subir la répression permanente de CRS "nazifiés" avec la bénédiction totale de Français racistes, et je vous laisse seul juge sur le sens du mot "on".
 Avec les Roms, ce fut le même principe.
 Rappelez-vous l'affaire Léonarda et l'appel de M. Jean-Vincent Placé pour faire descendre dans les rues de France tous les lycéens afin de défendre la veuve contre l'orphelin.
 Cette fois-ci, avec les événements survenus dans le Tarn, la "pasionaria de service" Cécile Duflot invective les forces de l'ordre et le gouvernement en raison de comportements scandaleux face à d'inoffensifs militants à "vocation écologique" armés jusqu'aux dents et dont le but, pour certains, étaient tout simplement de saccager et de se faire quelques "flics".
Qu'il y ait eu une bavure policière dans ce type de manifestation soldée par la mort d'un jeune homme est bien évidemment regrettable, mais que l'on ferme les yeux sur des actes inqualifiables évoqués précédemment l'est tout autant.

INFO E1 - Vers une baisse historique des adhésions au PS

Europe 1 Antonin André, Baptiste Roger-Lacan et Gaétan SupertinoPublié à 08h01, le 30 octobre 2014, Modifié à 08h09, le 30 octobre 2014

INFO E1 - Vers une baisse historique des adhésions au PS
© MaxPPP

 
EXCLU - Au 31 juillet, le parti socialiste enregistrait une baisse de 60% des recettes de cotisation, par rapport à ce qui été prévu au départ.
 
Des revers électoraux en cascade, un président impopulaire, un parti divisé, l'affaire Thévenoud… 2014 est une année sombre pour le Parti socialiste.
 Et cela semble se ressentir auprès des militants, qui désertent le parti en masse.
Selon un document interne qu'Europe1 a pu consulter, les recettes liées aux cotisations d’adhérents sont en chute libre.
 
 A LIRE AUSSI - Dur dur d'être porte-parole du PS…
 
- 60% de recettes en moins ?

 Dans son budget prévisionnel 2014, le PS tablait en effet, au départ, sur 2.300.000 euros de recettes d’adhésion.
Or, au 31 juillet, on en était à… 530.369 euros.
 60 % de déperdition à ce stade de l’année, c’est du jamais vu.
 Si l'on en reste à ce rythme là, on peut s'attendre, sur l'année entière, à des recettes 50 à 60% inférieures à ce qui été prévu au départ, selon un membre du parti en charge des adhésions.
D'autant que ces premiers chiffres datent d'avant le remaniement, et d'avant l’affaire Thévenoud.

La République ou l’anarchie ?

Ecrit le 30 oct 2014 à 9:06 par André Pouchet dans Article 
                                                                                        
 
La République ou l’anarchie ?



Un jeune manifestant vient d’être tué au cours d’une nuit d’émeute.

 C’est bien triste pour lui et pour sa famille.
Que Dieu ait son âme !
 A l’issue de ce drame, un certain nombre de politiciens (que l’on ne peut faire autrement que de qualifier de « charognards ») se sont précipités avec gourmandise sur ce navrant fait divers afin d’en tirer le meilleur profit pour leurs petites boutiques.
Faut-il donner leurs noms ?
Tout le monde les connait : ce sont les Duflot, les Bové, les Mamère, les Mélénchon…
Et puis les radios qui font monter la mayonnaise et nous tartinent à qui mieux-mieux de l’émotion et du pathos à deux ronds…
Au lieu d’emboiter docilement le pas à tous ceux qui s’ingénient à faire ainsi diversion et cherchent à nous engluer dans une émotion sans réflexion, sachons voir un peu les vrais problèmes que pose ce très regrettable fait divers.
Le premier problème, c’est celui de la démocratie.
Qui est le mieux placé pour décider du bien-fondé de la construction d’une retenue d’eau dans un coin écarté du Tarn ?
Sont-ce les jeunes branleurs venus d’un peu partout, qui se sont eux-mêmes baptisés « écologistes » et ingénument se voudraient « les sauveurs de la planète », ou les gens du coin, les agriculteurs et les autres travailleurs vivant sur place, dûment représentés par leurs élus ?
 N’habitant pas moi-même la région et n’étant pas agriculteur, je me garderai de prendre pour ma part position sur le fond.
Autant il me paraît (mais là encore je ne me sens nullement compétent et habilité à trancher en pleine connaissance de cause) que l’aérodrome de N. D. des Landes, à côté de Nantes, constitue effectivement un projet mégalomane auquel il conviendrait de renoncer, autant j’ai plutôt l’impression (mais je n’aurais pas l’outrecuidance de faire de cette impression une véritable certitude) que la réalisation, aux fins d’irrigation, du petit lac envisagé à Sivens présente plus d’avantages que d’inconvénients.

