mercredi 22 novembre 2017

Suède : violée par un Syrien, Angelica se suicide après que le procureur ait classé le dossier « faute de preuves »

 




23h15
Le procureur, en charge du dossier, a estimé qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour condamner l’accusé de viol et l’a relâché.
Joakim Magnus Lamotte affirme que les autorités n’ont pas tenu compte des preuves manifestes.

mardi 21 novembre 2017

Jean-Paul II : "Je vois l'Église affligée d'une plaie mortelle (...) elle se nomme l'islamisme"

 
 
Résultat de recherche d'images pour "jean paul II"


Extrait d'une conférence donnée par Mgr Mauro Longhi sur Jean-Paul II traduite
sur le site Benoit-et-moi :


"Mgr Mauro Longhi, du presbytère de la Prélature de l'Opus Dei, très souvent en contact étroit avec le Pape polonais au cours de son long pontificat (...) 
De 1985 à 1995, le jeune économiste bocconien Mauro Longhi (qui sera ordonné prêtre en 1995) a accompagné et accueilli le Pape Wojtyla dans ses promenades à ski et en montagne (...) 
Parmi les nombreuses anecdotes racontées, cependant, l'épisode qui a le plus frappé le public de l'ermitage de Bienno, et qui s'inscrit dans le cadre de l'une des nombreuses promenades sur le Massif du Gran Sasso, est sans doute celui qui concerne l'Islam et l'Europe :
C'est alors que Wojtyla change de ton et de voix et, me faisant partager l'une de ses visions nocturnes, il me dit:

Un débarquement algérien en Espagne

 
 
Un desembarco argelino


Le 19/11/2017
Hermann Tertsch @hermanntertsch

La guerre contre l'immigration clandestine exige un courage très rare

Ce qui effraie le plus, c'est le calme avec lequel certaines personnes le prennent.
Les télévisions, les radios et les médias écrits ont rapporté hier comme un événement vulgaire de ce qui est, malheureusement, beaucoup plus que cela.
En 24 heures hier, au moins 44 bateaux étaient arrivés sur la côte de Murcie avec environ cinq cents immigrants illégaux , pour la plupart des jeunes hommes arabes.
Avec un fait très particulier à prendre en compte: ils sont venus d' Algérie .
C'est sans doute le point d'origine le plus craint par ceux qui observent à moyen terme la situation sécuritaire en Méditerranée et aux frontières européennes.
L'Algérie a quadruplé sa population en un demi-siècle et compte plus de 40 millions d'habitants et est le pays le plus peuplé et le plus peuplé du Maghreb.

Le début d'une pression migratoire algérienne illégale tolérée ou non par ses autorités est l'un des cauchemars les plus constants pour les responsables de la sécurité du flanc sud-européen.
La côte méditerranéenne espagnole pourrait rapidement devenir un scénario dantesque, comme ceux qui ont été offerts dans les villes portuaires italiennes l'année dernière.
Soudain, vendredi, les écrans de surveillance de la côte de Carthagène ont commencé à détecter des mouvements dans ce qui a bientôt semblé être une invasion, évidemment organisée et synchronisée, de petits bateaux.
 



Ajoutée le 21 nov. 2017
 
01:05 - Politique / Municipales : la bataille de Paris a commencé
04:32 - Union Européenne / Sans Merkel, quel avenir pour l’Europe de Macron ?
07:18 - International / Rencontre amicale entre Poutine et Al-Assad
10:13 - Société / La pêche électrique sous haute tension
13:18 - L’actualité en bref
19:02 - La France de Campagnol

«Satanisme» ? Des catholiques belges furieux contre une vache crucifiée dans une église (IMAGES)

 
 
«Satanisme» ? Des catholiques belges furieux contre une vache crucifiée dans une église (IMAGES)
 
«Holy Cow», installation de Tom Herck dans l'église de Kuttekoven en Belgique, capture YouTube, DR
 
 
L'installation par un "artiste" contemporain d'une vache crucifiée dans une église du Limbourg néerlandophone, a suscité l'ire d'une association catholique.