Sivens : chez les guerriers zadistes...

Publié le mercredi 29 octobre à 14h32



 
Ces photos témoignent du niveau de violence.

Ces photos ont été prises au cours des dernières semaines sur le site du Sivens (Tarn).
Elles montrent la violence des affrontements au cours desquels Rémi Fraisse a trouvé la mort, dans la nuit de dimanche à 1h50.
Tous les manifestants écologistes ne sont pas agressifs, mais les forces de l'ordre estiment à 150/200 le nombre de “zadistes”, des combattants «très structurés et très violents» qui se donnent rendez vous sur les sites des grands projets d'aménagement pour y affronter policiers et gendarmes, et au-delà l'Etat.
 Zadistes vient de ZAD, zone à défendre.
Ils étaient déjà à l'oeuvre autour du projet d'aéroport de Notre-Dame-de-Landes. 
 
Parmi les armes découvertes sur place, des cocktails Molotov, des bouteilles d'acide et de gaz, des clous...
 
L'enquête sur la mort de Rémi Fraisse a été confié au Parquet de Toulouse, compétent pour les affaires militaires, puisque des gendarmes sont en cause.
 
 L'explosion d'une grenade offensive serait à l'origine de ce décès.
(Photo DR) 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
source

Maintien de l’ordre ou bavure policière ?


Bernard Cazeneuve: « José Bové accuse sans savoir » - YouTube thumbnail


Le 29 octobre 2014


   
Depuis cette mort, récupérée par l’ensemble des manifestants, on veut nous faire croire que les affreux policiers ont tué, presque volontairement.
 
Le barrage de Sivens dans le Tarn est l’objet depuis plusieurs mois de manifestations pour empêcher sa construction, je ne reviendrais pas sur le bien fondé ou non de cette construction ni sur les raisons qui poussent les manifestants.
Manifestants toujours plus nombreux, toujours plus violents et surtout toujours plus politisés.
Ce que je voudrais pointer aujourd’hui, c’est le drame qui est survenu samedi soir, la mort d’un jeune manifestant de 21 ans.
 En préalable je voudrais affirmer que la mort d’un homme, qu’elles que soient les circonstances est inacceptable, mais nous en voyons tous les jours un nombre important à la télévision, sans que personne ne s’en émeuve.
Là effectivement cette mort en pleine manifestation est devenue une affaire d’État.
Vous pensez, ce jeune est décrit comme un timide pacifique, bucolique aimant mes fleurs et les oiseaux, un jeune écologiste parfaitement inoffensif.
Depuis cette mort, récupérée par l’ensemble des manifestants, on veut nous faire croire que les affreux policiers ont tué, presque volontairement.
 A chaque fois que des manifestants mécontents sont repoussés par les forces de l’ordre on sort les mots gras « fascistes, CRS SS, état meurtrier » l’ensemble des médias, comme toujours ne présente qu’une face du problème, un jeune homme est mort par le fait des violences policières.
 Les leaders politiques verts et rouge en rajoutent, démission de Cazeneuve, pourquoi pas démission de Hollande.
Vous savez ceux qui sont- contre tout mais qui s’abstiennent de voter de peur de perdre leurs amis au pouvoir.

Rachid Nekkaz, « Le Zorro du Niqab ».


rachid-nekkaz1


Le 30 octobre 2014


   
Rachid Nekkaz est en passe de devenir la coqueluche des femmes françaises (ou non) ayant été arrêtées pour port de niqab, de burqa, enfin, pour déambulation dans les espaces publics en tenues couvrant le visage.