Dénonçant une injure à la religion, elle estime que l'œuvre n'a pas sa place dans un tel lieu.
Il étaient une quinzaine à manifester devant l'église de Kuttekoven, située dans la province du Limbourg, le 19 novembre 2017.
En cause, "l'œuvre"de Tom Herck, Holy Cow : une vache crucifiée, installée dans ce lieu de culte, en lieu et place de l'autel.
«Une vache crucifiée, c'est sataniste et n'a pas sa place dans une église», dénoncent les détracteurs de l'artiste, cités par le quotidien belge De Morgen.
A l'origine de la mobilisation, l'association catholique Katholiek Forum veut également «restaurer l'honneur» de l'église.
 
«Art dégénéré», dénonce un manifestant catholique
 
L'œuvre de Tom Herck a en effet été installée dans une église où des messes sont toujours célébrées.

Welcome aux enfants de Daesh, ces « lionceaux du Califat » !, par Caroline Parmentier

 
 
Enfants de Daesh


Emmanuel Macron l’a annoncé : on étudie le retour en France des enfants de Daesh « au cas par cas ».
 
Il paraît que c’est notre honneur.Eux aussi il va falloir les accueillir.
Même eux.
On n’a pas eu assez d’immigration, de vagues de migrants, de communautarisme, de terrorisme islamiste et d’attentats.
On n’a pas eu assez de morts.
On nous informe qu’il va falloir s’y préparer.
On nous parle de « défi éthique, philosophique et éducatif ».
Nos djihadistes rentrent.
Parfois seulement leurs femmes et leurs enfants.
On nous explique que la guerre est une chose horrible.
Pour tout le monde.
Pour Mauranne et Laura comme pour les jeunes égorgeurs de Daesh.
Tous victimes.
Le procureur de la République de Paris chargé des questions terroristes, François Molins, a mis en garde :
« Il faut se départir de toute naïveté. Il s’agit de ne pas confondre la déception, la désillusion et le repentir. Ils rentrent déçus mais pas repentis. Il faut faire attention : nous allons être confrontés à des mineurs ou à des femmes qui ont été souvent formés au maniement des armes. Nous faisons face à des appels au djihad qui continuent et qui s’adressent aussi à des mineurs et des femmes en leur demandant d’y prendre une part active. »

Saudi Oger : les dettes françaises de Saad Hariri




© Ludovic Marin, AFP | Le 1er septembre, lors d'une visite en France, Saad Hariri avait promis à Emmanuel Macron de régler le contentieux l'opposant à ses anciens employés.

Texte par Romain HOUEIX
 
240 ex-employés de Saudi Oger, l'entreprise de BTP de Saad Hariri, réclament au Premier ministre libanais démissionnaire près de 15 millions d'euros de salaires impayés. Une ardoise qui pourrait être évoquée durant sa visite en France.
 
Après deux semaines de feuilleton et de spéculations, le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri est arrivé à Paris samedi 18 novembre.
Alors qu'il doit s'entretenir avec le président Emmanuel Macron, le milliardaire libanais risque d'être confronté à un épineux dossier : 240 ex-employés français de son entreprise de BTP, Saudi Oger, lui réclament près 15 millions d'euros d'arriérés de salaires impayés.
"Je trouve délirant qu'on déroule le tapis rouge à Saad Hariri sans exiger de lui au préalable qu'il paie immédiatement les millions qu'il doit aux salariés français, sachant qu'à titre personnel lui et sa famille sont assis sur des fortunes colossales", s'insurge Caroline Wassermann, qui défend les intérêts de quelque 75 ex-employés français, à l'AFP, vendredi 17 novembre.
 

De multiples requêtes ont été déposées au conseil des prud’hommes de Bobigny.
"La juridiction française est compétente puisque ces employés sont munis au départ d’un contrat français, et que le siège social de Oger International, qui fait partie du même groupe, est localisé en Île-de-France", expliquait l’avocate en juillet 2017 à France 24.
Lors de sa visite à Paris le 1er septembre, celui qui était encore Premier ministre s'était pourtant engagé auprès du président Emmanuel Macron à "résoudre le problème".
Pourtant, depuis, rien n'a bougé.

Une entreprise surendettée depuis 2015

Prière de rue à Clichy : le gouvernement au pied du mur

 
 


Le 21/11/2017

 
Exiger que la ville de Clichy prête un lieu de culte est irrecevable.
 