Si (presque) aucun Français ne connaît Rachid Nekkaz, Rachid Nekkaz est en passe de devenir la coqueluche des femmes françaises (ou non) ayant été arrêtées pour port de niqab, de burqa, enfin, pour déambulation dans les espaces publics en tenues couvrant le visage.
Qui est monsieur Nekkaz, surnommé le « Zorro du niqab ? »
C’est un homme d’affaires millionnaire et militant politique né à Villeneuve-Saint-Georges, qui, jusqu’au 23 octobre 2013, avait la double nationalité franco-algérienne.
 Candidat malheureux à la présidentielle de 2007 – malgré le soutien de l’humoriste Marc Jolivet, il n’obtiendra pas les 500 parrainages requis – mais, fort de 58 candidats, il se présentera aux législatives de la même année sous l’insigne sigle « Parti Rachid Nekkaz » ; il récoltera 156 voix dans la 7 ème circonscription de Seine St Denis.
En mars 2012, il sera mis en examen et écroué pour cause de corruption active, car soupçonné d’avoir acheté des parrainages dans sa course à la présidentielle de cette même année.
Et en juillet de l’an 1 du président Hollande, il s’annonce «Candidat de la jeunesse et du changement » pour les présidentielles…en Algérie.
Mais il y a eu un hic qui n’a pas pu être résolu : il lui fallait être déchu de la nationalité française.

Après l’Irak et la Syrie, la guerre civile aux portes du Yémen.

 
 


Ajoutée le 29 oct. 2014

Le Yémen est bordé de richissimes voisins: l'Arabie Saoudite au nord et le sultanat d'Oman à l'est.

 C'est a contrario le pays le plus pauvre de la péninsule arabique avec 25 millions d'habitants.
Plus d'un habitant sur deux vit sous le seuil de pauvreté.
  L'annonce d'une augmentation des prix des carburants, fin juillet, avait été accueillie par un vif mécontentement de la population.
 Un sentiment vite récupéré par les rebelles chiites d'Ansarullah, que l’on appelle les "houthis". Minoritaires depuis 1990 - année de la réunification avec le sud du Yémen - cette branche du chiisme exclusivement Yéménite, prend sa revanche…
Le 21 septembre ils prennent le contrôle de la capitale Saana.
Malgré la signature d'un accord de paix sous l'égide de l'ONU qui prévoyait leur retrait de Sanaa et la reprise de transition politique, le mouvement rebelle poursuit son gain territorial fulgurant. Notamment vers le sud et le nord.

Un point sur la situation avec Alexandra Renard.

Retrouvez les Focus de la rédaction ici : http://www.france24.com/fr/emissions/...

Violent accrochage dans le massif de Tigharghar.



 
Thomas Dupuy est le 10è soldat Français mort, tombé au Mali depuis le début des opérations en Janvier 2013.

mercredi 29 octobre 2014

Touche pas a l'Armée de France!


   

Nous reproduisons, ci-après, telle quelle, la lettre reçue d'un Camarade, qu'il soit remercié et honoré pour son courage !

Nous partageons totalement les termes de cette lettre.


Yves Logette le 20 Octobre 2014


  Monsieur le Président de la République
La place que vous occupez vous offre le pouvoir fabuleux de faire pratiquement ce que vous voulez ! Soit prendre appui sur la volonté du peuple et des élus, comme aurait fait le général de Gaulle, soit décider, seul, sans leur soutien voire contre celui-ci, comme vous n’hésitez pas à le faire.
Vous pouvez décider d’agir ou de ne rien faire.

Vous pouvez décider de ne rien faire, ou nommer une commission, ce qui revient au même sachant le nombre de personnes autorisées qui lisent et suivent les rapports d’enquête.
Ne rien faire comme, par exemple, pour suivre les recommandations de la Cour des Comptes sur les dépenses exorbitantes et les gabegies de l’Etat, ses déficits abyssaux, sur la prise en compte d’une immigration croissante que le niveau du chômage en France ne permet pas d’absorber, sur le record du nombre d’élus par habitant, sur les subventions honteuses accordées à certains organismes, etc …

Vous pouvez aussi décider d’agir, comme vous le faites pour déconstruire la famille traditionnelle, comme vous l’avez fait pour déclarer la guerre, en maintes occasions, sans demander l’accord du peuple et de ses élus.
Guerre au Mali contre un adversaire à notre portée, guerre en Centrafrique pour tenter d’éviter des massacres, guerres étendues au Sahel, (désolé de vous plagier avec cette anaphore) guerre en Irak aujourd’hui et peut-être en Syrie ou en Ukraine demain contre un ennemi bien décidé et fortement armé.
Vous aviez décidé, seul encore, de frapper la Syrie en 2013 dans l’ombre des Etats-Unis mais avez dû retenir nos avions quand le président Obama a soumis sa propre décision au Congrès, ce qui montre, par ailleurs, que nous n’avons plus de diplomatie ni de politique de Défense indépendantes.