L’élection présidentielle a évacué le débat identitaire, car M. Fillon, qui voulait en faire un thème majeur, a explosé en plein vol, plombé par les affaires.
Mme Le Pen s’est effondrée lors du débat du second tour et n’a jamais été une alternative crédible. En outre, sous l’influence de M. Philippot, elle a préféré se concentrer sur l’aspect économique et social pour capter (en vain !) l’électorat de M. Mélenchon, délaissant le seul argument avec lequel elle pouvait marquer des points.
Or, il semblerait qu’il existe dans l’opinion un courant important qui rejette l’islam.
Le refus (haine ?) de cette religion est probablement majoritaire en France.
Pour s’en convaincre, il suffit de lire les réactions épidermiques (qui frôlent, parfois, le racisme) à des articles même mesurés et les commentaires acerbes lus ici ou là.
Pourtant, les bien-pensants s’efforcent d’étouffer le débat et ont réussi, jusque-là, à contrôler les médias « officiels », mais le feu couve et l’explosion menace.

lundi 20 novembre 2017

Les labos ne se préoccupent pas de votre santé

 
 
 

Italie. Vintimille: les habitants font face à des violences quotidiennes « On n’en peut plus de l’immigration »

 
vintimille-notgoingback



Plus de 43.000 illégaux ont été arrêtés depuis janvier dans les Alpes-Maritimes. À la gare de Menton-Garavan, les policiers de la PAF appuyés par les CRS contrôlent systématiquement les trains en provenance d’Italie.
 
«Depuis quelques semaines, nous assistons quand même à une dégradation des conditions de contrôle des clandestins, avec des rébellions plus fréquentes et beaucoup de faux papiers saisis», reconnaît le major Michel Prudent, patron de la brigade des chemins de fer.
Le rythme des contrôles n’a jamais été aussi soutenu.
Déjà 43.000 migrants interpellés dans les Alpes-Maritimes depuis le 1er janvier (contre 37.000 pour toute l’année 2016).
Un millier d’arrestations par semaine en moyenne!
Et un passeur serré chaque jour.
«Nous avons arrêté 300 passeurs depuis janvier.
Il y a très peu de récidivistes.
On n’en voit jamais le bout!», lâche le commandant Lætitia Baronchelli, chef de la brigade mobile de recherche qui traque sans relâche les réseaux.
Le préfet Georges-François Leclerc prédit 50.000 arrestations au total à la fin 2017.
Son département aura, à lui seul, stoppé la moitié des clandestins interpellés en France cette année. Car la PAF locale les renvoie à 97 % en Italie, sous couvert de «non-admission».
Une procédure éclair qui revient à considérer que les illégaux arrêtés n’ont jamais foulé le sol français.
Ce système expéditif s’applique exclusivement dans des points de passage autorisés (les PPA) fixés par arrêtés ministériels.

TVL, journal du lundi 20 nov. 2017: Castaner, nouveau patron de la République en Marche

 



Ajoutée le 20 nov. 2017
 
01:06 - Politique / Castaner, nouveau patron de la République en Marche
04:49 - Union Européenne / Macron à l’assaut des européennes
07:25 - Union européenne / Allemagne : Merkel sur la sellette
10:47 - International / Liban : Macron à la rescousse de Saad Hariri
13:28 - L’actualité en bref
20:57 - La France de Campagnol

A L’Aquila, le nouveau maire empêche que les logements sociaux soient attribués aux demandeurs d’asile plutôt qu’aux victimes du tremblement de terre

 


  par 20 novembre 2017

« Des maisons pour les migrants plutôt que pour les sinistrés du tremblement de terre ? Le maire de L’Aquila dit non. »
 
Sur sa page Facebook, Giorgia Meloni, figure de proue du parti Fratelli d’Italia, soutient le maire de L’Aquila.
Ce maire s’appelle Pierluigi Biondi, a été élu sous les couleurs de Fratelli d’Italia, et vient d’annuler un arrêté de son prédécesseur qui octroyait prioritairement l’attribution de logements sociaux aux immigrés.
Ainsi, sur les 50 premiers logements sociaux de la commune, le précédent maire avait l’intention d’en attribuer 40 à des demandeurs d’asile.
« A L’Aquila, dans une ville ravagée par le tremblement de terre !”, s’indigne Giorgie Meloni qui poursuit: “Mais vous vous rendez compte ? Heureusement est arrivée une administration sérieuse et cette folie a été stoppée. Les maisons reviendront aux familles de L’Aquila sinistrées par le séisme. »
 
Samedi, lors d’une convention très réussie, Giorgia Meloni a rassemblé beaucoup de monde, dont de nombreux élus locaux, et a notamment défendu le thème « Pour la Terre de nos ancêtres, défendons nos valeurs et notre territoire ».
 