Concernant le budget de la Défense, vous avez fait de belles annonces (« sanctuarisation ») mais prétendre que vous allez garantir, dans la durée, le budget à 31 milliards d’euros est un mensonge

Sergent-chef Thomas Dupuy, mort pour la France.

 Le 29-10-2014
Posté dans Afrique, Forces aériennes, Forces spéciales, Opérations par Laurent Lagneau


Thomas Dupuy
 

Engagé dans une opération visant le camp d’un groupe jihadiste dans le massif de Tigharghar, dans le nord du Mali, le sergent-chef Thomas Dupuy, du Commando Parachutiste de l’Air n°10, a mortellement été touché au cours des combats.


Né en 1982 à Toulouse, Thomas Dupuy a 23 ans quand il s’engage en qualité d’élève sous-officier au sein de l’armée de l’Air.
Nommé sergent à l’issue de sa scolarité à l’École des sous-officiers de l’armée de l’air de Rochefort, il rejoint l’Escadron des fusiliers commando de l’Air, à Dijon, pour y suivre sa formation spécialisée.
Le 9 octobre 2006, il est affecté au CPA n°30 de Bordeaux-Mérignac, où il sert au groupe Rapace puis à la cellule MASA (mesures actives de sûreté aérienne) en qualité de tireur d’élite.
Il intègre ensuite unu module « Personnel Recovery » (Récupération de personnel).
Au début de l’année 2007, il effectue une mission au Togo et assume les responsabilité de chef de poste de commandement de la protection.
Deux ans plus tard, il est affecté au CPA n°10 d’Orléans et rejoint le groupe 12C en tant que chuteur opérationnel.
 Après un déploiement à Djibouti, il est engagé, en 2011, sur alerte dans la bande sahélo-saharienne (BSS) en qualité d’équipier groupe action.
« Il s’est particulièrement distingué en apportant un soutien sans faille à son chef, dans la préparation à l’engagement du groupe, lors d’un saut opérationnel à grande hauteur sur une zone d’opération tenue par des preneurs d’otages, tout cela dans des conditions difficiles et dans des délais extrêmement réduits », souligne le Sirpa Air.
Grâce à ses qualités de combattant et son comportement toujours exemplaire, il est cité en exemple et reçoit la Croix de la Valeur Militaire avec étoile de bronze.

Mali: Un soldat français tué lors d'un accrochage avec des djihadistes.

Créé le 29.10.2014 à 20:47
Mis à jour le 29.10.2014 à 21:30
Vincent Vantighem

 

 
L'Elysée a annoncé la mort d'un soldat français, ce mercredi, au nord Mali.

 Deux autres militaires français ont été blessés.
 Un peu plus tôt dans l'après-midi, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait fait état de «violents affrontements» au nord du Mali entre des forces françaises engagées dans l'opération Barkhane et des djihadistes.

Dans l'Adrad des Ifoghas
«C'est avec une grande émotion que le Président de la République a appris la mort au combat, tôt ce matin, d'un sergent-chef du Commando Parachutiste de l'Air Numéro 10», indique le communiqué de l'Elysée.
La mort du militaire est intervenue au cours d'une opération militaire dans l'Adrar des Ifoghas où de nombreux djihadistes sont regroupés.

Défense: La France lance l'opération Barkhane

Dans ce communiqué, le chef de l'Etat exprime «son profond respect pour le sacrifice de ce sous-officier des forces spéciales dans le cadre d'une mission particulièrement périlleuse qui a atteint ses objectifs».
Le Président rappelle également que la France se bat pour la «souveraineté du Mali» et «la lutte contre les terroristes».
Le soldat tué, Thomas Dupuy, natif de Toulouse et âgé de 32 ans, était un sous-officier de l'armée de l'air entré dans les armées à l'âge de 23 ans.

Face aux intimidations, Croah.fr propose à l’administrateur de la page de soutien à Philippe Layat de prendre le relai !

le 29 oct 2014

 

L’administrateur de la page Facebook créée en soutien à Philippe Layat, l’agriculteur exproprié pour créer des voies d’accès au Grand Stade de football de l’OL Land, dans l’Est lyonnais, vient de déclarer qu’il jetait l’éponge suite aux menaces et aux attaques dont il a été victime ces derniers jours !

Ses coordonnées personnelles et des menaces à son encontre et à l’encontre de sa famille ont été proférées depuis qu’il a reçu et salué le soutien de Dieudonné dans ce dossier, symbolisant le combat du pot de terre contre le pot de fer :
 
 Suite aux menaces graves que on m’a faites personnellement en dévoilant mon adresse, je suis contraint de supprimer cette page de soutien pour la sécurité de ma famille et de moi-même, vu que certains Français n’ont absolument rien dans le crâne et qu’ils confondent « page de soutien » avec « page de défouloir ». Je préfère donc mettre fin a tout ça parce que comme d’habitude, ça part toujours trop loin. Je suis contraint donc de dé-publier cette [page] et je reviendrai avec un message personnel de Philippe Layat qui vous confirmera ce que je dis. Je suis profondément déçu et dégoûté que certaines personnes en arrivent carrément à dévoiler mon adresse personnelle ; ça montre l’état actuel de la mentalité de certains Français : « des bœufs » et je suis Français et pas fier de l’être. Tout partait d’un bon sentiment en voulant aider ce brave homme, mais la stupidité des gens l’a emporté au niveau de ma vie privée.

Le patrimoine caché du millionnaire Manuel Valls . (audio)

 
 
Ajoutée le 28 oct. 2014
         
Manuel Valls a caché 99% des parts d'une SCI détenant un actif de près de 2 millions d'euros, en les mettant au nom de sa femme.

La déclaration d’intérêts de Manuel Valls le faisait apparaître comme un ministre endetté sans réel patrimoine.
Or, il n’en est rien.
 Dans sa déclaration de patrimoine, Manuel Valls ne déclarait que 93 000 euros d’actifs, après déduction de ses dettes et emprunts.
Valls déclarait être le propriétaire de 2 appartements: un 88 m² à Evry, et un 44 m² à Paris dans le 11ème arrondissement.
D’après le premier ministre, c’est dans ce studio de 44 m² qu’il habite avec son épouse, la violoniste Anne Gravoin…

Mais Manuel Valls a plus d’un tour dans son sac !
 Le premier ministre est en effet marié sous le régime de la séparation de biens et ne possède qu’1 seule part de la SCI Homère qui détient l’appartement du 11ème arrondissement, les 99 autres parts appartenant à sa femme.
La SCI Homère ne possède pas seulement le petit studio dans lequel Valls et son épouse sont censés vivre, mais 16 lots de copropriété, pour un total de 210 à 250m².
  Ces lots de copropriété sont valorisés entre 1,6 et 2 millions d’euros.

Le descriptif des lots sur le plan de cadastre est édifiant: 4 chambres, 5 salles d’eau, 7 pièces de séjour, 5 cuisines et 2 terrasses… rien que ça !
Le « petit studio » dans lequel vit Manuel Valls ressemble à s’y méprendre à un énorme appartement 11 pièces, au minimum.

Manuel Valls a ainsi caché 99% des parts d’une SCI détenant un actif de près de 2 millions d’euros, en les mettant au nom de sa femme pour ne pas avoir à en déclarer le montant ou l’existence.
 Si Manuel Valls et Anne Gravoin divorçaient, le régime de la séparation de biens obligerait à rechercher l’origine des fonds ayant servi à l’acquisition des biens détenus en indivision.

Il serait ainsi intéressant de savoir si Anne Gravoin a bien payé 99% des mensualités de l’emprunt de la SCI et 99% de l’apport initial avec ses cachets de violoniste, ou bien s’il ne s’agit là que d’un tour de passe-passe évitant à Manuel Valls de passer pour un muli-millionnaire…

Une ancienne salariée de Krug raconte son harcèlement .

Publié le
Par Mathieu Livoreil
 
  « Le problème, c’est que c’était gangrené par certains »

Six mois en 2010, un peu plus en 2011, autant en 2012 : Catherine enchaîne les contrats.