 

L’insoutenable vérité de l’exfiltration des djihadistes de Syrie grâce à l’aide occidentale !

 
 
L’insoutenable vérité de l’exfiltration des djihadistes de Syrie grâce à l’aide occidentale !
 
 
C’est un article d’un site complotiste mais, hélas, non, puisqu’il s’agit de L’Express et du Nouvel Observateur intitulé très exactement “Exfiltration de djihadistes à Raqqa : l’accord arrangeait tout le monde… sauf la France”…
 
Je vous le laisserai le lire et vous forger votre intime conviction, y compris sur les motivations inavouées ou encore sur la tentative d’habillage des journalistes, qui justifie cet accord où 3 000 personnes, dont un paquet de potentiels futurs terroristes, ont pu fuir l’armée syrienne avec notre complicité non seulement tacite mais, plus grave, active.
“Le sujet est sensible.
Le 14 octobre au soir, trois jours avant l’annonce officielle de la chute de Raqqa, ex-“capitale” du groupe État islamique, un vaste convoi quittait la ville.
Près de 200 véhicules, bus, camions, voitures, tous escortés par des forces kurdes : le résultat d’un accord d’exfiltration négocié avec le Conseil civil de Raqqa, visant à priver de boucliers humains les derniers combattants de Daech et à stopper le bain de sang (au moins 1 200 morts civiles en quatre mois, selon l’ONG OSDH).

En Hongrie, les jeunes et les actifs ont choisi leur camp : anti-immigration

 
 




Cette jeunesse consciente des grands enjeux de notre siècle est un formidable espoir en comparaison avec nos 18-44 ans français.

Selon un récent sondage, les 18-44 ans hongrois devraient voter à plus de 80 % pour des partis anti-immigration lors de leurs élections législatives en 2018.
Ce sondage s’inscrit dans une continuité politique depuis 1998, date à laquelle Viktor Orbán, président du Fidesz, devient Premier ministre pour la première fois.
Réélu en 2010, celui-ci œuvre pour faire passer la Hongrie avant l’Union européenne dans toutes les décisions qui concernent le territoire national.
En particulier sur les questions d’immigration.
En mars, le Parlement a d’ailleurs choisi de retourner à une politique d’asile encadrée, ce qui se traduit par l’interdiction de la libre circulation des demandeurs d’asile dans le pays.
Il semblerait absurde qu’un demandeur ait les mêmes droits que celui qui a obtenu l’asile.
En septembre, c’est le projet de grande consultation populaire contre le « plan Soros » qui a été lancé. Dans les jours qui viennent, les Hongrois seront amenés à se prononcer sur ce plan, détaillé en sept points argumentés pour cette consultation.
Si un gouvernement mène une certaine politique depuis plus de sept ans et que 80 % de la population sont prêts à appuyer cette politique par leur vote, il semble que la conclusion à laquelle il faille arriver et que le mode d’action et les décisions prises soient bons.

Autolib’ à Paris : la start-up nation est en panne durable

 
 


Le 20/11/2017


Une entreprise et une économie ne peuvent être rentables dans une nation et une société qui se désagrègent.

L’information a été révélée il y a une semaine par un reportage du Parisien puis relayée par des images de BFM TV.
Les Autolib’ du groupe Bolloré mises à la disposition des Parisiens sont régulièrement squattées, dégradées et vandalisées par des migrants, en l’occurrence algériens et marocains, dans le XVIIIe arrondissement.
Mais c’est, en fait, tout l’Est parisien et plusieurs stations entières d’Autolib’ qui sont ainsi touchés. Le phénomène n’a rien d’anecdotique ni de ponctuel et s’étendrait, selon un agent de nettoyage des véhicules interrogé par Le Parisien, aux Ve et XIe arrondissements.
Ces agents, dénommés « ambassadeurs » dans le beau langage entrepreneurial de la société, refusent parfois de monter à bord des voitures car, outre des migrants mineurs et des sans-abri, elles servent aussi de refuge à des délinquants et des toxicomanes, à qui la salle de shoot voisine récemment ouverte ne suffisait pas…
Du coup, l’image moderne, propre, parisienne et « partageuse » de la nouvelle économie en prend un sacré coup, quand la réalité migratoire s’y installe et vient perturber les plans de rentabilité de M. Bolloré.
Un sacré coût, donc.
En effet, ce sont deux cents véhicules par semaine, d’après une enquête de Challenges, qui seraient vandalisés et contraints de retourner au garage des Autolib’, boulevard Ney, « pesant sur les coûts et l’image du service ».