« Là, j’ai quand même vite vu des trucs bizarres. Par exemple, un chef se faire insulter en public par un membre de la CGT et partir en baissant les yeux. Si le chef avait répondu, il y aurait sans doute eu débrayage. Comment dire ? Certains de la CGT, ils sont… chez eux. Krug, c’est une maison formidable mais le problème, c’est que c’était gangrené par certains. Si on ne rentrait pas dans le moule, ça ne se passait pas bien. »

Fin octobre 2012, elle passe quatre entretiens successifs en vue d’un CDI.
 On finit par lui demander si d’autres membres de sa famille travaillent au sein de Cliquot.
C’est le cas.
« Là, j’ai vite senti que ça posait problème », dit-elle.
 Deux semaines passent.
« Lors d’un pot, un membre de la direction me dit : On aimerait bien vous prendre mais on ne peut pas. »
La voilà envoyée en CDD chez Krug fin 2012.
Dans cette prestigieuse maison, certains membres de la CGT, syndicat largement majoritaire, ont, d’après de nombreux témoignages, semblé succomber à un sentiment d’impunité.

Le Crous de Strasbourg semble vouloir appliquer la préférence étrangère.

Le Crous de Strasbourg semble vouloir appliquer la préférence étrangère

29/10/2014 – STRASBOURG (NOVOpress)
 
C’est une nouvelle polémique dont se serait bien passé le ministère de l’Enseignement Supérieur.
 
 Le Crous (les oeuvres sociales universitaires) de Strasbourg – qui dépend donc directement de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale – vient en effet d’annoncer, via son compte Facebook (photo ci-dessous), l’organisation d’une soirée d’accueil réservée uniquement aux étudiants étrangers et indiquant que les étudiants ayant la nationalité française n’y étaient pas admis.
 
Une annonce pour le moins stupéfiante, car elle va à l’encontre d’une volonté d’intégrer ces étudiants étrangers aux us et coutumes des étudiants français…
 
On n’est bien loin du vivre-ensemble.
 
Par cette mesure discriminatoire, le Crous de Strasbourg semble donc vouloir officialiser la préférence étrangère dans notre pays.
 
 
crous
source

Journal du mercredi 29 Octobre 2014

 


1) Politique / Hollande et Valls : le torchon brûle
2) Syndicat / CGT : debout les gâtés de la terre
3) Santé / Le scandale des vaches en batterie
4) Football / Debout la France défend les supporters
5) L’actualité en bref

Nouvel épisode de poker menteur sur la livraison des Mistral à la Russie.

Par

Mis à jour le , publié le


Des marins sur le Mistral "Vladivostok" à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 8 août 2014. 
 
Des marins sur le Mistral "Vladivostok" à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 8 août 2014. (MARCUS BRANDT / DPA / AFP)
 
 
Le vice-Premier ministre russe annonce l'arrivée du premier porte-hélicoptère le 14 novembre, ce que Paris dément. 

Livrera, livrera pas ?
 Le sort des deux porte-hélicoptères Mistral achetés par la Russie à la France fait l'objet de tractations au gré des évolutions de la situation dans l'est de l'Ukraine.
 Mercredi 29 octobre, le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine, chargé du complexe militaro-industriel, a annoncé la livraison du premier navire pour le 14 novembre.
La veille, le ministère français de la Défense annonçait une décision de François Hollande pour "courant novembre".
Retour sur les derniers épisodes de ce poker menteur autour d'un contrat à 1,2 milliard d'euros conclu en juin 2011.
 
18 septembre : "Nous n'en sommes pas là", dit Hollande
 
"Pour les Mistral, qui devaient être livrés à la fin du mois d'octobre, j'ai dit que dans les circonstances actuelles, ce n'était pas possible, mais si le cessez-le-feu est respecté, si le processus de règlement est achevé, alors ils pourront être livrés et le contrat exécuté."

Lors de sa conférence de presse, le 18 septembre, François Hollande avait été clair : "Nous n'en sommes pas là."
Mais… les essais continuent.
Cinq jours plus tard, dans la nuit du 23 septembre, le Vladivostok, premier des deux navires de guerre, reprend la mer au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) pour une deuxième série d'essais prévus dans le cadre du contrat.
 A son bord, 200 des 400 marins russes destinés à constituer les équipages des porte-hélicoptères commandés par Moscou et qui ont commencé leur formation début juillet.
 Il reste au port des chantiers après dix jours de navigation en mer, comme prévu.