dimanche 19 novembre 2017

Commémoration

 
Plaque commémorative attentat Bataclan 13 novembre 2015
 
 
Le début de la semaine a été marqué par la commémoration des attentats de Paris du 13 novembre 2015.
 
Le chanteur du groupe californien Eagles of death metal, qui donnait un concert au Bataclan ce soir-là, était présent devant la Mairie du XIe arrondissement de Paris, où nous avons vu l'image navrante de deux présidents de la République lâcher des ballons dans le ciel de la capitale en affichant des figures attristées, comme si, eux aussi, avaient en tête dans ce moment de recueillement la phrase-choc entendue à la suite de ces attentats, propre à faire trembler tout djihadiste : "vous n'aurez pas ma haine".
Nous sommes ici parce qu'il faut se souvenir, répètent nos politiciens.
Se souvenir des noms des victimes, oui ils figurent tous, les 90 noms, sur la plaque commémorative près du Bataclan.
Mais qui les a tués, au nom de quelle idéologie ?

Pendant que des Français vivent dans la misère, d’autres reçoivent ceci…


Résultat de recherche d'images pour "sdf"
 
 
par 19 novembre 2017
 
Le « social » cache parfois une étrange réalité, bien éloignée de l’idée que s’en font les Français.
 
 Illustration avec le Centre d’action sociale de la ville de Paris (CASVP).
 
Sa vidéo officielle de présentation de son nouveau pôle hébergement a de quoi laisser pantois les Français de souche qui se lèvent tôt pour aller travailler pour nourrir leur famille, payer leurs factures et leurs impôts et terminer le mois avec difficulté.
 
Et on ne vous parle même pas des nombreux Français qui vivent dans des taudis, ni de ceux qui dorment à la rue.
 

Levothyrox : un médecin "trompé" par le laboratoire Merck porte plainte


Levothyrox : un médecin "trompé" par le laboratoire Merck porte plainte

Nicolas Bouvier, médecin généraliste à Reims, porte plainte contre X pour tromperie aggravée dans l'affaire du Levothyrox (photo d'illustration).

Pologne

Radars. Ce qui vous attend en 2018

 

Radars. Ce qui vous attend en 2018 

 
En 2018, gare aux excès de vitesse. Un radar sur cinq sera remplacé par un modèle plus performant et de nouveaux dispositifs vont se généraliser. Voici ce qui attend les automobilistes sur les routes.
 
800 cabines modernisées.
 
Le déploiement des radars sur le territoire se ralentira l'an prochain.
Mais les 100 nouveaux exemplaires qui seront installés et les quelque 800 qui remplaceront des cabines en place seront redoutables.
Selon le ministère des Finances, les recettes des amendes devraient augmenter de 10 % à 12 % pour une hausse de seulement 2 % des nouvelles implantations.

Le produit attendu de ces 4.700 radars devrait dépasser le milliard d'euros, contre 990 millions d'euros environ, cette année, soit le double d'il y a dix ans.
Un nouveau cap sera franchi, après une année 2016 qui avait été celle des records : plus 26 % de flashs (25,6 millions), plus 21 % de PV (16 millions) et plus 17 % de recettes (920 millions d'euros) avec 4.400 radars.

Radars. Ce qui vous attend en 2018
 
 
540 radars « tourelles » multifonctions.
C'est la grosse nouveauté.
Destinés à remplacer les vieilles cabines, ces équipements qui peuvent flasher séparément jusqu'à quatre voies seront utilisés, dans un premier temps, pour constater les infractions à la vitesse et aux feux rouges.