9 octobre : Moscou s'impatiente
 
"La situation est simple : il y a des contrats qu'il faut remplir." 
Trêve de négociation, le porte-parole de la diplomatie russe, Alexandre Loukachevitch, tape du poing sur la table : "Si la partie française a de nouvelles variantes, il faut en parler et ne pas utiliser la méthode du mégaphone diplomatique."
Il menace même : "La France doit se décider. Ou rendre l'argent." 

Hollande ou le refus obstiné du réel.

29 octobre 2014 par Rouxel Jean dans La Une


-

 
On savait déjà que la plupart des hôtes de l’Élysée perdaient tout contact avec le monde réel en s’installant dans l’ancien palais de la Pompadour (je ne m’habituerai jamais, je crois, à ce que le chef de l’État soit hébergé dans ce qu’il faut bien appeler une garçonnière…). Mais il faut avouer qu’en matière de rupture avec la réalité, François Hollande atteint des sommets.
 
 
Il a ainsi répondu à une lettre de la Commission européenne sur le catastrophique budget 2015 : « Nous considérons que nous avons fait ce que nous avions à faire : poursuivre la réduction du déficit structurel, faire 21 mil­liards d’économies, mener des réformes structurelles tout à fait significatives, muscler davanta­ge notre économie avec le pacte de responsabilité. »
Pour l’intégralité des observateurs, il n’a fait aucune réforme structurelle, a creusé le déficit et a porté un coup sévère à l’économie.
Mais lui est persuadé du contraire (ou fait mine de l’être, car la vérité n’est pas vraiment sa spécialité).
Il paraît même qu’après avoir divisé le pays comme jamais en temps de paix, il a déclaré dernièrement à Dijon : « Ce que doit rechercher un président de la République, c’est l’unité du pays. ».
 Soit il se fiche de nous (et cette hypothèse me semble de loin la plus crédible), soit il y croit et, alors, sa place n’est pas à l’Élysée, mais à l’asile.

Les dividendes des petits entrepreneurs (SA et SAS) bientôt soumis au maximum des cotisations sociales ? (vidéo)

 
 
Ajoutée le 29 oct. 2014
 
La fin des petits entrepreneurs en France, c’est maintenant. 
 
Les socialistes préparent encore un tour de vis fiscal, cette fois sur les dividendes des petits entrepreneurs (SA et SAS).
En effet, désormais tous les dividendes seront soumis au maximum des cotisations sociales par souci d’égalité.
Une menace de plus sur ce qui bouge encore un peu en France.
 
« Un amendement totalement suicidaire économiquement », commente Nicolas Doze ce mardi sur BFM TV : « si ce truc passe, c’est la deuxième faute lourde du quinquennat après l’article 6 du budget de 2013, l’article qui a surtaxé le capital.

Le post-fascisme est d'extrême gauche.











Allemagne : la Bavière menace de fermer ses frontières face à l’afflux de réfugiés

 


Ajoutée le 28 oct. 2014
         
L'Allemagne accueille ce mardi à Berlin une conférence internationale sur les réfugiés syriens.

Le pays est, lui aussi, quotidiennement confronté à l'afflux de ces réfugiés.
Après avoir traversé la Méditerranée, puis l'Italie ou l'Autriche, les migrants rejoignent bien souvent l’Allemagne par la Bavière.
 Ce land devrait accueillir à lui seul quelque 35 000 nouveaux réfugiés cette année.
Au point que les autorités locales menacent de fermer leurs frontières.

Reportage de nos correspondants à Berlin.

Des politiques en caméra cachée : de la rigolade en perspective.


broken-tv-set


Le 28 octobre 2014


   
Michèle Alliot-Marie ira incognito dans un commissariat... La production ne précise pas si c’est en tant que prévenue ou préposée.

« La chaîne D8 prépare la première télé-réalité politique en France, dans laquelle des personnalités plus ou moins connues ont accepté de se grimer pour aller dans la vie quotidienne et se frotter à la réalité de la vie ».
 Voilà pour le concept copier-coller à partir du site jeanmarcmorandini.com, lui-même recopieur de la une du Parisien qui tient l’info d’un chien policier très ami avec le caniche de Claire Chazal.
 Du travail de pro.
Participeront à cette pantalonnade : Michèle Alliot-Marie, Geoffroy Didier, dont l’immense popularité a nécessité un maquillage sophistiqué, Bernard Accoyer, quasiment aussi connu que Michael Jackson, Samia Ghali, à côté de laquelle Lady Gaga fait figure de passe-muraille, Jean-Luc Romero, visage très familier et enfin Julien Dray, l’idole des horlogers.
 Tous seront immergés dans une réalité banalement quotidienne…
Qu’ils méconnaissent donc.
Michèle Alliot-Marie ira incognito dans un commissariat…
La production ne précise pas si c’est en tant que prévenue ou préposée.
 Thierry Mariani fera le handicapé…
 Handicapé du quotidien, sans doute…
Julien Dray en prof de lycée…
N’en jetez plus, on en rit d’avance.
Comme chacun l’aura perçu du premier coup d’œil, le grotesque de l’idée repose sur le postulat erroné selon lequel les personnalités mises en scène seraient connues du grand public.
Partant de là, le réel intérêt de l’émission va donc consister à observer l’absence de réaction des quidams face à la révélation finale.

Parlementaires … les mal-aimés !


La dissolution de l’Assemblée nationale réclamée dans l’opposition - YouTube thumbnail


Le 29 octobre 2014


   
Vraiment, ils nous prennent pour des imbéciles !

Dans leur immense majorité, les Français n’ont plus confiance ni dans la classe politique, ni dans les partis.
 Et ce ne sont pas les dernières frasques de Gilles Carrez, qui vont réconcilier les électeurs avec leurs parlementaires.
Se pourrait-il que notre rapporteur UMP soit atteint par la maladie d’Alzheimer comme Thévenoud, éphémère secrétaire d’État, était sujet à des phobies administratives ?
Quel malheur, il y a de plus en plus de maladies psychosomatiques dans l’hémicycle.
Vraiment, ils nous prennent pour des imbéciles !
Bien conscients du problème et pour réhabiliter leurs fonctions, huit députés UMP et UDI viennent de trouver la solution : sanctionner fermement le moindre abus et rendre transparente toute notre vie politique.
Vous me direz bravo, voilà en effet une initiative attractive et qui correspond aux vœux de nos concitoyens.
Mais, au fait, que proposent-ils ?
Pour commencer, ils demandent au président de l’Assemblée nationale de constituer d’urgence… deux commissions parlementaires : l’une enquêtant sur les sources actuelles de financement des partis, l’autre sur les conflits d’intérêts de tous les élus de la République.
Cela commence mal

mardi 28 octobre 2014

La coûteuse rénovation de l'appartement de fonction de Thierry Lepaon .

Le Point - Publié le


Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT.

Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT. © WITT / SIPA

D'après "Le Canard enchaîné", les travaux de l'appartement de fonction du numéro un de la CGT auraient coûté la bagatelle de 120 000 euros à la centrale

Les travaux de rénovation de l'appartement de fonction de Thierry Lepaon, numéro un de la CGT, en banlieue parisienne ont coûté 120 000 euros à la centrale, selon Le Canard enchaîné.
 Selon l'hebdomadaire satirique daté de mercredi, les travaux pour cet appartement de 120 mètres carrés ont coûté 130 000 euros à la CGT, mais le devis initial était encore plus élevé (150 000 euros).
 Le numéro un de la CGT aurait renoncé à quelques dépenses comme l'installation d'un home cinéma ou d'une cave à vins, selon l'hebdomadaire.
Ancien de Moulinex, Thierry Lepaon, élu en mars 2013 à la tête de la confédération, habitait auparavant dans le Calvados, d'où la nécessité pour la centrale de lui trouver un appartement de fonction.

Journal du mardi 28 Octobre 2014



1) Insécurité / Les sauvages sont de retour
2) Société / Euthanasie : J-L Romero lance l’offensive
3) Finances publiques / Bercy obéit aux ordres de Berlin
4) International / Tunisie : courte victoire du parti Nidaa Tounes
5) L’actualité en bref
6) L’invité du jour / Guy Baret, journaliste, éditorialiste et théologien